Take a fresh look at your lifestyle.

Mondial 2026: Le Maroc évincé prématurément ?


La Coupe du monde est l’attraction planétaire la mieux partagée par les humains des différentscontinents. Aucune autre célébration collective religieuse, culturelle ou politique, ne prétend rivaliser avec  » la mère de toutes les attractions « . Les adorateurs de cette « nouvelle religion » se font de plus en plus nombreux et tiennent pèlerinage tous les quatre ans. La dernière Coupe du monde 2014 a été suivie par plus de 3,2 milliards de téléspectateurs, dont 1 milliard pour la finale seulement. C’est une FOURJA dans le sens profond du terme arabe qui signifie à la fois spectacle et extase. Elle est surtout source de plaisir pour les yeux. Car pendant un mois les yeux du monde entier convergent vers les matches de la coupe et les villes qui les accueillent. Alors, vous imaginez les gains que se fera le Maroc et dans divers domaines? L’attribution au royaume de l’organisation de la coupe du monde de football serait un don exceptionnel du ciel. Ses retombées économiques sociales et culturelles sont bénéfiques et laissent des empreintes durables.

Le pays de Mohammed VI deviendra le point cardinal de l’univers où vont d’abord se ruer des dizaines de milliers de journalistes pour créer la jonction entre le Maroc et le reste du monde qui va 0 crouler par la suite sous des centaines de milliers de bulletins d’information, diffusés dans des chaînes de télé mondiales, où le Maroc sera systématiquement cité. Au Brésil en 2014, ils furent 16.746 accréditations médias qui ont été imprimées. Une telle couverture médiatique à l’échelle mondiale avec un spectre aussi large touche invariablement des plus large populations diverses aux appartenances ethniques, communautaires, professionnelles et culturelles multiples, que celles des seuls amateurs de football.

Il ne faut surtout pas reproduire le précédent de l’Afrique du sud

Le pays de Mandela visait plus d’argent, plus de touristes et plus de foot grâce au Mondial 2010. Mais quelques années après, le bilan s’est révélé mitigé. Le bourdonnement des vuvuzelas a disparu et avec lui le rêve d’un bonus de fin des jeux.

Le Brésil attendait 600.000 touristes étrangers pendant le Mondial, le double de l’Afrique du Sud en 2010 mais il en aura reçu plus d’un million de 203 pays différents.

La Coupe du Monde 2018 pourrait décevoir ceux qui comptent améliorer l’image de la Russie sur la scène internationale et y développer le tourisme. La crainte que le prochain Mondial attire même moins de touristes que celui de 2010 en Afrique du Sud , semble de plus en plus fondée

. Quel scénario attend la Russie, qui a dépensé 638 milliards de roubles (9,4 milliards d’euros) dans l’organisation du tournoi ? Il y a trois ans seulement, l’agence fédérale Rostourism n’hésitait pas à annoncer une augmentation de 30 %-40 % du nombre de touristes par rapport aux Jeux de Sotchi en 2014. Selon le comité organisateur des J.O., près de deux millions de billets avaient été vendus.

Autrement dit, d’après les prévisions de Rostourism, entre 2,6 et 2,8 millions de touristes se rendraient en Russie lors du Mondial.

Toutefois, la Coupe des confédérations, organisée en Russie au cours de l’été 2017, n’incline pas à l’optimisme. Les supporters ont encore en mémoire les tribunes à moitié vides des stades. Selon l’Agence fédérale de statistiques Rosstat, aux deuxième et troisième trimestres 2017, 14,6 millions d’étrangers ont visité le pays, soit 2,8 % de moins que dans la même période de 2016.

Au total, 628 300 supporters ont assisté aux matchs de la Coupe des confédérations, a indiqué le comité organisateur du Mondial sans préciser la part des étrangers dans ce chiffre. Nous devons d’ici la date fatidique, au cas où notre candidature est retenue, accroître notre attractivité en toutes choses. Le royaume va se refaire une nouvelle renommée grâce au tournant technologique du siècle: Un vecteur de diffusion de l’image du Maroc sera pré- sent.

Ce vecteur qui surclasse tous les autres médias conventionnels, sera constitué de millions de smartphones, portés par les supporters qui tiendraient à immortaliser l’évolution de leurs équipes respectives lors de la compétition.

Renforcer la visibilité du Maroc sur la planéte

Le capital sympathie que le Maroc engrangerait dans ce cas, devrait se traduire dans les années ultérieures, par une affluence touristique plus importante.

