• Version PDF
  • Coronavirus au
    Maroc live infos

  • Cas confirmés

    175749

  • Décès

    2976

  • Guéris

    146421

  • Dernière mise à jour: 19 octobre à 20:04

    Par:  

    LA VÉRITÉ

  • 28 septembre 2020  à 09:58
  • Temps de lecture: 12 minutes
  • MEDIASLes principaux titres de la presse nationale ce lundi 28 septembre

    Les principaux titres de la presse nationale ce lundi 28 septembre

    Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce lundi :

    L’Économiste :

    • Emprunt à l’international: « Une excellente opération pour le Maroc compte tenu du contexte » . En dépit du contexte marqué par la pandémie du Covid-19, le Maroc s’est illustré sur les marchés financiers internationaux. En décrochant un taux moyen de 1,66% pour le milliard d’euros levé via l’eurobond, le Maroc a obtenu des conditions de financement remarquables dans une période marquée par les incertitudes par rapport aux effets futurs du Covid-19. Ces conditions permettent au Trésor de réaliser une économie sur les charges d’intérêts de la dette 300 millions de DH par an. Interrogé sur le timing de cette sortie, le ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Benchaâboun, a souligné que “malgré ce contexte très difficile, le crédit Maroc a reçu, comme par le passé, un accueil très favorable de la part des investisseurs internationaux en raison de ses atouts incontestables: stabilité politique, un track record confirmé en matière de réformes structurelles et de stratégies sectorielles ambitieuses qui permettent de renforcer la résilience de notre économie et sa diversification pour un meilleur ancrage dans les chaînes de valeurs internationales.

    • École: Relifting de l’assurance scolaire . Du nouveau dans l’assurance scolaire. Depuis le 1er septembre 2020, le contrat entre le ministère de l’Education nationale et Saham Assurance a introduit plusieurs changements pour le public. Pour commencer, le plafond des indemnités prévues par l’assurance a été revu à la hausse. Les capitaux garantis en cas de décès de l’enfant ou en cas d’invalidité partielle permanente (IPP) sont ainsi passés de 90.000 à 100.000 DH chacun, tandis que le plafond en cas d’hospitalisation a été porté à 30.000 DH au lieu de 25.000 DH auparavant. Pour ce qui est des frais journaliers d’hospitalisation, l’indemnité a été relevée de 80 DH à 120 DH par jour, pour une période maximale de 120 jours. Les dépenses médicales, transport, rééducation et médicament sont assurés à hauteur de 18.000 DH, dont 2.500 DH pour le transport du blessé, contre 16.000 et 2.000 DH.

    Le Matin :

    • Sahara marocain: le président du gouvernement espagnol réitère l’appel à une solution politique basée sur le compromis . Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, a réitéré devant l’Assemblée générale de l’ONU, l’appel de l’Espagne à une solution politique basée sur le compromis à la question du Sahara marocain, conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations-Unies. « Nous devons trouver une solution politique juste durable et mutuellement acceptable au conflit du Sahara, tel que stipulé par les résolutions du Conseil de sécurité et dans le cadre des dispositions respectant les buts et principes contenus dans la Charte des Nations-Unies », a affirmé Sanchez dans un discours préenregistré diffusé à la salle de l’Assemblée générale dans le cadre du débat de haut niveau de ce conclave mondial qui se tient cette année de manière virtuelle à New York. En réitérant cette position, déjà exprimée l’année dernière par M. Sanchez devant cette même Assemblée, l’Espagne confirme l’enterrement une fois pour toutes des plans antérieurs caducs et désuets au sujet du différend régional artificiel autour du Sahara marocain.

    • ONU : M.Bourita plaide pour un « système multilatéral de proximité, porteur d’efficacité et pourvoyeur de solutions » . Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, a plaidé en faveur d’un « système multilatéral de proximité, porteur d’efficacité et pourvoyeur de solutions ». Dans une allocution à l’occasion de la réunion ministérielle de l’Alliance pour le multilatéralisme, organisée virtuellement en marge du débat de haut niveau de la 75ème Assemblée générale des Nations-Unis, Bourita a souligné que le Maroc a choisi, sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI, un multilatéralisme solidaire, inclusif, pragmatique et d’action. Evoquant « l’immensité » des défis qui attendent les générations présentes et futures, dont le développement d’un vaccin « sûr, efficace et accessible » contre la Covid-19, l’éducation et la récession économique, le ministre a affirmé que « la responsabilité de donner corps à l’idéal d’un multilatéralisme de l’action s’impose à nous ».

