Take a fresh look at your lifestyle.

Revue de presse quotidienne du jeudi 23 juin

LA VÉRITÉ / MAP


Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce jeudi:

Du conseil et de la formation pour 5.000 agriculteurs (Aujourd’hui Le Maroc)

L’accompagnement des agriculteurs pour le développement de leurs projets agricoles se poursuit dans différentes régions du Royaume. Une formation et une éducation régulières sont essentielles pour les agriculteurs et pour toutes les personnes impliquées dans la chaîne de valeur agricole. C’est dans ce sens que le ministère de l’agriculture à travers l’Office national du conseil agricole (ONCA) prévoit des programmes de formation pour les agriculteurs. Dans le cadre des projets de l’agriculture solidaire du pilier II, l’ONCA cible 4.500 agriculteurs des provinces d’Al Hoceima, Chefchaouen, Fahs Anjra, Larache, M’diq-Fnideq, Ouezzane, Tanger-Asilah et Tétouan. Ces agriculteurs de la région de Tanger-Tétouan- Al Hoceima pourront bénéficier donc des journées de sensibilisation, d’information.

Le Maroc s’essaye à la cryptomonnaie (Aujourd’hui Le Maroc)

Revirement stratégique pour le Maroc. Le Royaume va en effet légiférer dans le domaine des monnaies numériques. Le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri, a affirmé qu’un projet de loi visant à réglementer l’usage des crypto- monnaies va voir le jour. S’exprimant lors du point de presse à l’issue de la deuxième réunion trimestrielle de 2022 de BAM, Jouahri a fait savoir qu’un comité œuvre pour mettre en place un cadre réglementaire adéquat permettant d’allier innovation, technologie et protection du consommateur.

Commerce électronique: 4 millions d’envois, 2 milliards de DH, zéro droits de douane (L’Economiste)

Entre 2018 et 2021, le nombre d’envois vers le Maroc est passé de 2,8 à 6 millions de colis. Sur ce total, 4 millions d’envois concernent des marchandises acquises via les plateformes de commerce électronique en 2021. Sauf que, « les destinataires de plus de 4 millions d’envois, d’une valeur de 2 milliards de DH, expédiés via ces plateformes, ne s’acquittent pas des droits de douane dus », a déploré le ministre délégué chargé du budget, Fouzi Lekjaa. En face, les exportateurs réguliers, via les conteneurs, sont soumis à des droits de douane de 68%. D’où la nécessité d’assurer l’égalité de tous devant le code des impôts.

Produits de santé non médicamenteux: alliance pour le développement du sourcing local (L’Economiste)

La pandémie du Covid a prouvé l’importance de la souveraineté sanitaire. Le Maroc vient de réaliser une action qui devrait permettre de renforcer son écosystème de production. Les produits de santé non médicamenteux et les dispositifs médicaux “Made in Morocco” ont, en effet, fait l’objet d’un protocole d’accord conclu mardi à Casablanca. Il s’agit de développer le sourcing local de ces matériels auprès de leurs fournisseurs. Cette association a en fait concerné le ministère de l’Industrie, l’Union française des hôpitaux pour les achats (UniHA), Green Health Logistics (GHL) et le cluster des Industries médicales du Maroc (MMI). D’une part, la fabrication locale devrait augmenter, d’autre part, cette production devrait être plus sollicitée par le marché international.

Zones industrielles: ordre et rigueur pour une meilleure compétitivité (L’Opinion)

Le gouvernement entend mettre de l’ordre dans la gestion des zones industrielles afin d’attirer plus d’investissements. Un plan national de zones industrielles et un régime général de gestion des zones industrielles : voilà les deux principales grandes nouveautés à prévoir dans le domaine de l’industrie. Ces chantiers seront enclenchés une fois la loi 102.21 adoptée par le Parlement. Quant aux zones d’accélération industrielle, le contexte actuel les favorise, à condition de donner une meilleure visibilité à la destination Maroc, qui offre des avantages fiscaux très favorables aux investisseurs.

Maintien du taux directeur: un signal plutôt positif pour les PME (Les Inspirations éco)

Bank Al-Maghrib (BAM) a décidé mardi de maintenir inchangé son taux directeur à 1,5%, tout en continuant à suivre de près l’évolution de la conjoncture nationale et internationale. Le maintien du taux directeur comporterait de nombreuses vertus, notamment en termes de création d’emplois, de croissance et de valeur. “C’est un signe plutôt positif. Un taux directeur à 1.5% est un appui au secteur industriel, aux investissements dans les infrastructures publiques, à l’immobilier, tant neuf que de deuxième main”, a déclaré Abdelghani Youmni, économiste et spécialiste des politiques publiques.

Ayelet Shaked : Israël réaffirme son soutien à la souveraineté du Maroc sur le Sahara (Le Matin)

La ministre israélienne de l’Intérieur, Ayelet Shaked, a réaffirmé, mardi, le soutien de son pays à la souveraineté du Maroc sur le Sahara. «Israël réaffirme son soutien à la souveraineté du Maroc sur le Sahara», a souligné Mme Shaked dans une déclaration à la presse à l’issue de ses entretiens avec le ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita. Elle a ajouté que ses entretiens avec Bourita ont également porté sur «les relations bilatérales solides et les projets communs que les deux pays vont accomplir». Plus tôt dans la journée, le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a tenu une réunion de travail avec son homologue israélienne, à laquelle ont pris part de hauts responsables des départements de l’Intérieur des deux pays.

Jouahri : «Le Maroc dans les 100 derniers mètres» pour sortir de la liste grise du GAFI (Le Matin)

«ll faut sortir au plus vite de la liste grise du GAFI, et ce ne sera pas une mince affaire», déclarait en mars 2021 Abdellatif Jouahri. Mardi dernier, le wali de Bank Al-Maghrib s’est montré plus serein : «un travail colossal a été fait jusqu’ici par l’ensemble des parties prenantes. Maintenant, il reste encore à appliquer quelques recommandations du Groupe d’action financière, qui se comptent sur le bout des doigts -ce que j’appelle les derniers 100 mètres – pour que le Maroc ne soit plus sur la liste grise dès septembre, au plus tard». Jouahri s’exprimait lors du point de presse post-Conseil de la Banque centrale, le 21 juin. Une rencontre où il a été interpellé, entre autres, sur la sortie du Maroc sur le marché financier international, les cryptomonnaies, les crédits aux ménages et les transferts MRE.

Industrie Aéronautique : Inauguration à Casablanca de l’extension du site Safran Nacelles Morocco (Maroc Le jour)

Le Groupe industriel et technologique Safran, spécialisé dans les domaines de l’aéronautique, de l’espace et de la défense, a inauguré l’extension de son site Safran Nacelles Morocco dédié à la production de nacelles d’avions à Casablanca. Cette extension de 6.000 m2 sera réservée à la production de nacelles pour les Airbus A320neo et les avions d’affaires haut de gamme Gulfstream G700/G800. Ce déploiement, qui a nécessité une enveloppe de 115 millions de dirhams, vise également à accompagner le plan de développement industriel de l’usine pour davantage d’efficacité et de performance afin d’augmenter les cadences de production des nacelles demandées par les clients.


À lire aussi
commentaires
Loading...