Take a fresh look at your lifestyle.

Vaccination anti-covid-19: L’Afrique peut toujours attendre !

Docteur Imane Kendili


Les choses sont claires. Elles sont limpides. Elles ne souffrent aucune ombre. La situation sanitaire en Afrique face au Covid-19 est très préoccupante. Quand nous examinons en détail les chiffres liés à l’Afrique, nous nous rendons très vite compte du gap énorme qui sépare le continent du reste du monde. En effet, la pandémie fait des ravages dans toutes les régions de l’Afrique, du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, avec des degrés divers certes, mais le constat est si grave que les chiffres font froid dans le dos. Le continent a dépassé le chiffre des 254 000 morts depuis le début de la pandémie de Covid-19, avec plus de 12 millions de cas. Sans oublier qu’entre 2020 et 2021, le nombre d’Africains s’élèverait à 1,24 million selon l’OMS, soit cinq fois et demie plus que les 254 000 décès officiellement répertoriés. Sans oublier que le continent souffre d’un manque cruel de vaccins avec moins de 6 % de sa population entièrement vaccinée à ce jour. En effet, selon les données de l’université John Hopkins de Boston, la vaccination en Afrique avance à pas de tortue, dans l’indifférence totale des grandes puissances mondiales qui ont promis d’aider les pays africains, surtout les plus pauvres, sans que cela ne se concrétise dans les faits, excepté quelques actions sporadiques, avec des dons de vaccins si ridicules au vu du nombre d’habitants en Afrique qui dépasse les 1 milliard 300 millions habitants. Selon l’université américaine qui s’est penchée sérieusement sur le sujet, plus de 12 milliards de doses de vaccin ont été injectées dans le monde soit 62,4% de la population mondiale. Si l’Amérique du Nord et d’Europe de l’Ouest avancent aujourd’hui des taux de vaccination de leur population supérieur à 50%, il faut savoir que les pays du Sud, et surtout les pays africains sont très loin du compte, avec des chiffres qui témoignent des inégalités mondiales face à la pandémie du Covid-19, avec quelques rares exceptions dont le Maroc qui réussit jusque-là une campagne de vaccination efficace avec déjà plus de 55 millions de doses administrées, avec 24 millions de personnes complètement vaccinées ayant reçu toutes leurs doses avec un taux de la population complètement vaccinée atteignant les 63,5%.

La Tunisie reste loin du Maroc, mais elle avance doucement puisqu’elle enregistre le deuxième taux de vaccination le plus élevé sur le continent. 7 ,43 millions de doses y ont été administrées. Plus de 3,42 millions de Tunisiens sont aujourd’hui complètement vaccinés soit 29,2 % de la population. L’Algérie, quant à elle, reste à la traîne. Seulement 9,99 millions de doses administrées, avec seulement 4, 17 millions de personnes qui ont reçu les deux doses de vaccin pour un taux de 9,7% de la population. En Égypte, les choses sont encore pires puisque le taux de vaccination n’a atteint que 5,1%.

Ceci en ce qui concerne les pays du Maghreb et de l’Afrique du Nord. Plus au Sud, les choses se compliquent davantage. En effet, parmi les pays du Golfe de Guinée pour lesquels les données sont accessibles, le Ghana présente le taux de vaccination le plus élevé. 1, 6 millions de doses ont été injectées pour plus de 550 000 Ghanéens complètement vaccinés, soit un taux de 2,5 %. La Guinée, de son côté, a réussi à vacciner 1,7 million de personnes et 536 000 Guinéens sont, à ce jour, complètement vaccinés, soit 4,2 % de la population totale. Par contre, dans d’autres régions, les campagnes de vaccination sont très lentes et font presque du sur-place. Le Sénégal vacciné 3,5 % de ses habitants quand le Mali n’en est qu’à 0,44 %. Le taux s’élève à 0,4 % au Niger. Le Tchad n’est pas plus avancé : seuls 0,2 % des Tchadiens ont reçu deux doses de vaccins.

En ce qui se réfère au Nigéria, pays le plus peuplé de la région, avec plus de 200 millions d’habitants, la campagne de vaccination patine sérieusement puisqu’elle n’est qu’à 0,9 % d’habitants ayant reçu deux doses. Ce qui est terrible pour un pays avec cette densité d’habitants au kilomètre carré.

Au Cameroun, le taux de vaccination est encore plus faible avec seulement 0,3% de la population vaccinée.

Ceci pour l’Afrique de l’Ouest et la région du Sahel, en Afrique centrale, le deuxième plus grand pays du continent, avec plus de 85 millions d’habitants, la République démocratique du Congo (RDC) en est à 135 000 doses administrées. Un taux tellement bas qui alerte les plus grandes organisations humanitaires qui appellent à mettre en place, avec l’aide d’autres pays, une véritable stratégie nationale de vaccination. En Angola, ce n’est pas plus gai, puisque nous en sommes à peine à 3,1 % de la population qui sont vaccinés.
En Afrique de l’Est et dans la Corne de l’Afrique, selon les chiffres disponibles, le Kenya en est à 1,7 % de vaccinés. En Ouganda, 0,9%, en Éthiopie, 0,7%. Le Soudan, lui, comptabilise 582 000 personnes vaccinées.

En Afrique australe, les données manquent cruellement pour plusieurs pays, ce qui rend compte de la situation sanitaire dans ces régions, complètement oubliées et livrées à elles-mêmes. Mais en Afrique du Sud, la campagne progresse avec beaucoup de lenteur pour un pays qui se dit moderne. 16,8 millions de doses ont été injectées, immunisant seulement 14,3% de la population. Au Mozambique, la situation n’est pas plus prometteuse puisque seulement 3,64 millions de doses ont été administrées, pour un taux de 5,7% de la population.

Voici un recensement quasi-exhaustif de la situation dans presque toutes les régions du continent africain, avec toutes les disparités que nous notons d’un pays à l’autre, même en ce qui concerne des pays censés être plus riches et plus développées comme l’Égypte, l’Afrique du Sud, le Nigéria ou encore l’Algérie.
C’est là une situation inextricable qui a déjà fait plus de 254 000 décès et les observateurs affirment que les statistiques vont aller crescendo faisant même des millions de morts si une politique généralisée n’est pas mise en place en urgence pour sauver les Africains.


À lire aussi
commentaires
Loading...