• Version PDF
  • Coronavirus au
    Maroc live infos

  • Cas confirmés

    179003

  • Décès

    3027

  • Guéris

    148838

  • Dernière mise à jour: 20 octobre à 18:32

    Par:  

    Najiba Bezad Bennani

  • 17 octobre 2020  à 18:39
  • Temps de lecture: 3 minutes
  • CULTUREPour une communication interculturelle

    Pour une communication interculturelle

    À l’ époque de la mondialisation, une intensification des contacts entre les différentes cultures devient une réalité incontournable, les échanges commerciaux, culturels et scientifiques multiplient les occasions de rencontre .Les images et les informations circulent à l’ échelle planétaire, les modes de vie s’uniformisent de plus en plus.Tout cela nous donne l’impression que nous vivons dans un véritable village global où tout le monde se rassemble et se connaît.

    Mais pouvons- nous dire pour autant que ce courant de mondialisation  a conduit à une véritable ouverture et à une communication authentique fondée sur une réelle connaissance de l’ autre ?

    Les observations nous montrent que, malgré l’ampleur des défis de la mondialisation , la connaissance de l’autre n’est pas suffisamment approfondie.

    En fait de communication , on assiste toujours aux chocs des cultures, les échecs de la communication entre partenaires de cultures différentes , qui les conduisent à des réactions de fermeture et de rejet, s’observent ainsi dans la réalité de leurs rencontres.

    Ainsi, malgré cette euphorie de la mondialisation, il existe bel et bien un problème de communication interculturelle.

    Pour certains, la mondialisation ne se concrétisant, au moins jusqu’ici, que dans le secteur économique, les domaines socio- culturels ont été quelque peu mis à l’écart de ce courant.

    Certes, il y a une diffusion  d’images et d’informations qui arrivent de tous les coins du monde.

    Cependant, le problème est qu’une telle diffusion par la voie des médias n’a servi , faute d’approches à des fins pédagogiques , qu’à forger une connaissance superficielle du pays étranger , qui va rarement au- delà des représentations stéréotypées de celui- ci.

    Par conséquent, cette connaissance peu approfondie , qui enferme le sujet dans un monde d’illusions et d’ autosatisfaction , est devenue , à l’inverse ,un obstacle à l’accès à une véritable connaissance du pays.

    Les phénomènes d’attitudes et de comportements observés  chez les apprenants étrangers se révèlent étroitement aux normes socioculturelles , régies elles – mêmes par les déterminants socioculturels plus globaux , comme la vision du monde , la perception de la vie et les conceptions des valeurs traditionnelles du pays qui en découlent.

    Apprendre une langue étrangère , cela signifie entrer en contact avec une nouvelle culture .

    Cependant , dans nos sociétés complexes où l’identité des individus s’enrichit en permanence de données relatives à leur origine, leur génération ,leur formation, leur statut social, leurs contacts avec d’autres environnements culturels, les cultures se réapproprient des éléments extérieurs , s’interpénètrent et se recomposent constamment.

    Tout fait naturel est par conséquent tributaire du contexte dans lequel il émerge et ne peut plus   avec la même intensité qu’autrefois , apparaître comme trait caractéristique propre à un groupe d’individus donné.

    Dès lors , plus que d’enseigner des contenus culturels , il s’agit de proposer à l’apprenant de découvrir la culture en situation et ,surtout de lui permettre de se préparer à rencontrer et à communiquer avec l’ autre.

    L’acquisition d’une compétence interculturelle repose sur l’interaction entre savoir- être , et savoir- apprendre , savoir et savoir -faire.

    Pour développer sa compétence interculturelle, l’apprenant est amené à éprouver des stratégies spontanées par lesquelles tout étranger peut passer en abordant une culture étrangère : observer, comparer, interpréter, décider d’agir comme un natif, chercher à conceptualiser…

    Cependant, l’apprentissage interculturel nous semble devoir aller au- delà d’une simple application de ces stratégies dans des situations d’apprentissage.

    C’est avant tout le questionnement que leur usage implique qui doit retenir l’attention des apprenants.

    Les derniers articles

  • Covid-19: 3.254 nouveaux cas confirmés

    Covid-19: 3.254 nouveaux cas confirmés

    Trois mille deux cent cinquante-quatre (3.254) nouveaux cas d’infection au coronavirus et 2.417 guérisons ont été enregistrés au Maroc dans les dernières 24 heures, a...

  • Snapchat: De la musique dans vos snaps

    Snapchat: De la musique dans vos snaps

    À l’instar d’Instagram et TikTok, Snapchat introduit une bibliothèque musicale qu’il appelle « Sounds », permettant d’intégrer de la musique au niveau des...

  • PLF 2021: Le budget de la santé s’élève à près de 20 MMDH

    PLF 2021: Le budget de la santé s’élève à près de 20 MMDH

    Le ministère de la santé bénéficiera d’un effort budgétaire continu au titre du projet de la loi de finances pour l’année 2021, portant son budget à près de 20...

  • Salé: Une bibliothèque de la Fondation Al Omrane dans une école publique

    Salé: Une bibliothèque de la Fondation Al Omrane dans une école publique

    20 octobre 2020  à 18:27
  • Shenzhen: L’icône de la renaissance technologique de la Chine

    Shenzhen: L’icône de la renaissance technologique de la Chine

    20 octobre 2020  à 14:46
  • Technologie: Google au service de la presse

    Technologie: Google au service de la presse

    20 octobre 2020  à 14:45
  • L’Aéropostale en avion électrique: Le rêve d’une Marocaine commence à prendre forme

    L’Aéropostale en avion électrique: Le rêve d’une Marocaine commence à prendre forme

    20 octobre 2020  à 14:43
  • Mohammedia: La coopérative Zenata, une success-story faite de produits de terroir

    Mohammedia: La coopérative Zenata, une success-story faite de produits de terroir

    20 octobre 2020  à 14:42
  • Exposition: « Le Maroc à travers les âges » jusqu’au 30 janvier 2021 à Rabat

    Exposition: « Le Maroc à travers les âges » jusqu’au 30 janvier 2021 à Rabat

    20 octobre 2020  à 14:41