laverite.ma

Le déploiement des éléments de gestion des identités, nécessaire à la gouvernance des Etats modernes

ÉCONOMIE Z- NEWSLETTER (apm) / 05 décembre 2019
Le déploiement des éléments de gestion des identités, nécessaire à la gouvernance des Etats modernes

Le déploiement des éléments de gestion des identités est « nécessaire à la gouvernance des Etats modernes », a indiqué, mercredi à Rabat, le président de la Commission Nationale de Contrôle de Protection des Données à Caractère Personnel (CNDP), M. Omar Seghrouchni, à l’occasion de la réunion du groupe de travail sur les identités, relevant du Réseau africain des autorités de Protection des données personnelles (RAPDP).

S’exprimant à l’ouverture de cette rencontre, tenue en coordination avec la CNDP sous le thème « Est-ce que la reconnaissance faciale est une biométrie comme les autres ? », M. Seghrouchni a relevé que pour avancer sur la problématique de la gestion des identités, ce déploiement, nécessaire pour le bien des concitoyens, doit se faire dans le respect des principes de la vie privée et de la protection des données à caractère personnel.

M. Seghrouchni a également souligné le besoin de « clarifier l’identité des citoyens » pour être en mesure « d’améliorer la modification des politiques publiques », mais aussi pour « adopter des démarches de ciblage par rapport à différents types de programmes » le tout, dans le respect des principes des droits humains, de la protection des données à caractère personnel et de la protection du citoyen au sein de l’écosystème numérique.

Rappelant que l’objectif premier de cette réunion du groupe de travail était de commencer à prendre « des positions communes et partagées », le Président de la CNDP a soulevé la nécessité « d’éviter de se retrouver avec une protection des données à caractère personnel à deux vitesses », expliquant que le RAPDP œuvre » à travailler en cohérence avec les cadres multilatéraux ».

« Gérer les identités, c’est gérer les données personnelles de citoyens », a déclaré, pour sa part, Mme Marguerite Ouedraogo Bonané, présidente du RAPDP, rappelant que l’Assemblée générale extraordinaire de ce réseau, tenue à Dakar, a été marquée par la mise en place de trois groupes de travail, dont celui sur la gestion des identités.

De son côté, Mme Souad El Kohen, Commissaire au sein de la CNDP, a rappelé que le RAPDP regroupe plusieurs autorités africaines de protection de la vie privée et des données personnelles et qu’il a pour objectif de « créer une plateforme d’échange et de coopération entre ses membres et de porter la voix du continent vis-à-vis de ses partenaires dans le monde ».

En outre, le Président Directeur Général de ID4Africa, M. Joseph Atick, a présenté une note introductive sur la reconnaissance faciale, s’arrêtant sur l’ampleur de la menace et des algorithmes qui l’accompagnent et sur le vrai danger qu’elle représente face à l’émergence notamment de l’intelligence artificielle.

Déclinés en sessions ouvertes et fermées, les travaux du groupe « Gestion des identités » relevant du RAPDP se poursuivront jeudi à Rabat avec des réunions traitant de la problématique de la gestion des identités et de la protection des données à caractère personnel et seront ponctués par des échanges avec des experts et des représentants d’organisations internationales.

 

VOS RÉACTIONS