• Version PDF
  • Coronavirus au
    Maroc live infos

  • Cas confirmés

    110099

  • Décès

    1956

  • Guéris

    90186

  • Dernière mise à jour: 24 septembre à 18:42

    Par:  

    LA VÉRITÉ / MAP

  • 05 septembre 2020  à 14:37
  • Temps de lecture: 4 minutes
  • CULTUREPrix de la littérature arabe: Madi Belem et Youssef Fadel en course

    Prix de la littérature arabe: Madi Belem et Youssef Fadel en course
    La langue maudite de Madi Belem et N'appelle pas, il n’y a personne de Youssef Fadel en lice pour le Prix de la littérature arabe

    « La langue maudite » de l’écrivain marocain Madi Belem et « N’appelle pas, il n’y a personne » de son concitoyen Youssef Fadel sont en lice pour le Prix de la littérature arabe 2020, qui sera annoncé le 4 novembre prochain à Paris.

    Créé en 2013 par l’Institut du Monde Arabe (IMA) et la Fondation Jean-Luc Lagardère, le Prix de la littérature arabe est la seule récompense française distinguant la création littéraire arabe. Chaque année, un comité de sélection se penche sur les ouvrages publiés récemment par des maisons d’édition françaises et arabes. Le prix, doté de 10.000 euros, promeut l’oeuvre (roman ou recueil de nouvelles) d’un écrivain ressortissant de la Ligue arabe et auteur d’un ouvrage écrit ou traduit en français.

    La sélection de cette 8e édition met à l’honneur la grande diversité de la littérature arabe, à travers les romans d’écrivains marocains, syrien, libanais, palestinien et soudanais, souligne l’IMA. Cinq autres romans sont retenus dans la sélection officielle de cette année. Il s’agit de « Mauvaises herbes de Dima Abdallah (Liban), « Les Jango » d’Abdelaziz Baraka Sakin (Soudan), traduit de l’arabe par Xavier Luffin, « L’invité des Médicis » de Carole Dagher (Liban), « Une baignoire dans le désert » de Jadd Hilal (Palestine), et « Le dernier Syrien » d’Omar Youssef Souleimane (Syrie).

    Le jury, composé d’éminentes personnalités du monde des médias, des arts et de la culture ainsi que de spécialistes du monde arabe, se réunira à l’automne pour délibérer et désigner le (ou la) lauréat(e) de la nouvelle édition du Prix de la littérature arabe. Celui-ci sera annoncé et remis au siège de l’Institut du monde arabe à Paris, à l’occasion d’une cérémonie qui se déroulera le 4 novembre prochain, en présence du président de l’IMA, Jack Lang, précise l’IMA.

    Depuis sa création, le Prix de la littérature arabe a été remis à Jabbour Douaihy (Liban) en 2013, à Mohamed al-Fakharany (Égypte) en 2014, à Mohammed Hasan Alwan (Arabie-saoudite) en 2015, à Inaam Kachachi (Irak) en 2016, à Sinan Antoon (Irak) en 2017, à Omar Robert Hamilton (Égypte) en 2018 et à Mohammed Abdelnabi (Égypte) en 2019 pour son roman La Chambre de l’araignée (Actes Sud / Sindbad).

    Avec la « La langue maudite », paru en mars 2020 aux éditions Plon, Madi Belem, signe son premier roman. Fils de feu Driss Belemlih, universitaire, spécialiste de la poésie préislamique, romancier et éditeur qui lui a donné le goût de l’art, du cinéma et de l’écriture, Madi Belem est né à Rabat en 1990. Après avoir suivi les cours Florent, Madi Belem tourne dans un premier film, Le Convoi, de Frédéric Schoendoerffer et dans la série Baron Noir, sur Canal +. En 2018, il obtient le premier prix d’interprétation masculine au festival du cinéma d’Agadir.

    Romancier, dramaturge et metteur en scène, Yousef Fadel est né en 1949 à Casablanca. Son roman « N’appelle pas, il n’y a personne de Youssef », paru en septembre 2019 aux éditions Actes-Sud, raconte la rencontre passionnelle entre Othmane, un ouvrier qui travaille sur le chantier de la gigantesque et luxueuse mosquée Hassan II, et Farah, une chanteuse novice et pauvre, mais avide de célébrité. Audacieux et subtil, le roman est un regard d’une sévère acuité porté sur la société marocaine. Il constitue le troisième volet de la trilogie de l’auteur, après Un joli chat blanc marche derrière moi (2014) et Un oiseau bleu et rare vole avec moi (2017).

    Les derniers articles

  • Covid-19: 2.356 nouveaux cas confirmés

    Covid-19: 2.356 nouveaux cas confirmés

    Le Maroc a enregistré, durant les dernières 24 heures, 2.356 nouveaux cas confirmés de coronavirus, 1.942 guérisons et 38 décès, selon les données publiées sur le portail...

  • The Parliament Magazine: Le Maroc, un pont d’énergie verte entre l’Europe et l’Afrique

    The Parliament Magazine: Le Maroc, un pont d’énergie verte entre l’Europe et l’Afrique

    Le Maroc est devenu un pont d’énergie verte entre l’Europe et l’Afrique, écrit la publication européenne «The Parliament Magazine». Dans une contribution...

  • Blanchiment de capitaux: Le Maroc s’harmonise avec la communauté internationale

    Blanchiment de capitaux: Le Maroc s’harmonise avec la communauté internationale

    Le Maroc a mis en place, depuis plus d’une décennie, de nombreux outils juridiques et institutionnels contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, en...

  • Vaccin anti-Covid19: Des conventions signées avec deux laboratoires

    Vaccin anti-Covid19: Des conventions signées avec deux laboratoires

    24 septembre 2020  à 18:26
  • UE: Josep Borrell brise les rêves séparatistes du polisario et de l’Algérie

    UE: Josep Borrell brise les rêves séparatistes du polisario et de l’Algérie

    24 septembre 2020  à 18:25
  • Casablanca: Le marché de « Koréa » sous le coup du Covid-19

    Casablanca: Le marché de « Koréa » sous le coup du Covid-19

    24 septembre 2020  à 14:20
  • Casablanca: Tant qu’il y aura des fours traditionnels…

    Casablanca: Tant qu’il y aura des fours traditionnels…

    24 septembre 2020  à 14:13
  • Rentrée sociale: Préserver les équilibres de la société au temps du Covid-19

    Rentrée sociale: Préserver les équilibres de la société au temps du Covid-19

    24 septembre 2020  à 14:08
  • Blended Learning: Une alternative aux modèles classiques au temps de la pandémie!

    Blended Learning: Une alternative aux modèles classiques au temps de la pandémie!

    24 septembre 2020  à 14:06