• Version PDF
  • Coronavirus au
    Maroc live infos

  • Cas confirmés

    110099

  • Décès

    1956

  • Guéris

    90186

  • Dernière mise à jour: 24 septembre à 18:42

    Par:  

    Abdelhak Najib

  • 06 mai 2020  à 23:30
  • Temps de lecture: 9 minutes
  • CHRONIQUESL’Homme digitalisé

    L’Homme digitalisé
    Abdelhak Najib, écrivain, journaliste et président de Orion Médias

    «L’angoisse, semble-t-il, constitue l’humanité : ce n’est pas l’angoisse seule, mais l’angoisse dépassée, mais le dépassement de l’angoisse. La vie est en son essence un excès, elle est la prodigalité de la vie.»
    George Bataille

    Nous vivons déjà dans un monde d’apparences. Nous vivons d’un monde où les réalités sont brouillées, mélangées, confuses. Nous vivons dans un monde en façades qui se succèdent. Après chaque vernis, une autre couche qui obstrue la vision du monde tel qu’il est, sans les déformations occasionnées par nos visions obliques, déformées, préconçues, télécommandées.

    Nous vivons dans un monde où chacun pense que la vie n’a de valeur que partagée sur des écrans. A telle enseigne que pour de très nombreuses personnes quand on n’est pas présents sur ce qu’ils nomment « réseaux sociaux », on n’a pas de vie. Quand on ne poste pas tout ce qu’on fait allant du café qu’on boit au rouge à lèvres que l’on met en passant par le plat qu’on savoure, le cadeau qu’on vient de recevoir ou encore la pseudo séance de sport que l’on improvise le temps de la filmer, certains sont convaincus que nous n’avons pas de vie. Car vivre, aujourd’hui, c’est l’étaler sur les réseaux. Chacun veut son quart d’heure de gloire. Mais pas n’importe quel quart d’heure. Non, celui qui revient souvent, qui s’accumule en plusieurs quarts, qui finiront par devenir addiction. La vie de plusieurs milliards d’êtres humains tourne autour d’un selfie, autour d’une pose, autour d’un filtre à poser sur la tête, faire la moue et saisir l’instant. Puis on poste sur les « réseaux sociaux » et on attend les «J’aime» et autres commentaires, à coups d’émoticônes devenus du coup une langue à part entière. Toute une panoplie de signes et dessins qui répondent à tous les états d’âme des uns et des autres. Pour certains, cette nouvelle langue, très rapide, toute en abréviations et en pictogrammes, a supplanté tout autre langage. C’est l’idiome qui a la cote et qui sera celui du futur. Écrire en abréviations, en emojis et en codes. Dans cette invasion de signes, de très nombreuses personnes ne comprennent plus rien à ce que leurs enfants ou leurs amis leur écrivent. Il leur faut se recycler, réapprendre ce nouveau langage et surtout oublier l’ancien, qui devient, du coup, caduc. L’ère du SMS et du texto est venu effacer les derniers liens aux langues qui ont traversé des époques et évolué avec des apports culturels divers et multiples. Toute cette richesse s’est diluée dans un amas de smileys qui ponctuent la vie des uns et des autres et en dit long sur qui ils sont et ce qu’ils sont devenus. 
    On vous passe l’indigence de la langue parlée aujourd’hui, par des jeunes et des moins jeunes. On vous passe aussi cette espèce de mort finalisée de toute forme correcte d’expression. Le pire, dans cette réalité qui a conquis la planète, c’est la réaction des uns et des autres, partout dans le monde. Il y a un consensus qui a pris place, de manière à la fois perfide et naturelle. Nous en sommes à glorifier la bêtise sous toutes ses manifestations. On salue la stupidité dans toutes ses bassesses. On porte aux nues la médiocrité dans ce qu’elle de plus criard. Faites le test. Vous pouvez partager avec vos amis, la dernière découverte médicale capable de sauver des millions de personnes : vous allez voir que la publication n’excèdera au meilleur des cas les 10 like. Vous postez une image d’horreur, une paire de fesses, une vidéo débile parlant de comment enlever un point noir ou comment s’épiler le contour du maillot : des milliers de vues et de commentaires. Pourquoi, un tel décalage ? la réponse est très simple : le règne du futile a pris le dessus sur tout le reste. Le règne du soi-disant amusement, qui use l’âme en profondeur, est la règle absolue. « Une âme sans réflexion et sans pensée, semblable à une maison inhabitée, tombe en ruine », écrivait, il y a de cela des siècles, dans Les beautés poétiques, ce vieil Edward Young. Quoi qu’il en soit des beautés poétiques de l’ancien monde qui s’étiole avec quelques soubresauts de résistance si lointains et si inaudibles, ce dictat moderne, déjà implanté, en force, dans ce nouveau monde qui se consolide, est devenu le moteur de presque tous ce qui se passe sur la toile et les réseaux de partage. Il est le principe premier de la vie en société aujourd’hui. Inutile de souligner que par société, nous entendons, des conglomérats, des poches isolées, des rassemblements autour des mêmes credo et des mêmes styles d’appréhender les différents types s’existences possibles. En dehors de cela, la vie réelle, dans ce qu’elle avait de plus concret, n’a plus droit de cité, ou alors juste comme un intermède entre deux surfs sur le Net, juste après un balayage sur Instagram et une bonne séance de voyeurisme sur Facebook et autres Snapchat, Twitter et d’autres trouvailles dont le futur proche nous réserve les surprises.  
    C’est le même dictat moderne qui fait que des gens qui ne font rien, qui n’ont jamais rien fait, qui ne feront probablement jamais rien, sauf montrer une paire de fesses refaite, des lèvres retouchées et repulpées, faisant la réclame pour un produit dans une mercantilisation bâtarde des rapports entre humains, sont aujourd’hui adulées, portées aux nues, célébrées comme des guides spirituels. Ce sont les gourous d’aujourd’hui et de demain. Imaginez l’influence de telle femme qui a fait de son postérieur le fonds de commerce le plus rentable possible, avec un impact terrible et affligeant sur la vie de milliards de personnes ! Regardez telle autre femme et ses conneries débitées au kilo et calculées au poil près pour faire de l’audience… Elles sont tout un régiment qui a envahi tous les réseaux. Une escouade qui doit être suivie et qui est l’exemple de la réussite dans ce monde et dans celui qui arrive. Toutes ces «célébrités» règlent la vie des gens aujourd’hui. Et elles ont déjà enfanté d’autres vedettes qui font remodeler en profondeur la vie des générations futures, celles qui n’auront rien connu d’autre dans le monde que ce type précis de femmes, que ces exemples précis d’hommes et d’enfants, tous porte-drapeau d’une humanité qui a muté.

