[ after header ] [ Mobile ]

[ after header ] [ Mobile ]

Revue de presse quotidienne du mardi 21 novembre

LA VÉRITÉ


Voici les dernières informations de la presse nationale de ce mardi:

Sondage réalisé par le CMC : plus de 60% des Marocains en faveur d’un changement de la législation sur les libertés individuelles (Le Matin)

Plus de 60% des Marocains estiment que l’arsenal juridique actuel ne suffit pas pour assurer une protection des libertés individuelles dans le Royaume. C’est l’une des principales conclusions d’un sondage réalisé par le Centre marocain pour la citoyenneté (CMC), sur la période allant du 9 au 31 août 2023. Le sondage, portant sur les impressions des Marocains à propos des revendications d’amendement des législations nationales, notamment celles incluses dans le Code pénal et le Code de la famille, démontre que 64% des participants sont en faveur d’un changement des lois régissant les libertés individuelles. Une proportion qui passe à 75% dans les rangs des femmes et 73% chez les Marocains du monde. Toutefois, seulement 45% des sondés jugent qu’il est nécessaire de renforcer les droits des femmes et d’assurer l’égalité entre les sexes.

Les syndicats rejettent l’appel au dialogue du ministère de l’Éducation nationale, une nouvelle grève paralyse l’école publique (Le Matin)

L’école publique n’est pas sortie de l’auberge. De nouvelles grèves sont prévues pour la cinquième semaine consécutive, prenant en otage plus de deux millions d’élèves. Malgré toutes les tentatives de médiation, rien ne semble calmer les ardeurs des cadres et enseignants de ce secteur qui ont annoncé un nouveau débrayage pour ces mardi, mercredi et jeudi. Les syndicats les plus représentatifs, eux, ont décidé de boycotter une réunion prévue hier lundi à l’appel du secrétaire général du ministère de l’Education nationale. Ils considèrent désormais que la solution ne pourra venir que de la Commission ministérielle présidée par le Chef du gouvernement.

La BERD lance son programme “Youth in Business” (Le Matin)

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) a lancé le programme “Youth in Business” en faveur de l’entrepreneuriat des jeunes au Maroc. Ce programme renforcera l’accès des jeunes aux possibilités de développement des compétences et de financement afin de débloquer leur plein potentiel en tant que moteurs des économies inclusives. Cette nouvelle initiative souligne à quel point il est important de soutenir les jeunes entrepreneurs qui apportent de nouvelles idées sur le marché et réinventent les secteurs traditionnels par des modèles économiques innovants. S’exprimant lors de la cérémonie d’ouverture, le directeur général de Bank Al Maghrib (BAM), Abderrahim Bouazza a affirmé que le développement de l’entrepreneuriat est au cœur des enjeux économiques actuels, rappelant que le nombre des jeunes diplômés sans emploi est cinq fois plus élevé que celui des jeunes sans diplômes d’après les statistiques du Haut Commissariat au Plan (HCP).

Une mission économique prospecte les opportunités d’investissement entre les régions Occitanie, Tonkpi et Dakhla (Le Matin)

Une délégation d’opérateurs économiques et d’acteurs institutionnels des régions d’Occitanie (France) et de Tonkpi (Côte d’Ivoire) a entamé une mission économique à Dakhla, pour explorer et développer les opportunités d’investissement et de coopération entre les trois régions respectives. Initiée par le Conseil régional de Dakhla-Oued Eddahab, en partenariat avec la Chambre africaine de commerce et de services (CACS), cette mission de deux jours a constitué un véritable carrefour, où les expériences et les expertises de chaque territoire interagissent pour un co-développement et des synergies d’investissement innovantes. Elle a offert également une opportunité aux opérateurs économiques marocains, français et ivoiriens pour examiner les perspectives de coopération et consolider la complémentarité économique entre les trois régions dans plusieurs secteurs productifs.

Médicament: les industriels démarrent le lobbying auprès des conseillers (L’Economiste)

Les industriels pharmaceutiques ont démarré, hier lundi, une opération de lobbying auprès des membres de la 2ème Chambre. Ils souhaitent que les conseillers fassent reculer le gouvernement sur la non-déductibilité de la TVA. Les laboratoires sont mécontents de la suppression de la TVA sur les médicaments, mais sans droit à déduction sur les intrants et autres achats effectués en amont. Le surcoût est estimé à 20% sur de nombreux postes de dépenses.

