laverite.ma

Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027: Renforcement du potentiel national par la réalisation de 20 grands barrages

ÉCONOMIE Z- NEWSLETTER (apm) / 14 janvier 2020
Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027: Renforcement du potentiel national par la réalisation de 20 grands barrages

Le Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027, élaboré en exécution des Hautes orientations de SM le Roi Mohammed VI, vise à renforcer le potentiel national par la réalisation de 20 grands barrages d’une capacité de 5,38 milliards m3, a affirmé, lundi à Rabat, le ministre de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, Abdelkader Amara.

Dans une allocution devant Sa Majesté le Roi lors de la cérémonie de signature de la convention-cadre pour la réalisation de ce programme, M. Amara a relevé que le Maroc atteindra, après l’achèvement des travaux de construction de ces barrages, une capacité de stockage avoisinant 27,3 milliards m3.

Il a en outre indiqué que le programme prévoit le renforcement du potentiel national en petits barrages en vue de contribuer à assurer les conditions idoines du développement local, rappelant que le Maroc compte actuellement 130 petits barrages, outre 20 autres en cours de construction.

A cette fin, et en application des Hautes instructions royales, il a été procédé au recensement de 909 sites sur l’ensemble du territoire national susceptibles à la réalisation de petits barrages et d’autres collinaires, a-t-il indiqué.

Ces sites feront l’objet d’études techniques, économiques et environnementales détaillées pour programmer les barrages susceptibles d’être réalisés, a ajouté M. Amara, faisant savoir qu’une enveloppe budgétaire annuelle de près de 600 millions de dirhams sera allouée à cette opération.

Le renforcement de l’offre hydrique prévoit également la prospection des eaux souterraines pour la mobilisation de nouvelles ressources hydriques et le renforcement de l’alimentation en eau potable, a-t-il dit, évoquant d’autres mesures pour améliorer la gouvernance en matière de gestion des ressources en eaux souterraines en vue de les préserver et garantir leur pérennité.

Il sera aussi procédé au renforcement de l’offre hydrique et à la diversification des sources d’alimentation à travers la réalisation, le cas échéant, de stations de dessalement de l’eau de mer qui viendront s’ajouter à celles déjà existantes à Laâyoune, Boujdour, Tan-Tan, centre Akhfennir et les autres en cours de réalisation, notamment le projet de dessalement de l’eau de mer pour alimenter la ville d’Agadir en eau potable et le renforcement de l’irrigation à Chtouka, a expliqué le ministre.

Il a également évoqué le projet de dessalement de l’eau de mer pour renforcer l’alimentation de la ville d’Al Hoceima, faisant savoir que ce projet, en cours d’expérimentation avant son entrée en exploitation, a été lancé dans le cadre du programme « Al-Hoceima Manarat Al Moutawassit ».

Le ministre a cité également la programmation de la réalisation de nouveaux projets de dessalement de l’eau de mer pour alimenter le grand-Casablanca, Safi et Dakhla.Le Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027 a été élaboré en exécution des Hautes orientations royales, lors du Conseil des ministres du 2 octobre 2017, au cours duquel le Souverain avait ordonné d’accorder la priorité aux questions de l’eau, notamment l’alimentation en eau potable et d’irrigation.

Il a été élaboré conformément aux Hautes orientations royales contenues dans le Discours du Trône de 2018 et sur la base des hautes instructions de SM le Roi lors de la réunion que le Souverain avait présidée le 29 juillet 2018 à Al Hoceima. Le programme a reçu aussi l’approbation royale lors de la réunion présidée par Sa Majesté le Roi le 07 janvier 2020.

M. Amara a en outre relevé que ce programme porte sur cinq axes, à savoir l’amélioration de l’offre hydrique, notamment par la construction des barrages, le dessalement et la mobilisation de nouvelles eaux souterraines pour renforcer l’approvisionnement en eau potable, la réalisation, le cas échéant, de stations de dessalement de l’eau de mer, outre la prise de mesures et la réalisation de projets visant à renforcer l’approvisionnement en eau potable.

Le programme comprend également la gestion de la demande et la valorisation de l’eau notamment à travers la poursuite des efforts fournis en vue d’améliorer le rendement des réseaux de distribution et la rationalisation de l’utilisation de l’eau, outre la valorisation des eaux dans le secteur agricole.

 Il s’agit aussi du renforcement de l’approvisionnement en eau potable en milieu rural dans le but d’améliorer l’accès à cette matière vitale et venir à bout de la précarité dans ce domaine au niveau de certaines régions, ainsi que la réutilisation des eaux usées traitées dans l’irrigation des espaces verts, notamment ceux du golf.

Le programme prévoit également la communication et la sensibilisation en vue de renforcer la conscience quant à l’importance de la préservation des ressources en eau en particulier auprès des générations montantes.

La réalisation de ce programme nécessitera une enveloppe de 115,4 milliards de dh dont 61 milliards pour l’amélioration de l’offre hydrique, 25,1 milliards pour la gestion de la demande et la valorisation de l’eau, 26,9 milliards pour le renforcement de l’approvisionnement en eau potable en milieu rural, 2,3 pour la réutilisation des eaux usées traitées et 50 millions dh pour la communication et la sensibilisation.

Ce programme sera financé à hauteur de 60 pc du budget de l’Etat et 39 pc par les opérateurs concernés, dont l’Office National de l’Electricité et de l’Eau Potable, outre la mise en place d’un partenariat entre les secteurs public et privé.

Le suivi de la mise en oeuvre de ce programme sera assuré par des commissions conjointes composées du comité de pilotage présidé par le chef du gouvernement qui se réunira au moins une fois par an, une commission technique présidée par le ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau et composée des départements concernés par le programme, outre la mise en place de commissions au niveau régional, présidées par les walis.

 

VOS RÉACTIONS