• Version PDF
  • Coronavirus au
    Maroc live infos

  • Cas confirmés

    507938

  • Décès

    8976

  • Guéris

    493873

  • Dernière mise à jour: 22 avril à 18:43

    Par:  

  • 06 novembre 2019  à 13:29
  • Temps de lecture: 8 minutes
  • ÉCONOMIEM. Akhannouch appelle à la mobilisation des ressources nécessaires pour porter les projets d’adaptation de l’agriculture au rang des priorités

    M. Akhannouch appelle à la mobilisation des ressources nécessaires pour porter les projets d’adaptation de l’agriculture au rang des priorités
    M. Akhannouch appelle à la mobilisation des ressources nécessaires pour porter les projets d'adaptation de l'agriculture au rang des priorités

    Le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, Aziz Akhannouch, a appelé, mardi à l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) de Benguérir, à la mobilisation des ressources nécessaires pour porter les projets d’adaptation de l’agriculture au rang des priorités.

    « Les défis auxquels l’Afrique est confrontée face au changement climatique sont énormes, nécessitant ainsi de renforcer rapidement et de manière tangible le financement de l’adaptation au changement climatique en faveur de l’Afrique », a souligné M. Akhannouch, en intervenant à l’ouverture de la 2ème Conférence ministérielle annuelle de l’Initiative africaine d’adaptation aux changements climatiques (Initiative AAA), tenue sous le thème « La sécurité alimentaire face au changement climatique ».

    L’Afrique est l’une des régions du monde les plus durement touchées par le changement climatique : « Les effets néfastes du changement climatique – sécheresses, raréfaction des ressources en eau, désertification, inondations, tempêtes- font peser de lourdes menaces sur la sécurité alimentaire déjà fragile en Afrique, et impactent en particulier la petite agriculture, l’agriculture vivrière et les populations les plus vulnérables », a-t-il déploré.

    Le ministre a fait savoir que le coût d’adaptation au changement climatique pour l’Afrique seule, représente 7 à 15 milliards de dollars par an d’ici 2020 et pourrait atteindre 35 milliards de dollars d’ici 2050 et 200 milliards de dollars d’ici 2070, même en supposant un réchauffement stabilisé en dessous de 2°C, appelant, dans ce sens, l’ensemble des pays adhérents au Triple A à se mobiliser et à s’engager pour la concrétisation des activités et travaux menés par le Triple A et en invitant chaque pays à formuler ses propres besoins et solutions face au changement climatique.

    Il a, de même, incité la communauté scientifique à poursuivre ses efforts de recherche et d’innovation pour soutenir l’adaptation de l’agriculture face aux défis du changement climatique, en veillant à développer des outils concrets et des processus innovants accessibles à tous les agriculteurs, ainsi que la communauté financière à mobiliser les ressources nécessaires pour porter les projets d’adaptation de l’agriculture.

    Le ministre a, également, mis en avant les capacités d’adaptation intrinsèques de l’Afrique, tout en rappelant les progrès des politiques et stratégies agricoles nationales ayant intégré l’adaptation dans la planification sectorielle.

    « Le potentiel agricole de notre Continent est énorme. Nous devons le valoriser pour une prospérité partagée et cela est d’autant plus nécessaire que le secteur agricole est le premier employeur de notre jeunesse », a-t-il relevé.

    « En effet, l’agriculture est un secteur vital pour le continent. Elle emploie 70% de la main-d’œuvre et représente plus de 25% du PIB. Face à cela, l’enjeu de la sécurité alimentaire en Afrique est confronté à une forte évolution démographique. La population est en effet appelée à dépasser les 2 milliards de personnes d’ici 2050, d’où l’impératif de renforcer le financement de l’adaptation au changement climatique en faveur du Continent », a-t-il poursuivi.

    Relevant que l’Initiative pour l’Adaptation de l’Agriculture Africaine au changement climatique, dite « Initiative Triple A » constitue une réponse innovante et extrêmement concrète aux défis communs posés par les changements climatiques, le ministre a indiqué que le Maroc, grâce à la dynamique portée par SM le Roi Mohammed VI, s’est mobilisé en faveur de l’adaptation de son agriculture au changement climatique.

    Deux projets sont notamment en cours de mise en oeuvre et sont financés par des dons levés par l’Agence pour le développement agricole dans le cadre son accréditation auprès de deux fonds d’adaptation et le Fonds vert pour le climat, a fait savoir M. Akhannouch.

    Le 1er projet concerne l’adaptation au changement climatique dans les zones oasiennes et ce, au profit d’environ 40.000 bénéficiaires, tandis que le 2ème projet porte sur le développement de la filière de l’arganier dans trois régions vulnérables du Maroc (Souss-Massa, Marrakech-Safi et Guelmim-Oued Noun), a-t-il poursuivi.

    Ce projet, qui cible plus de 26.000 bénéficiaires, joue un rôle à la fois d’adaptation au changement climatique et d’atténuation des gaz à effet de serre, et contribue aussi à la réalisation des objectifs des engagements pris par le Maroc dans le cadre des « Conditions déterminées au niveau national » (NDC), a-t-il expliqué.

    « Lorsque nous nous étions réunis la veille de la COP22 à Marrakech, en terre africaine, nous avions une conviction: celle que l’agriculture est une solution au changement climatique. Nous y avons cru et aujourd’hui nous l’avons fait. Depuis maintenant trois ans, l’initiative Triple A a réalisé des avancées notables », s’est-il félicité.

