[ after header ] [ Mobile ]

[ after header ] [ Mobile ]

Revue de presse quotidienne du jeudi 13 juin 2024

LA VÉRITÉ


Voici les dernières informations de la presse nationale de ce jeudi:

 

Les propriétaires de cafés et restaurants saisissent le Chef du gouvernement pour stopper l’hémorragie (Le Matin)

 

Le secteur des cafés et de la restauration a été l’un des plus impactés par la pandémie de la Covid-19. Depuis, les professionnels n’arrivent toujours pas à sortir la tête de l’eau. Ces derniers ne voient pas d’un bon œil la volonté du gouvernement de mieux structurer le secteur. En effet, confrontés à une charge fiscale lourde et à la difficulté à payer les cotisations de la CNSS en retard, les professionnels, organisés au sein de la Fédération nationale des propriétaires de cafés et de restaurants, maintiennent la pression sur l’Exécutif. Dans un mémorandum adressé au Chef du gouvernement et à plusieurs départements ministériels, ils exigent des mesures urgentes pour sauver le secteur.

 

Tanger Med : l’IFC approuve le cofinancement de l’extension du port «Passagers» et «Roulier» (Le Matin)

 

La Société financière internationale a approuvé un appui financier pour cofinancer l’extension du port «Passagers» et «Roulier» de Tanger Med. Ce projet d’envergure, estimé à 450 millions d’euros, est crucial pour répondre à la saturation actuelle des infrastructures et soutenir la croissance continue du trafic «passagers» et «camions TIR». Il permettra de renforcer les échanges commerciaux entre le Maroc et l’Europe, tout en améliorant la fluidité, le confort et la sécurité des opérations portuaires.

 

IDE au Maroc : une reprise confirmée (Le Matin)

 

La reprise des investissements directs étrangers (IDE) au Maroc se confirme avec un record de 13,1 milliards de dirhams à fin avril, consolidant ainsi la position du Royaume en tant que hub régional et destination privilégiée pour les investisseurs. En effet, selon l’Office des changes, le flux net des IDE s’est établi à près de 8,25 milliards de DH au cours des quatre premiers mois de cette année, contre 5,55 milliards de DH à fin avril 2023. Cette dynamique positive n’est que le début de la consécration des efforts des autorités pour mettre à niveau le cadre légal régissant l’acte d’investir au Maroc et en faire ainsi l’une des plateformes les plus compétitives de la région. Et les résultats sont déjà palpables : les IDE affluent vers le Maroc dans divers secteurs tels que l’automobile, l’aéronautique, l’immobilier, le tourisme, les transports, l’énergie, les mines et le commerce. Pour l’économiste Mohamed Jadri, cette performance s’explique par plusieurs facteurs ayant fait du Maroc un leader dans les industries internationales, notamment l’automobile et l’aéronautique. Parmi ces facteurs, précise-t-il, des infrastructures de qualité, un capital humain compétent, un climat des affaires favorable, une forte intégration locale, ainsi qu’une grande compétitivité.

 

Electricité: la production en hausse (L’Economiste)

 

En 2022, la capacité globale produite a atteint 11,05 gigawatts, contre 6,34 gigawatts en 2010, une année après le lancement de la stratégie énergétique. La part des ressources renouvelables dans la production d’électricité a été de 18,1%, soit 7.489 gigawatts/ heure, selon le rapport annuel de l’Autorité nationale de réglementation de l’électricité. Néanmoins ce document fait état de la baisse de la production basée sur le gaz naturel, contre une hausse de l’utilisation du carbone, avec un niveau annuel de 8,5%.

 

 

Commerce bilatéral Maroc-Espagne: un début d’année contrasté en 2024 (Les Inspirations éco)

 

En 2023, les exportations espagnoles vers le Maroc ont atteint un record historique avec une valeur de 12,146 milliards d’euros, marquant une augmentation de 3% par rapport à 2022. Le Royaume, en tant que huitième client de l’Espagne, a représenté 32% des exportations espagnoles totales. Ces données ont été fraîchement communiquées par l’ambassade d’Espagne à Rabat, mettant en avant une dynamique commerciale soutenue du côté ibérique, sur le marché national. En face de cet essor, néanmoins, les mêmes statistiques révèlent un repli des exportations espagnoles vers le Maroc, au cours du premier trimestre de l’année 2024, matérialisé par une baisse de 6,2%, à 3,048 milliards d’euros, contre 3,250 milliards d’euros pour la même période en 2023. “Le Maroc a été le 8e client de l’Espagne en 2023 avec 3,2% du total des exportations espagnoles. Il s’agit de notre troisième marché extracommunautaire, juste derrière les États-Unis et le Royaume-Uni, et devant d’autres pays comme la Chine, qui reçoit 2% des exportations espagnoles”, indique le service économique de l’ambassade.