Le Maroc développerait son capital confiance, dans la mesure où il prouverait son sérieux, pourrait attirer plus d’investissements étrangers.

L’organisation d’un événement d’une telle envergure, réparti sur plusieurs villes, exige en effet une haute efficience de la part des pouvoirs publics et un niveau minimum d’organisation et de capacités de travail des opérateurs privés, que peu de pays au monde peuvent garantir.

Une enquête menée par le ministère du Tourisme brésilien, révèle que le pays a accueilli durant sa Coupe du monde, des touristes de 203 nationalités et la plupart d’entre eux (61%), l’ont visité pour la première fois.

Pour un pays comme le Maroc, la possibilité d’accueillir des touristes d’autant de pays, qui n’auraient jamais foulé son sol sans un tel événement, est d’une grande importance. En plus de sa nature généreuse et diversifiée, le pays a une tradition millénaire.

Ses costumes, son architecture et sa gastronomie sont riches et singuliers. Tous ces atouts sont souvent mal connus à l’étranger. En tous les cas, pas à une échelle suffisante. D’où l’intérêt d’un tel événement pour la visibilité du pays dans le monde.

Les manœuvres pour disqualifier la Maroc ont déjà commencé

Toutes les bonnes projections sont permises tant qu’il y a bon espoir de voir le Maroc plébiscité pour abriter la manifestation. Or nous constatons que bien que la candidature marocaine dé- montre scientifiquement qu’un tournoi aux portes de l’Europe rapporterait autant d’argent sinon plus à la FIFA qu’une coupe du monde partielle aux Etats-Unis, des bonus pour les networks couvrant la compétition de la FIFA, ont bizarrement émergé.

Après que le tournoi du Qatar ait été déplacé de l’été européen à l’hiver, Fox News et Telemundo, qui avaient déjà les droits pour les Coupes du Monde 2018 et 2022, se sont plaint avec véhémence. En compensation, les deux puissantes chaines de télévision ont pu acheter les droits nord-américains jusqu’en 2026 sans aucun appel d’offre, ni conditions préalables. Aussi, si la candidature des Américains l’emporte, la FIFA recevra automatiquement 302 millions de dollars supplémentaires de la part de Fox News et de Telemundo.

En outre, cela renforcera potentiellement la position financière de la FIFA d’une manière plus prévisible que l’argumentaire déployé par les Marocains au sujet du fuseau horaire calé sur le marché européen.

« Les droits TV européens pour 2026 restent invendus et la position marocaine, dont le fuseau horaire est seulement à deux heures de différentiel de la plupart des pays d’Europe, pourrait être attrayante mais l’offre du Maroc a été lente à l’allumage, ne se dévoilant véritablement que le 23 janvier », estime-t-on.

« Vous ne pouvez pas communiquer avant de connaître les règles du jeu », a répliqué Hicham El Amrani, coordinateur entre la commission d’organisation de la Coupe du Monde 2026 et la FIFA dans une déclaration à Play The Game.

L’ancien secrétaire général de la CAF a ajouté : « Nous avons déclaré un intérêt en août et nous avons lu les règlements en septembre et confirmé les mêmes règlements à la FIFA lors de la réunion du conseil en octobre en Inde ».

Faire taire les voix qui soutiennent le Maroc

On l’a vu, la FIFA est intervenue pour empêcher le président de la CAF, Ahmad Ahmad de se déclarer sur la candidature du Maroc à Casablanca début février. Cependant, une quinzaine de jours plus tard, le 16 février, Gulati a tweeté qu’il venait de faire une présentation à Johannesburg aux 14 membres du Conseil des associations de football d’Afrique australe (COSAFA).

Cela semblait contredire le diktat de la FIFA imposé à la conférence de presse à Casablanca, mais le comité d’éthique de l’organisation mondiale a alors agi très rapidement pour s’assurer que Gulati ne violait aucune règle.

Le jour même où Gulati a tweeté à propos de sa rencontre avec le COSAFA, le représentant du Comité d’éthique de la FIFA chargé du monitoring du processus de candidature de la Coupe du monde 2026, a envoyé une lettre à Fatma Samoura, disant que de telles réunions étaient désormais autorisées.

On le voit, nul besoin de faire Harvard pour se rendre compte que beaucoup de moyens sont utilisés pour évincer le Maroc de la course.

par Mohammed Taoufiq Bennani


À lire aussi
commentaires
Loading...