[ after header ] [ Mobile ]

[ after header ] [ Mobile ]

Poussée de l’Extrême Droite au Parlement Européen

Européennes: la poussée de l'extrême droite confirmée en France et en Allemagne

LA VÉRITÉ


Le marathon électoral pour le renouvellement du Parlement européen a confirmé dimanche une montée significative de l’extrême droite, qui devance désormais les partis des dirigeants en Allemagne et en France. Cette évolution pourrait influencer profondément le cap politique de l’Union européenne.

Un Scrutin Sous Haute Tension

Tout d’abord, plus de 360 millions d’électeurs étaient appelés aux urnes pour désigner 720 eurodéputés. Ce scrutin s’est déroulé dans un climat marqué par une conjoncture économique morose et la guerre en Ukraine. En plus, l’UE doit affronter des défis stratégiques majeurs face à la Chine et aux États-Unis.

La Montée des Droites Nationalistes et Radicales

D’ailleurs, de premiers sondages sortie des urnes confirment une nette progression des droites nationalistes et radicales. En France, le Rassemblement National, mené par Jordan Bardella, a dominé le scrutin avec plus de 31,5% des voix. Ce score dépasse largement celui du parti Renaissance du président Macron (15,2%) et de la gauche sociale-démocrate emmenée par Raphaël Glucksmann (autour de 14%). La participation, estimée à 52,5%, est en hausse de 2,5 points par rapport à 2019. Le RN devrait ainsi obtenir 31 des 81 eurodéputés français.

En Allemagne, l’extrême droite AfD se place en seconde position avec 16,5-16% des voix, derrière les conservateurs CDU-CSU (29,5-30%). Malgré des scandales récents, l’AfD devance les sociaux-démocrates de la coalition au pouvoir, un revers pour le chancelier Olaf Scholz.

La Situation dans d’Autres Pays Européens

Par ailleurs, l’Autriche voit le parti d’extrême droite FPÖ crédité de 27% des voix, en tête du scrutin. Aux Pays-Bas, le parti d’extrême droite de Geert Wilders se classe en deuxième position derrière la coalition sociale-démocrate/écologiste. En Italie, le parti post-fasciste Fratelli d’Italia de Giorgia Meloni pourrait envoyer 22 eurodéputés dans l’hémicycle, contre six actuellement.

Les Conséquences pour la Coalition Actuelle

Cependant, malgré cette poussée de l’extrême droite, la “grande coalition” actuelle (droite/socialistes/libéraux) devrait conserver la majorité au Parlement européen. Mais cette majorité pourrait voir sa marge de manœuvre réduite, nécessitant des alliances supplémentaires et des tractations intenses dans les semaines à venir. Les eurodéputés devront notamment confirmer les choix des dirigeants des Vingt-Sept pour la présidence de la Commission européenne.

Un Avenir Politique en Jeu

En outre, l’essor des droites radicales pourrait influencer des dossiers cruciaux tels que la défense contre une Russie expansionniste, la politique agricole, et les objectifs climatiques pour 2040. Mette Frederiksen, Première ministre danoise, a souligné l’importance des enjeux actuels, citant la sécurité avec la guerre en Europe et le changement climatique comme des préoccupations majeures.

Les Divisions au Sein de l’Extrême Droite

Néanmoins, l’extrême droite reste divisée au Parlement européen en deux groupes (ID et ECR), dont le rapprochement semble incertain en raison de divergences, notamment sur la Russie. Viktor Orban, Premier ministre hongrois, a exprimé l’espoir de voir émerger une majorité pro-paix, critiquant Bruxelles et l’Otan pour leur rôle dans la guerre en Ukraine.

La Mobilisation des Électeurs

Finalement, la mobilisation de l’électorat était un enjeu crucial de ce scrutin. Pedro Sanchez, Premier ministre espagnol, a encouragé les électeurs à voter pour un avenir de progrès pour l’Europe. Des électeurs comme Tanja Reith en Allemagne et Martine Dorian en France ont souligné l’importance de l’unité européenne pour la paix et la démocratie.

En somme, ces élections marquent un tournant pour le Parlement européen, avec des implications profondes pour l’avenir politique de l’UE.


À lire aussi
commentaires
Loading...
[ Footer Ads ] [ Desktop ]

[ Footer Ads ] [ Desktop ]