Take a fresh look at your lifestyle.

Maghreb: Le Maroc peut enfin faire regretter à l’Algérie sa fermeture des frontières


Si on disposait d’une tradition sondagère ou du moins un institut de sondage digne de ce nom et si on confie à ce dernier de recueillir le point de vue de nos compatriotes au sujet des frontières maroco-algériennes, il aurait été intéressant de savoir ce qu’ils pensent de cette fermeture décidée par le régime algérien et voulue comme une punition économique tendant à isoler le royaume et l’empêcher à accéder, au delà du territoire du pays des Aures, aux autres pays frères comme la Tunisie et la Libye.

En tout cas une majorité aurait voté pour une réponse économique marocaine qui fasse regretter aux autorités algériennes la décision inique de fermer les frontières. L’occasion propice se présente pour le Maroc dès 2021 : fermer devant le gaz algérien l’accès au marché européen. Car cette année là, et en vertu des accords conclus par les deux pays, le contrat qui régule le passage du gaz algérien par le gazoduc Maghreb-Europe prend fin. Le Maroc devient propriétaire du tronçon du gazoduc qui traverse son territoire.

La presse algérienne, aux ordres des militaires, pressentant une telle perspective, rappelle les gains du Maroc ou ce qu’il perdrait en cas de non renouvellement du contrat. Ces revenus, rappelle-t-on, ont augmenté de 52 % au cours des quatre premiers mois de 2018.

Ils ont atteint 64 millions de dollars, contre 42 millions de dollars pour la même période en 2017. Les recettes pour 2018 devraient dépasser le budget prévisionnel du gouvernement correspondant à cette ressource pour l’année qui s’élève à 121 millions de dollars.

Le gazoduc Maghreb-Europe, mis en service en 2002, transporte chaque année près de 12 milliards de mètres cubes de gaz algérien vers l’Europe via le Maroc.

Ce qui avait alerté les autorités algériennes, sans toutefois les amener à manifester de meilleurs sentiments envers le Maroc, ce sont les déclarations du ministre marocain de l’Énergie, des Mines et du Développement durable, qui a affirmé depuis quelque temps que «si l’Algérie et l’Europe ne renouvellent pas le contrat, le Maroc se déclarera propriétaire du gazoduc et pourra l’utiliser pour importer du gaz d’Europe ». Mais les Algériens pensent à autre chose : le tronçon Gazoduc du Maghreb pourrait devenir un jalon du gazoduc Nigéria- Maroc-Europe.

Sanae El Amrani


À lire aussi
commentaires
Loading...