• Version PDF
  • Coronavirus au Maroc live inf

  • Cas confirmés

    1043225

  • Décès

    14963

  • Guéris

    972291

  • Dernière mise à jour: 15 janvier à 18:25

    Par:  

    Fadwa EL GHAZI

  • 30 novembre 2021  à 14:53
  • Temps de lecture: 4 minutes
  • ÉducationReprise des cours en présentiel entre difficultés scolaires et troubles d’apprentissage

    Reprise des cours en présentiel entre difficultés scolaires et troubles d’apprentissage
    L'éducation est un droit dont la réalisation influe directement sur l’exercice de tous les autres droits

    Après près de quatre mois d’arrêt des cours dans les écoles, la rentrée en présentiel a eu lieu, bon an mal an, le 1er octobre, à l’immense bonheur des petits mais surtout des grands! Place aujourd’hui aux difficultés d’apprentissage que connaissent plusieurs enfants notamment ceux qui font leur entrée en première année de primaire.

    Ces écoliers ont fait leur baptême de feu scolaire sur fond de crise pandémique qui boucle bientôt ces deux années.

    Le constat est donc là. Bon nombre de ces bambins qui entament leur première année sur les bancs de l’école sans avoir acquis les ba-ba de l’écriture, de l’articulation et de la discipline, avec l’instauration du télé-enseignement au cours d’une bonne partie de ces deux dernières années.

    “L’éducation n’est pas seulement un droit humain fondamental. C’est un droit dont la réalisation influe directement sur l’exercice de tous les autres droits”, lit-on dans une note de synthèse sur “l’éducation en temps de Covid-19 et après” publié par les Nations Unies en août 2020.

    “La pandémie de Covid-19 a fait subir aux systèmes éducatifs un choc sans précédent dans l’histoire, bouleversant la vie de près de 1,6 milliard d’élèves et d’étudiants dans plus de 190 pays sur tous les continents. Les fermetures d’écoles et d’autres lieux d’apprentissage ont concerné 94 % de la population scolarisée mondiale, et jusqu’à 99 % dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire inférieur”, souligne le document.

    Pour parer à ces lacunes, une solution toute simple: le diagnostic précoce. C’est pour cela qu’il faut dépister quand un enfant a du mal à parler, à écrire ou à s’exprimer. Et puisque “prévenir vaut mieux que guérir”, il s’avère nécessaire de consulter lorsqu’on remarque “des omissions, des inversions, des ajouts ou encore des substitutions de lettres pendant la lecture”, explique à la MAP l’orthophoniste à l’hôpital d’enfants CHU Ibn Sina, Chaimae Laidi.

    “C’est généralement une confusion de lettres soit auditivement proches ou visuellement proches, soit des sauts de lignes lors de la lecture et la capacité à mémoriser des leçon vus en classe, à assembler les lettres à produire, à assembler des syllabes, produire un mot ou une phrase”, note-t-elle.

    Approchée par la MAP, la maman d’Ihsane (6 ans) souligne que les difficultés d’apprentissage ont été détectées à la rentrée. “Mon enfant avait des difficultés à s’assoir et à suivre le cours mais également ce qui m’a alerté, ce sont les difficultés pour écrire”, signale-t-elle, ajoutant que son fils n’arrivait pas à faire ses devoirs à la maison ou des fois refusait carrément de les faire.

    “Comme il finit ses 6 ans, je vais lui laisser encore six mois pour voir s’il arrive à s’adapter en classe”, dira-t-elle, estimant qu’une consultation chez un orthophoniste est nécessaire si ces difficultés persistent d’ici là. Pour la maman d’Anas, qui soufflera bientôt sa 7ème bougie, son fils ne trouve pas de difficultés pour se concentrer à l’écrit, mais pour s’exprimer à l’oral. Il n’arrive pas à prononcer plusieurs lettres correctement en arabe et en français, dit-elle. “J’ai demandé à son pédiatre, elle m’a vivement conseillé de commencer une rééducation chez l’orthophoniste”, a-t-elle indiqué.

    Mais que peuvent faire les parents ? Bien souvent, ils ne savent pas à quel saint se vouer. Surtout que les enfants, des fois bien intégrés, passent une scolarité normale, et ce n’est que jusqu’à l’âge de 7 ou 8 ans que des bilans orthophoniques sont établis pour faire le diagnostic.

    En parallèle, les parents sont appelés à réaliser des activités pour contribuer à rendre l’apprentissage plus facile et plus agréable en vue d’améliorer les compétences de leur enfant et l’aider à surmonter les difficultés.

    Selon l’orthophoniste Chaimae Laidi, l’accompagnement commence de prime abord par le soutien psychologique, cette prise en charge nécessite de la patience de la persévérance et aussi beaucoup de temps. “On va installer des méthodes pour atténuer les signes de cette difficulté, donc on parle de l’adaptation de la vie scolaire au profit de l’enfant dyslexique”, a-t-elle dit, ajoutant qu”il faut travailler en équipe avec le corps enseignant qui doit comprendre ce qui se passe lors des séances de rééducation et agir avec la même vision”.

    La praticienne préconise de réduire au maximum les devoirs, chercher la qualité au lieu de la quantité et d’éviter la sanction par les parents en cas d’échec, mais aussi d’intégrer au maximum l’enfant dans l’activité de groupe au sein de l’école.

    Les derniers articles

  • Novak Djokovic de retour dans un centre de rétention en Australie

    Novak Djokovic de retour dans un centre de rétention en Australie

    Le N.1 mondial Novak Djokovic est de retour dans un centre de rétention de Melbourne pour attendre la décision d’une Cour fédérale après l’annulation de son visa pour...

  • France: Christiane Taubira officiellement candidate à la présidentielle

    France: Christiane Taubira officiellement candidate à la présidentielle

    L’ex-garde des Sceaux, Christine Taubira, a officialisé, samedi à Lyon, sa candidature à la présidentielle d’avril prochain. “Je suis candidate à la présidence...

  • Logistique: l’AMDL présente ses réalisations au titre de l’exercice 2021

    Logistique: l’AMDL présente ses réalisations au titre de l’exercice 2021

    Le conseil d’administration de l’Agence marocaine de développement de la logistique (AMDL) a tenu, vendredi à Rabat, une réunion consacrée à la présentation du bilan...

  • La Foire commerciale intra-africaine, un catalyseur de commerce

    La Foire commerciale intra-africaine, un catalyseur de commerce

    15 janvier 2022  à 15:50
  • Béni Mellal: sensibilisation des porteurs de projets aux solutions de financement du programme “Intelaka”

    Béni Mellal: sensibilisation des porteurs de projets aux solutions de financement du programme “Intelaka”

    15 janvier 2022  à 15:46
  • Finance-Art: Les NFT ou comment révolutionner le monde de l’art dans son ensemble !

    Finance-Art: Les NFT ou comment révolutionner le monde de l’art dans son ensemble !

    15 janvier 2022  à 15:43
  • Rabat : Lancement de la marque “MoroccoTech” de promotion du secteur digital

    Rabat : Lancement de la marque “MoroccoTech” de promotion du secteur digital

    15 janvier 2022  à 13:03
  • La présidence française du Conseil de l’UE aura un impact sur le partenariat maroco-européen

    La présidence française du Conseil de l’UE aura un impact sur le partenariat maroco-européen

    15 janvier 2022  à 13:00
  • Transformation électrique: Mise en service de deux nouveaux postes à Nouaceur et Essaouira

    Transformation électrique: Mise en service de deux nouveaux postes à Nouaceur et Essaouira

    15 janvier 2022  à 12:58