    On les suit comme des guides. On s’inspire de leurs modèles pour faire le même cheminement, souvent avec une débâcle à la clef. Ces femmes qui défilent sur les réseaux étalent leurs attributs physiques, s’insultant entre elles, se filmant en train de manger ou de se donner des coups en famille, sont des modèles pour des millions d’autres femmes. A côté de tout cela, cette femme péruvienne qui sauve des tribus entières de famine, tout le monde s’en fiche. La chercheuse indienne qui lutte contre les OGM, on s’en balance. L’astrophysicienne allemande, connaît pas. L’écrivaine suédoise… connaît pas non plus. La militante birmane, qui s’en soucie !
    Et va comme ça pour des millions d’autres personnes dans ce monde déboussolé où la valeur suprême est l’argent, le gain, la visibilité marqué au nombre des suiveurs. Tous ceux qui font bouger l’humanité, tous ceux qui sauvent des vies, qui proposent de grandes solutions pour le cancer, le sida et Alzheimer, tous ces chercheurs qui inventent de nouvelles alternatives pour réduire la famine, économiser l’eau, éduquer les enfants… Ces personnes on les ignore. Ces personnes, on ne veut pas les connaître. Elles sont sérieuses. Elles ne nous vendent pas du pipo. Elles ne nous racontent pas des sottises et des âneries. Elles Ne se paient pas nos têtes de débiles patentés en quête de n’importe quelle bêtise pour s’y accrocher et en faire le sujet majeur de la journée. Sommes-nous devenus, tous, si indigents ? Sommes-nous devenus si désespérés pour rythmer nos pauvres vies sur le dernier maquillage de telle poupée. Sommes-nous si petits pour nous focaliser sur le dernier passage de telle autre « icône » sous le bistouri d’un remodeleur de formes ? Sommes-nous si vains et si insignifiants pour ne plus faire la différence entre ce qui vaut la peine d’être vu, ce qui doit être suivi, ce qui doit nous inciter à vivre au plus près de la vie, dans ce qu’elle a de tranchant, de vivace, de vrai, de palpable et de viscéral ? Nombreux sont encore certains qui ne misent pas une pièce d’un centime sur l’avenir de ce monde qui est déjà parti en vrille sans promesse aucune de retour. Nombreux sont ceux qui ne prendront pas un seul pari pour croire que demain sera meilleur pour une race humaine déjà foutue et dont les derniers foyers de résistance sont cernés de toutes parts par la bêtise, la connerie, les apparences, la superficialité et l’horreur.

    Les derniers articles

  • Allemagne: Des manifestations en faveur du climat

    Allemagne: Des manifestations en faveur du climat

    Des milliers de personnes ont manifesté, vendredi, dans plusieurs villes allemandes, notamment à Berlin et Cologne, à l’occasion de la journée internationale...

  • Revue des FAR : Lancement du site revue.far.ma

    Revue des FAR : Lancement du site revue.far.ma

    Le site électronique « https://revue.far.ma » vient d’être mis en ligne mettant à la disposition du lecteur le format numérique de l’ensemble des numéros des revues...

  • Liban: Adib s’excuse de ne pas pouvoir poursuivre sa tâche

    Liban: Adib s’excuse de ne pas pouvoir poursuivre sa tâche

    Le Premier ministre libanais désigné a annoncé samedi renoncer à former un nouveau gouvernement alors que la pression internationale augmente pour remplacer celui qui a...

  • Algérie: Le parti des travailleurs dénonce la régression des libertés

    Algérie: Le parti des travailleurs dénonce la régression des libertés

    26 septembre 2020  à 12:58
  • Attaque au hachoir à Paris: le principal suspect assume son acte

    Attaque au hachoir à Paris: le principal suspect assume son acte

    26 septembre 2020  à 12:57
  • Ait-Baha: Une structure pour promouvoir la santé maternelle

    Ait-Baha: Une structure pour promouvoir la santé maternelle

    26 septembre 2020  à 12:55
  • Mise au point: Les factures de l’ONEE à Oued Zem

    Mise au point: Les factures de l’ONEE à Oued Zem

    26 septembre 2020  à 12:52
  • Education: La métamorphose numérique de l’école

    Education: La métamorphose numérique de l’école

    26 septembre 2020  à 12:43
  • Fès Parkings: Une solution innovante pour stationner

    Fès Parkings: Une solution innovante pour stationner

    26 septembre 2020  à 12:40