• Version PDF
  • Coronavirus au
    Maroc live infos

  • Cas confirmés

    110099

  • Décès

    1956

  • Guéris

    90186

  • Dernière mise à jour: 24 septembre à 18:42

    Par:  

    Sanae El Amrani

  • 22 avril 2020  à 21:19
  • Temps de lecture: 2 minutes
  • CHRONIQUESLe confinement, une opportunité pour échapper à la dictature de l’urgence

    Le confinement, une opportunité pour échapper à la dictature de l’urgence
    Le confinement, une opportunité pour échapper à la dictature de l'urgence

    Au Maroc le phénomène est récurrent et on le rencontre dans une cellule familiale, chez les entreprises, grandes, petites ou moyennes, comme au niveau des Exécutifs successifs.

    C’est souvent la vision à court terme qui l’emporte aux moments des choix décisifs. Pourquoi ? C’est à cause de la dictature de l’urgence. C’est la pression de la conjonction de plusieurs contraintes (rentrée scolaire, Ramadan, vacances que le ménage chamboule ses programmes et relègue aux calendes grecques une décision stratégique pour la famille comme l’acquisition d’un bien immobilier particulier).

    Dans le fonctionnement des entreprises, on constate cette reculade au niveau du comportement cynique de certains investisseurs qui s’arrêtent au milieu du gué et s’interdisent tout pari sur l’avenir et ses promesses de revenus substantiels, préférant le gain immédiat. Aussi minime et non structurant qu’il soit.


    Très souvent, les décideurs se sentent comme tétanisés et perdent devant la pression de l’instant cette capacité de vision d’ensemble dont devraient se prévaloir les dirigeants éclairés. Cette posture mentale faite d’une série de solutions simplistes (et souvent démagogiques) s’expriment par des formules du type : «Il suffit de», «y’a qu’à», «faut qu’on». Tout cela conduit à une impasse à plus long terme.


    L’on se demande si notre gouvernement et les autres institutions, notamment le conseil économique et social de Réda Chami et HCP de Ahmed Alami Lahlimi, planchent déjà sur les scénarios à proposer pour sortir sans dégât de cette spirale et sur les moyens à déployer pour rattraper le temps perdu.


    Ne pas réagir revient à vouloir casser le thermomètre qui ne fait pas disparaître, tout le monde le sait, la fièvre.

    Les derniers articles

  • Allemagne: Des manifestations en faveur du climat

    Allemagne: Des manifestations en faveur du climat

    Des milliers de personnes ont manifesté, vendredi, dans plusieurs villes allemandes, notamment à Berlin et Cologne, à l’occasion de la journée internationale...

  • Revue des FAR : Lancement du site revue.far.ma

    Revue des FAR : Lancement du site revue.far.ma

    Le site électronique « https://revue.far.ma » vient d’être mis en ligne mettant à la disposition du lecteur le format numérique de l’ensemble des numéros des revues...

  • Liban: Adib s’excuse de ne pas pouvoir poursuivre sa tâche

    Liban: Adib s’excuse de ne pas pouvoir poursuivre sa tâche

    Le Premier ministre libanais désigné a annoncé samedi renoncer à former un nouveau gouvernement alors que la pression internationale augmente pour remplacer celui qui a...

  • Algérie: Le parti des travailleurs dénonce la régression des libertés

    Algérie: Le parti des travailleurs dénonce la régression des libertés

    26 septembre 2020  à 12:58
  • Attaque au hachoir à Paris: le principal suspect assume son acte

    Attaque au hachoir à Paris: le principal suspect assume son acte

    26 septembre 2020  à 12:57
  • Ait-Baha: Une structure pour promouvoir la santé maternelle

    Ait-Baha: Une structure pour promouvoir la santé maternelle

    26 septembre 2020  à 12:55
  • Mise au point: Les factures de l’ONEE à Oued Zem

    Mise au point: Les factures de l’ONEE à Oued Zem

    26 septembre 2020  à 12:52
  • Education: La métamorphose numérique de l’école

    Education: La métamorphose numérique de l’école

    26 septembre 2020  à 12:43
  • Fès Parkings: Une solution innovante pour stationner

    Fès Parkings: Une solution innovante pour stationner

    26 septembre 2020  à 12:40