Take a fresh look at your lifestyle.

Prise en charge des femmes victimes de violences: L’expérience marocaine saluée à Amman

LA VÉRITÉ / MAP


L’expérience marocaine dans le domaine de la prise en charge des femmes victimes de violences a été saluée lors d’une conférence régionale organisée, les 21 et 22 mai à Amman, sur les violences faites aux femmes.

Les participantes à cette conférence, organisée par l’Initiative féministe euro-méditerranéenne en partenariat avec le Comité ministériel jordanien pour l’autonomisation des femmes, ont également noté la récente ratification par le Maroc des deux protocoles facultatifs se rapportant au Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

Ils ont appelé, au cours de cette rencontre, qui a vu la participation d’une délégation marocaine comprenant une représentante du ministère de la Solidarité, de l’Intégration sociale et de la Famille, des représentants de plusieurs associations de la société civile, du Conseil national des droits de l’homme et du pouvoir judiciaire, à suivre l’exemple de l’expérience marocaine qui est un modèle en matière de lutte contre les violences faites aux femmes et de prise en charge des femmes victimes de violences.

La représentante du ministère de la Solidarité, de l’Intégration sociale et de la Famille, Soukaina El Yabouri, a mis en avant, dans une déclaration à la MAP, la volonté politique de lutter contre les violences faites aux femmes incarnée par le renforcement et la révision de l’arsenal juridique marocain, soulignant que le domaine de la prise en charge des femmes battues est très avancé au Maroc, et fonctionne selon une approche intégrée, globale et complète pour amender et mettre à jour les lois.

Mme El Yabouri a indiqué que le Maroc est l’un des pays les plus avancés dans le domaine de la promotion des droits des femmes, de l’égalité et du genre.

Elle a ajouté que le Maroc est l’un des rares pays à avoir lancé un plan d’action pour la mise en œuvre de la résolution 1325 des Nations unies pour la paix et la sécurité, qui respecte l’approche genre et s’attèle à former des médiateurs dans le domaine de la paix et de la sécurité.

Elle a également mis en exergue que le Royaume est l’un des premiers pays qui s’est doté d’une stratégie de lutte contre la violence à l’égard des femmes avec un plan exécutif qui est actuellement mis à jour et revu en fonction des évolutions connues de la société, en plus de la « Déclaration de Marrakech », qui a donné une forte impulsion dans le domaine de la lutte contre les violences faites aux femmes.

Mme El Yabouri a fait savoir que le Royaume travaille sur des politiques publiques et des mécanismes de mise en œuvre des lois et des stratégies tels que l’Observatoire national de la violence et les Comités nationaux de prise en charge des femmes victimes de violences, ainsi que sur des programmes d’autonomisation des femmes, car il s’agit d’une composante nécessaire pour sortir les femmes du cycle de la violence.

Il a été procédé, lors de cette conférence, au lancement de l’indicateur régional sur les violences faites aux femmes et aux filles pour l’année 2021 dans le cadre du Programme régional « Lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles dans le sud de la Méditerranée » financé par l’Union européenne .

L’indicateur vise la documentation globale des lois, des politiques publiques et des services liés à la violence à l’égard des femmes et des filles, à la mise en œuvre du programme sur les femmes, la sécurité et la paix, et à son alignement sur les lois et mécanismes internationaux de promotion des droits des femmes.

Il comprend un ensemble d’indicateurs pour suivre et soutenir la mise en œuvre des politiques et mesures de lutte contre la violence à l’égard des femmes et des filles dans le sud de la Méditerranée en 2021.

Les travaux de la conférence ont été marqués par la présentation des résultats des pays par des experts gouvernementaux et civils, suivie de discussions sur les normes internationales de protection des femmes contre la violence, les progrès réalisés et les domaines pouvant être améliorés en fonction des résultats de l’indicateur, ainsi que des recommandations pour le mécanisme national de suivi de l’indicateur et des recommandations politiques concrètes dans le domaine de la lutte contre les violences faites aux femmes et les filles à la prochaine réunion ministérielle de l’Union pour la Méditerranée, qui se tiendra en octobre prochain en Espagne.

La conférence a également appelé à l’adoption d’approches et de législations globales pour lutter contre la violence à l’égard des femmes et des filles et permettre aux femmes de vivre à l’abri de la violence et de la discrimination.


À lire aussi
commentaires
Loading...