    Aujourd’hui le Maroc :

    • 97% des pharmaciens affirment que la chloroquine n’est pas disponible . Depuis l’apparition des premiers cas de Covid-19, le Maroc a connu des perturbations d’approvisionnement de plusieurs spécialités pharmaceutiques, notamment celles rentrant dans le cadre du protocole de prise en charge des patients affectés par le SarsCoV2. Une étude a ainsi été élaborée pour cerner la disponibilité du Plaquenil, Nivaquine, des spécialités à base de Vitamine C, de Zinaskin, des spécialités à base de paracétamol et des spécialités à base d’azithromycine dans les pharmacies au niveau national. Pour 97%des pharmaciens, la nivaquine n’a pas été ou a été rarement disponible chez leurs fournisseurs. Le Dr Abderrahim Derraji, un des initiateurs de cette étude explique la non-disponibilité de la nivaquine et le plaquenil, produits appartenant au tableau A, par le fait qu’ils ont été réquisitionnés et mis à la disposition des patients uniquement à travers les structures publiques. Et par conséquent, les pharmaciens ne pouvaient pas s’en approvisionner.

    • Salles de spectacle : Les professionnels s’impatientent . Après plus de six mois d’arrêt de ses activités, bien avant le confinement lié à la pandémie de Covid-19, le monde du théâtre et du spectacle est parmi les secteurs les plus sévèrement affectés par la crise sanitaire. Pour pouvoir sortir de cette impasse, les professionnels appellent à accélérer la réouverture des salles du théâtre et du spectacle, dont dépend un grand nombre du monde du show, de techniciens et autres. Et ce à l’instar de la plupart des autres pays qui ont déjà connu la reprise de leurs activités culturelles et artistiques avec le strict respect des restrictions sanitaires en vigueur en cette période exceptionnelle. «Nous nous engageons à respecter le taux de la capacité autorisée pour l’assistance, la distanciation physique, le port de masque de protection,… Nous avons hâte de monter sur scène et de reprendre nos activités comme c’était le cas en temps normal», a dit Rachid Amahjour, directeur de la Troupe du spectacle possible et directeur du Festival de Tanger des arts de marionnettes et de performances.

    Maroc le Jour :

    • L’hôpital marocain de campagne à Beyrouth, une expérience distinguée . L’hôpital militaire marocain à Beyrouth, déployé sur Hautes instructions de SM le Roi Mohammed VI pour offrir des services médicaux aux victimes de l’explosion qui a secoué le port de la capitale libanaise, constitue un modèle à suivre et une expérience distinguée dans la médecine militaire, chargée de préserver la santé des membres des Forces armées royales, de la société marocaine et des sinistrés dans diverses parties du monde. Lancée le 10 août dernier, cette structure médicale fait du Royaume un exemple frappant en matière de vulgarisation de la culture de solidarité et d’entraide avec les pays frères à travers le monde tout en renforçant son rôle effectif dans la préservation de la santé humaine. A travers ses services fournis aux différents segments de la société libanaise et aux étrangers résidant au Liban, l’Hôpital marocain reflète les principes fondamentaux de la médecine militaire, qui a toujours démontré son engagement et sa forte implication dans la promotion du secteur de la santé, notamment en facilitant l’accès aux traitements médicaux de base.

    • Boissons alcoolisées: les contrôles se poursuivent à Tanger . La commission sécuritaire mixte, composée des services de la Sûreté nationale de Tanger et des autorités compétentes, poursuit les opérations de contrôle et de réglementation pour imposer l’application des mesures de l’état d’urgence sanitaire et le respect des dispositions juridiques et réglementaires régissant le travail des lieux publics qui proposent des boissons alcoolisées ou mélangées avec de l’alcool. Effectuées les 23 et 24 septembre en présence des représentants des services compétents, notamment l’Administration des douanes et impôts indirects et l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires, ces opérations de contrôle sur quatre commerces de vente de boissons alcoolisées à Tanger ont permis la saisi de 2.263 bouteilles de ce type de boissons portant des vignettes douanières non conformes aux normes légales, 10 bouteilles ne portant aucune vignette, en plus de 556 bouteilles de bières et 291 bouteilles de boissons gazeuses périmées, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué.

    L’Opinion :

    • Qui paiera la facture du dépistage du Covid hors circuit public? “En incluant les laboratoires du secteur privé dans le processus du dépistage, l’Etat serait, entre autres, à la recherche d’une alternative pour amortir ses dépenses face à une situation épidémiologique explosive”, indique l’Istiqlalien expert en assurance, Fouad Douiri, soulignant qu’ainsi les compagnies d’assurance et mutuelles seront mises à contribution. “Mais les assurances privées seront les moins impactées, puisque le nombre d’adhérents dont elles disposent ne dépassent pas les 700.000 personnes”, estime M. Douiri. Face à ces prévisions sinistrées, la CNOPS, la CNSS, l’ANAM et le ministère de la Santé, ont formé une Commission en vue de se concerter quant aux modalités de remboursement des frais Covid. Néanmoins, en cas de dépistage massif d’une zone quelconque, les tests resteront à la charge de l’Etat, nous précise un membre de ladite commission.