 

Maroc-UE: un chantier de décarbonation fructueux… sous conditions ! (L’Opinion)

 

Le Maroc présente des vulnérabilités climatiques importantes qui s’expliquent par sa position géographique, sa structure topographique et la nature de son couvert végétal. Cherchant à lutter contre les différents défis imposés par ces facteurs, le Maroc entend contribuer aux efforts mondiaux en poursuivant une transition rapide vers une économie résiliente et sobre en carbone, tout en renforçant l’équité et les progrès vers les objectifs de développement durable (ODD). Un engagement, loué, mardi, par le chef de coopération à la délégation de l’Union européenne (UE), Jean Christophe Filori, qui s’est félicité de la feuille de route verte maroco-européenne, qui ouvre plusieurs opportunités, mais pose aussi des défis.

 

Abdeljalil préconise une réduction des arrêts sur les lignes TGV (L’Opinion)

 

Alors que l’Office national des chemins de fer (ONCF) se prépare à lancer de nouvelles lignes ferroviaires à grande vitesse pour relier plusieurs villes, diverses questions émergent, notamment concernant les points d’arrêt des TGV en cours de déploiement. Ce sujet a été abordé lors de la séance plénière de la Chambre des Conseillers, où le ministre des Transports et de la Logistique, Mohamed Abdeljalil, a tenté d’apporter des explications, mettant en avant l’importance des facteurs techniques, économiques et sociologiques dans le choix des points d’arrêt des TGV. Abdeljalil a expliqué que pour maintenir la véritable nature à grande vitesse des TGV, leur nombre de points d’arrêt devrait être limité, contrairement aux trains conventionnels qui s’arrêtent généralement tous les 50 km. Il a souligné que la sélection des points d’arrêt se fait en fonction de la capacité de chaque gare à attirer un maximum de voyageurs. L’ONCF envisage ainsi de programmer plusieurs arrêts pour au moins un TGV dans la plupart des villes desservies par la ligne en question.

 

Délais de paiement: un stock de 337 milliards de DH en attente (L’Economiste)

 

La réforme des délais de paiement a instauré une amende recouvrée par le fisc en cas d’impayé. Cependant, elle n’a pas pris en compte le stock de factures établies avant le 1er juillet 2023, restées impayées. Selon les données d’Inforisk, ce stock atteint 337 milliards de DH. Bien qu’il ait diminué de 10%, il représente encore 25% du PIB en 2022. Ce crédit inter-entreprises a également enregistré une baisse significative de 19% par rapport au pic de 2018, tandis que le crédit bancaire aux sociétés non financières a augmenté de 12% entre 2021 et 2022. À la fin de 2022, les délais de paiement se sont légèrement améliorés, avec une réduction progressive jusqu’à 194 jours, marquant une anticipation des entreprises pour se conformer à la nouvelle loi 69-21.

 

Tourisme: redécollage réussi (Les Inspirations éco)

 

Jamais le secteur touristique ne s’est aussi bien porté qu’au cours de cette période. Après l’épisode tumultueux causé par les restrictions liées à la propagation de la pandémie, le tourisme s’est reconstruit graduellement jusqu’à atteindre ses niveaux d’antan, voire faire mieux. Lors de son intervention mardi à la Chambre des conseillers, la ministre du Tourisme, Fatim-Zahra Ammor, a fait état des prouesses réalisées, indiquant que des performances record ont été enregistrées. En effet, en 2023, le pays a accueilli 14,5 millions de touristes. Ce qui a permis de générer 105 milliards de dirhams en devises. Ce progrès s’est poursuivi en 2024 pour compter 5,9 millions de touristes au cours des cinq premiers mois de l’année, soit 770.000 de plus qu’en 2023. Et pour le seul mois de mai, ce sont plus de 1,3 million d’arrivées qui ont été enregistrées, affichant une croissance de +18% par rapport à mai 2023.

 

Délais de paiement: l’optimisme est de mise (Les Inspirations éco)

 

Le premier bilan de la mise en œuvre de la nouvelle loi 69-21 relative aux délais de paiement instituant le dispositif de sanctions pécuniaires montre une “nette amélioration” des délais de paiement entre entreprises et “une large conformité” à l’égard des exigences de ce mécanisme. Selon le communiqué publié à l’issue de la sixième réunion de l’Observatoire des Délais de Paiement, tenue mardi dernier à Rabat, 4.769 déclarations ont été effectuées par la population assujettie, au titre des troisième et quatrième trimestre de l’année 2023. “Ces résultats augurent de fortes perspectives en vue de continuer à agir en profondeur sur l’environnement des affaires et la libération des énergies entrepreneuriales”, souligne la même source à l’issue de cette sixième réunion co présidée par Nadia Fettah, ministre de l’Économie et des Finances, et Chakib Alj, président de la CGEM.


À lire aussi
commentaires
Loading...
[ Footer Ads ] [ Desktop ]

[ Footer Ads ] [ Desktop ]