Cash: à nouvelle amnistie, nouvelles règles (L’Economiste)

Moins d’un an après avoir été sorti de la liste grise du Gafi, le Maroc réinstaure une amnistie permettant aux personnes physiques détenant des avoirs liquides non déclarés de régulariser volontairement leur situation fiscale. En effet, le projet de loi de finances prévoit une disposition fiscale consistant à déposer ses avoirs liquides sur un compte en banque et de payer une contribution libératoire de 5% des avoirs concernés. Le dispositif cible les contribuables personnes physiques qui génèrent des profits et des revenus imposables n’ayant pas été déclarés aux impôts avant le ler janvier 2024. Il s’agit des personnes détenant des avoirs liquides déposés dans des comptes en banques (parfois chez d’autres personnes) ou chez elles sous forme de billets de banque. C’est le cas de nombreuses personnes qui thésaurisent parfois de fortes sommes d’argent dans des coffres-forts à l’abri des regards «inquisiteurs». Au Maroc, le cash continue d’être le principal moyen de réalisation des transactions commerciales, notamment dans le domaine de l’immobilier.

Relance du pavillon national: le grand défi de l’écosystème industriel (L’Opinion)

C’est le branle-bas de combat dans le secteur maritime depuis le discours Royal à l’occasion du 48ème anniversaire de la «Marche Verte». Une adresse dans laquelle le Souverain a mis l’accent sur la valorisation de l’économie bleue, qui passe également par la relance du pavillon national. Au niveau du ministère du Transport et de la Logistique, il est question de lancer une nouvelle étude sur le secteur, afin de concrétiser la vision Royale. Plusieurs filières du secteur national de l’industrie pourraient bénéficier d’un véritable coup d’accélérateur avec la relance annoncée du pavillon national. In fine, la réparation navale est une industrie à forte intensité de main d’œuvre, faisant appel à des compétences spécifiques : soudeur qualifié, électricien, tuyauteur, chaudronnier, échafaudeur, technicien de surface, mécanicien naval, menuisier, peintre caréneur, etc. Relancer la flotte nationale, c’est valoriser l’ensemble des métiers industriels.

Ancien ministre égyptien: “Le Maroc et l’Egypte partagent une même vision réaliste de leurs politiques » (L’Opinion)

Nabil Fahmy, ex-ministre des Affaires étrangères de l’Égypte, a assuré qu’il avait eu “l’honneur de rencontrer SM le Roi Mohammed VI” lorsqu’il était encore ministre des Affaires étrangères et qu’il avait “ressenti à quel point le Souverain accorde une importance particulière au développement économique dans plusieurs domaines, notamment les infrastructures”. “En Egypte, nous avons la même priorité et j’en conclus que les deux pays ont la même vision en ce qui concerne leurs politiques publiques, y compris leur politique étrangère loin des slogans idéologiques inutiles”, a-t-il expliqué dans un entretien accordé au journal, notant que les deux Etats “sont réalistes dans leur façon de voir les choses”. Il a d’autre part estimé que “l’Egypte a intérêt à coopérer plus étroitement avec le Maroc dans le domaine économique parce que chacune des deux parties a quelque chose à apporter à l’autre”.

Province de Midelt : plus de 1200 bénéficiaires d’une caravane médicale multidisciplinaire (L’Opinion)

Plus de 1200 personnes issues de la commune rurale de Mzizel relevant de la province de Midelt ont bénéficié des prestations d’une caravane médicale multidisciplinaire organisée, ce week-end, à l’occasion du 68è anniversaire de la Fête de l’Indépendance. Organisée par l’Association Ajial Al Ghad en partenariat avec la Délégation provinciale de la Santé et de la Protection sociale à Midelt, cette action de solidarité s’assigne pour objectifs de rapprocher les services de santé de la population démunie de Mzizel et d’encourager le diagnostic précoce de certaines maladies. Cette initiative se propose de prodiguer des prestations médicales de proximité au profit des populations ciblées, notamment les catégories démunies, a-t-elle souligné dans une déclaration à la presse.


À lire aussi
commentaires
Loading...
[ Footer Ads ] [ Desktop ]

[ Footer Ads ] [ Desktop ]