    • Casablanca: Un brigadier utilise son arme pour arrêter un individu violent . Un brigadier de police exerçant à la brigade mobile des motards relevant du district de sûreté de Sidi Bernoussi à Casablanca a été contraint, samedi soir, d’utiliser son arme de service lors d’une intervention sécuritaire pour interpeller un repris de justice qui a exposé la sécurité de citoyens et de policiers à une menace sérieuse et dangereuse à l’aide de l’arme blanche. Une patrouille de police était intervenue suite à une altercation opposant le suspect et un complice à un marchand ambulant dans un marché au niveau de la zone de Sidi Moumen, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué, faisant savoir que le prévenu (26 ans), qui était dans un état de forte impulsivité, a refusé d’obtempérer et opposé une résistance violente à l’aide d’un coutelas. Le mis en cause a également menacé la sûreté de citoyens et la sécurité de leurs biens, ce qui a contraint le brigadier de police à faire usage de son arme de service en tirant une balle de sommation, avant de l’atteindre par une autre balle au niveau des ses membres inférieurs, précise le communiqué, ajoutant que cet usage forcé de l’arme de service a permis de neutraliser le danger après que le mis en cause a pris a fuite à moto avec son complice, qui a été identifié.

    Al Bayane :

    • Soutien constant du Maroc au dialogue interlibyen. Le chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, a réitéré samedi le soutien constant du Maroc au dialogue inter-libyen et à la cause palestinienne. Intervenant lors du débat général virtuel de la 75ème session de l’Assemblée générale de l’ONU, M. El Otmani a souligné que «la sécurité de la Libye, pays frère avec lequel nous partageons une histoire et un destin communs, fait partie intégrante de la sécurité du Royaume du Maroc». «Neuf ans après le déclenchement de la crise en Libye, la situation sécuritaire et humanitaire se détériore en raison des ingérences étrangères, y compris l’intervention militaire», a-t-il souligné.

    • Accès à la commande publique: Nécessité de doter la TPME d’un « Small Business Act ». Le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Chakib Alj, a souligné, à Casablanca, la nécessité de mettre en place un « Samll Business Act » pour assurer à la très petite, petite et moyenne entreprises (TPME) davantage d’accessibilité à la commande publique. « Il est grand temps de doter la TPME marocaine d’un cadre spécifique à savoir le «Small Business Act» afin de lui garantir plus d’accessibilité à la commande publique avec des incitations et des garanties appropriées », a dit M. Alj qui s’exprimait lors du Conseil National de l’Entreprise (CNE) tenu par visio-conférence, avec la participation du ministre de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy. Une autre priorité est la préservation de la compétitivité des entreprises, a-t-il poursuivi, notant que celle-ci reste étroitement liée à la capacité d’investissement limitée en raison d’une sous-capitalisation et d’un surendettement évidents.

    Les derniers articles

  • Casablanca: 14 jours supplémentaires de mesures anti-covid

    Casablanca: 14 jours supplémentaires de mesures anti-covid

    Le gouvernement a décidé de prolonger, pour 14 jours supplémentaires à compter de ce lundi, la mise en œuvre des mesures décidées auparavant dans la préfecture de...

  • Covid-19: Négociations avec trois nouvelles sociétés pour l’acquisition d’un vaccin

    Covid-19: Négociations avec trois nouvelles sociétés pour l’acquisition d’un vaccin

    Des négociations sont en cours avec trois nouvelles sociétés pour l’acquisition d’un vaccin anti-Covid 19 dès qu’il sera mis sur le marché international, a...

  • Tanger: Saisie de 980 kg de viandes impropres à la consommation

    Tanger: Saisie de 980 kg de viandes impropres à la consommation

    Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire de Tanger, en coordination avec les services de la Direction générale de la surveillance du territoire, ont saisi...

  • Club Med et Madaëf s’allient pour la rénovation de deux villages touristiques

    Club Med et Madaëf s’allient pour la rénovation de deux villages touristiques

    19 octobre 2020  à 19:39
  • Bolsonaro: Le Maroc est un partenaire « stratégique » pour le Brésil

    Bolsonaro: Le Maroc est un partenaire « stratégique » pour le Brésil

    19 octobre 2020  à 19:38
  • Covid-19: 2.117 nouveaux cas confirmés et 2.449 guérisons en 24H

    Covid-19: 2.117 nouveaux cas confirmés et 2.449 guérisons en 24H

    19 octobre 2020  à 19:34
  • La plateforme industrielle Tanger-Med classée 2e zone économique spéciale dans le monde

    La plateforme industrielle Tanger-Med classée 2e zone économique spéciale dans le monde

    19 octobre 2020  à 12:57
  • France: Fondé par un Marocain, un réseau d’écoles du digital gratuites remporte le trophée de l’égalité des chances

    France: Fondé par un Marocain, un réseau d’écoles du digital gratuites remporte le trophée de l’égalité des chances

    19 octobre 2020  à 12:48
  • L’ONEE adopte une nouvelle solution de gestion des compteurs à prépaiement

    L’ONEE adopte une nouvelle solution de gestion des compteurs à prépaiement

    19 octobre 2020  à 12:46