• Version PDF
  • Coronavirus au
    Maroc live infos

  • Cas confirmés

    507938

  • Décès

    8976

  • Guéris

    493873

  • Dernière mise à jour: 22 avril à 18:43

    Par:  

    Abdelhak Najib

  • 08 février 2021  à 15:56
  • Temps de lecture: 5 minutes
  • CHRONIQUESLes yeux grands fermés

    Les yeux grands fermés

    Nous avons choisi de vivre avec des ornières. C’est notre choix souverain et nous l’assumons. Nous avons choisi d’être coupés des réalités, les nôtres, celles des autres et surtout celles concernant le monde où nous pensons vivre aujourd’hui. Nous avons choisi de nous laisser duper par les fausses-vraies vérités sur notre condition et sur notre avenir. Nous avons choisi de ne pas faire honneur à la dignité du présent.

    Nous avons choisi de dénaturer le passé en ignorant son legs multiple. Nous avons choisi de nous laisser abrutir par la fausseté. Nous avons pris la décision de porter aux nues la petitesse sous toutes ses formes. Nous avons choisi de laisser toute la place aux instincts grégaires.

    Nous avons cédé notre intimité au plus offrant pour une plongée sans garde-fou dans des mondes virtuels. Nous avons égaré notre essence en nous abreuvant de tous les condiments fourgués en série pour nous assommer. Nous avons signé à blanc sur nos vies perdus en existant à la parallèle de qui nous aurions pu être. Nous avons échafaudé autour de nous des forteresses de bêtises et nous nous en glorifions. Nous avons érigé la pathologie en indicateur de bonne santé et nous nous en vantons.

    Nous avons choisi d’abandonner notre jugement pour en adopter un seul et unique : celui de la masse. Nous avons choisi de nous mettre au milieu de la foule et d’attendre le coupeur de tête en plongeant le crâne dans la fange. Nous avons choisi de nous mentir de peur d’affronter nos vérités. Nous avons choisi de nous berner en nous faisant miroiter des univers chatoyants par écrans interposés. Nous avons choisi de ne plus donner de crédit à la grandeur en choisissant de racler tous les fonds en remuant les eaux stagnantes pour leur donner l’impression de profondeur. Nous avons choisi de nous asservir au nom du progrès alors que nous avons fait le saut vers le néant de soi.

    Nous avons décidé de renier nos origines pour ne pas nous assumer. Nous avons choisi la peur comme confident pour ne jamais revendiquer le courage de dire non. Nous avons cédé notre libre-arbitre à la machine pour en devenir l’esclave consentant. Nous avons renié l’intelligence pour glorifier la connerie crade. Nous avons tué en nous l’élan pour jouir de notre paralysie. Nous avons tout misé sur ce que nous croyons être le confort, mais qui n’est en définitive que notre cachot sans promesse de remise de peine.

    Nous avons choisi la trahison pour ne jamais faire vivre le noble en nous. Nous avons choisi la dissimulation parce que nous avons égaré notre clarté. Nous avons choisi le chaos pour ne laisser aucune chance à l’harmonie. Nous avons versé dans l’auto-tromperie pour justifier de flouer les autres. Nous avons enterré le chevalier en nous pour faire place au concierge de nos forfaits. Nous avons troqué notre force pour devenir la marionnette de prestidigitateurs en mal de mascotte. Nous avons revendiqué notre droit à l’immobilité pour ne jamais prendre le moindre risque.

    Nous avons thésaurisé la cupidité au nom du bien-être trompeur. Nous avons transformé l’amour en arithmétique du coeur. Nous avons dupé le clown en lui faisant croire au divertissement des sens. Nous avons accumulé des biens pour remplir ce trou béant au creux du ventre que l’on nomme satisfaction. Nous avons tourné le dos à la bravoure au nom de toutes les précautions. Nous avons chanté les louanges du contempteur pour ne jamais nous souvenir du porteur d’eau. Nous avons éteint la lumière pour dérouter l’éclaireur. Nous avons choisi la nuit pour enterrer les jours. Nous avons choisi le noir pour tuer la lumière.

    Nous avons désappris le rêve pour apprendre le désespoir. Nous avons scellé le sanctuaire du savoir pour bâtir des temples à l’ignorance. Nous avons condamné les voies de la connaissance pour libérer l’ignorance. Nous avons mutilé le savant pour laisser triompher le charlatan. Nous avons muselé le sage pour que radote le bonimenteur. Nous avons dit amen à notre fin pour que commence le grand cirque.
    Alors bienvenue pantin. Lâche-toi. Regimbe. Donne de la voix. Crie. Hurle. Ameute la foule. Ne garde rien sous le capot. Les oreilles sont assez longues pour ta mélopée. Les cœurs assez stériles pour ta guimauve. Vas-y, appelle le chaland et vend ta camelote tant que tu peux. Fais vite. Le temps t’est compté dans un monde d’acier et de rouille. Demain appartient à celui qui jure par l’airain, à celui qui porte en lui la lumière du cœur, à celui qui abhorre l’amuseur public, à celui qui jure par la solitude, à celui qui rêve des sommets, à celui qui côtoie les cimes, à celui qui affronte les fauves, à celui qui vole avec l’aigle, à celui qui écoute le silence, à celui qui saute dans le volcan, à celui qui affronte ses démons, à celui qui reconnaît les siens, à celui qui aime son passé parce qu’il respecte son devenir, à celui qui entend le sage, à celui qui désire les abysses, à celui qui sème au vent et n’attend aucun retour. Oui, demain appartient à celui qui n’a pas oublié qu’il peut dire Non. Amen.

    Les derniers articles

  • ‘Regards vers le futur’: La ville de demain au centre d’un webinaire de la CDG

    ‘Regards vers le futur’: La ville de demain au centre d’un webinaire de la CDG

    La ville de demain a été au centre des discussions des participants à une rencontre en ligne tenue, mardi dernier, à l’initiative de l’Institut CDG dans le cadre...

  • Tourisme: l’ONMT présente son nouveau dispositif de promotion de la destination Maroc

    Tourisme: l’ONMT présente son nouveau dispositif de promotion de la destination Maroc

    L’Office National Marocain du Tourisme (ONMT) a dévoilé, jeudi à Casablanca, son nouveau dispositif marketing de promotion de la destination Maroc qui sera déployé aux...

  • Forbes magazine: La Marocaine qui habille les grands noms du show business

    Forbes magazine: La Marocaine qui habille les grands noms du show business

    Avec ses créations prestigieuses, innovantes et multiculturelles, la styliste marocaine Laila Aziz, une passionnée de mode, a su se faire une place de choix dans la haute...

  • DGI: Annulation des amendes des impayés de 2020

    DGI: Annulation des amendes des impayés de 2020

    22 avril 2021  à 18:09
  • Le livre, cet autre vaccin

    Le livre, cet autre vaccin

    22 avril 2021  à 14:51
  • Décryptage: Réglementation des prix de transfert, un gage d’équité

    Décryptage: Réglementation des prix de transfert, un gage d’équité

    22 avril 2021  à 14:47
  • Casablanca Finance City: Au service de l’avenir de l’Afrique

    Casablanca Finance City: Au service de l’avenir de l’Afrique

    22 avril 2021  à 14:44
  • Théâtrale à Fès: Les professionnels s’impatientent

    Théâtrale à Fès: Les professionnels s’impatientent

    22 avril 2021  à 14:42
  • Kasbah de Taourirt: Raviver l’héritage historique

    Kasbah de Taourirt: Raviver l’héritage historique

    22 avril 2021  à 14:40