    Pour le ministre, en 3 années d’existence, l’initiative Triple A a réussi le pari de l’inscription de l’agriculture africaine à l’agenda mondial des négociations climat. Ainsi, depuis 2016, 7 pays (Maroc, Côte d’Ivoire, Mali, Congo, Ghana, Burkina Faso, Cameroun) ont été accompagnés pour la réalisation de plans nationaux d’investissement en vue de l’identification de portefeuilles de projets bancables d’adaptation de l’agriculture au changement climatique.

    « Triple A a œuvré jusqu’à présent à tracer le chemin de l’action. Elle a développé une palette d’outils pour la concrétisation des ambitions respectives des différents pays africains en matière d’adaptation de l’agriculture au changement climatique », a-t-il ajouté.

    L’Université Mohammed VI Polytechnique de Benguérir a accueilli, mardi, la 2ème Conférence ministérielle annuelle de l’Initiative africaine d’adaptation aux changements climatiques (Initiative AAA), une solution à fort potentiel pour lutter contre l’insécurité alimentaire et le changement climatique en Afrique.

    L’initiative Triple A, lancée lors de la COP22, portée et soutenue par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a été dotée suite aux Hautes Instructions du Souverain d’une Fondation présidée par le ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts pour agir en faveur de l’adaptation de l’Agriculture africaine et, ainsi comme l’a affirmé SM le Roi lors du 28ème sommet de l’Union Africaine à Addis-Abeba, « constitue une réponse innovante et extrêmement concrète aux défis communs posés par les changements climatiques ».

    Cet événement de haut niveau, organisé en partenariat avec l’Université Mohammed VI Polytechnique et le groupe OCP, réunit 28 délégations étrangères, dont 20 ministres africains, des représentants de gouvernements africains, d’institutions financières internationales telles la Banque mondiale, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la Banque Africaine de Développement (BAD), des donateurs, ainsi que plusieurs scientifiques de renommée internationale.

    L’initiative AAA a vu le jour pour traiter la problématique de l’adaptation de l’Agriculture africaine au changement climatique, en relevant trois défis majeurs : augmenter l’accès au financement, optimiser la séquestration du carbone dans les sols et améliorer la productivité agricole.

    Elle a pour ambition de réduire la vulnérabilité de l’agriculture africaine face aux changements climatiques. Elle se distingue par une démarche pragmatique orientée vers la promotion de projets à fort potentiel au bénéfice des peuples africains et le financement de projets prioritaires de nature à lutter contre les impacts des changements climatiques sur l’agriculture en Afrique tout en assurant la sécurité alimentaire de tous les Africains.

    La Conférence annuelle des ministres AAA s’inscrit dans l’agenda de la Fondation AAA. Créée en janvier 2019, sous les Hautes Instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, celle-ci constitue un organe consultatif chargé d’identifier les programmes d’action nécessaires pour parvenir à l’adaptation de l’agriculture africaine aux changements climatiques.

    La Fondation Initiative Triple A, présidée par M. Aziz Akhanncouh, ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, compte parmi ses membres des ministres, d’éminents représentants de la communauté scientifique, la Banque mondiale et la Banque Africaine de Développement.

    Elle a pour mission, entre autres, de défendre la cause de l’agriculture africaine, de constituer, dans ce sens, une force de proposition auprès des pouvoirs publics africains, de fournir des services d’assistance, de conseil, d’expertise, d’évaluation, d’audit et d’inspection en rapport avec l’adaptation de l’agriculture africaine aux changements climatiques et toutes les questions stratégiques qui y sont liées.

    Dans le cadre de cet événement de haut niveau, une journée scientifique a été organisée, lundi, au cours de laquelle une cinquantaine d’experts et scientifiques internationaux de premier plan ont débattu des problèmes de sécurité alimentaire posés par le changement climatique en Afrique.

    Une table ronde des donateurs a également eu lieu et était l’occasion pour les différentes institutions financières d’examiner la mobilisation de fonds financiers.

    Les derniers articles

  • ‘Regards vers le futur’: La ville de demain au centre d’un webinaire de la CDG

    ‘Regards vers le futur’: La ville de demain au centre d’un webinaire de la CDG

    La ville de demain a été au centre des discussions des participants à une rencontre en ligne tenue, mardi dernier, à l’initiative de l’Institut CDG dans le cadre...

  • Tourisme: l’ONMT présente son nouveau dispositif de promotion de la destination Maroc

    Tourisme: l’ONMT présente son nouveau dispositif de promotion de la destination Maroc

    L’Office National Marocain du Tourisme (ONMT) a dévoilé, jeudi à Casablanca, son nouveau dispositif marketing de promotion de la destination Maroc qui sera déployé aux...

  • Forbes magazine: La Marocaine qui habille les grands noms du show business

    Forbes magazine: La Marocaine qui habille les grands noms du show business

    Avec ses créations prestigieuses, innovantes et multiculturelles, la styliste marocaine Laila Aziz, une passionnée de mode, a su se faire une place de choix dans la haute...

  • DGI: Annulation des amendes des impayés de 2020

    DGI: Annulation des amendes des impayés de 2020

    22 avril 2021  à 18:09
  • Le livre, cet autre vaccin

    Le livre, cet autre vaccin

    22 avril 2021  à 14:51
  • Décryptage: Réglementation des prix de transfert, un gage d’équité

    Décryptage: Réglementation des prix de transfert, un gage d’équité

    22 avril 2021  à 14:47
  • Casablanca Finance City: Au service de l’avenir de l’Afrique

    Casablanca Finance City: Au service de l’avenir de l’Afrique

    22 avril 2021  à 14:44
  • Théâtrale à Fès: Les professionnels s’impatientent

    Théâtrale à Fès: Les professionnels s’impatientent

    22 avril 2021  à 14:42
  • Kasbah de Taourirt: Raviver l’héritage historique

    Kasbah de Taourirt: Raviver l’héritage historique

    22 avril 2021  à 14:40