laverite.ma

L’année 2969: Une forte présence de la question amazighe dans l’ensemble des domaines

CULTURE Z- NEWSLETTER (apm) / 14 janvier 2020
L’année 2969: Une forte présence de la question amazighe dans l’ensemble des domaines

La question amazighe s’est fortement imposée dans divers aspects de la vie publique au Royaume lors de l’année amazighe 2969, affirmant ainsi une nouvelle vision linguistique et culturelle marocaine fondée sur la reconnaissance et la promotion de la culture amazighe.

L’événement le plus marquant de cette année qui vient de se clôturer a été la publication de la loi organique 26-16 relative à la mise en œuvre du caractère officiel de l’amazigh, suite à la conclusion du processus de votes et d’approbations dans les deux chambres du Parlement et la publication de ladite loi au Bulletin officiel fin septembre dernier.

Ce texte vise à mettre en œuvre le caractère officiel de l’amazigh dans les différents domaines prioritaires de la vie publique, en fournissant les principes généraux encadrant cette mise en œuvre et l’intégration de l’amazigh dans le domaine de l’éducation, de la législation, des médias, de la créativité culturelle et d’autres encore.

Un certain nombre d’observateurs de la question amazighe perçoivent dans ce texte législatif un « acquis sans précédent » dans l’histoire de la diversité culturelle nationale, car il a érigé l’amazigh au rang de langue officielle de l’État et en a fait patrimoine commun à tous les Marocains sans exception aucune, et ce conformément aux dispositions de la constitution de 2011.

Dans ce sillage, de nombreux acteurs associatifs et des droits de l’Homme ont exprimé leur optimisme quant au contenu de cette loi organique, considérant que l’optimisation de la mise en œuvre de ce texte nécessite une mobilisation sociétale.

Par ailleurs, l’année 2969 a connu un certain nombre d’activités culturelles amazighes, répartis entre l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM) et le département ministériel chargée de la culture, ce qui reflète l’importance qu’occupe la langue amazighe en tant que composante essentielle de la culture et de la civilisation nationales.

Ainsi, et comme il est de coutume chaque année, l’IRCAM a organisé des rencontres intellectuelles et culturelles concernant les méthodes d’enseignement de la langue amazighe, la présentation des écrits et des productions des intellectuels amazighs, la discussion des moyens à même de mettre en œuvre la langue amazighe dans la vie publique, outre la présentation d’autres expériences linguistiques et la possibilité d’en bénéficier, et ce en présence d’imminents chercheurs.

L’Institut a également célébré l’anniversaire du discours royal d’Ajdir (17 octobre), compte tenu que cet événement d’envergure historique a permis à l’État marocain de formuler une politique de promotion et de consolidation de la culture amazighe, tout en prévoyant la création d’un Institut dédié, ce qui a permis d’assurer des réalisations de taille dans les domaines de la recherche sur la langue et les expressions artistiques et culturelles amazighes, de l’éducation et de la formation, ainsi que des nouvelles technologies.

En outre, le département ministériel chargé de la culture a organisé un ensemble d’activités et de célébrations ayant trait à la question amazighe, telles que le Festival national du film amazigh, le festival d’Al Hoceima, le festival d’Ahwash, le festival d’Ahidous et le festival de la poésie et de la chanson amazighes.

Le ministère de la Culture veille également à octroyer des prix récompensant diverses productions culturelles en langue amazighe dans des domaines comme le théâtre, le cinéma et la traduction. Ces actions servent à promouvoir, protéger et développer la culture amazighe dans ses diverses manifestations, tout en encourageant ses créateurs, artistes, penseurs et chercheurs.

En définitive, l’année 2969 a constitué un tournant majeur dans la consolidation de la place de l’amazigh sur la scène nationale, malgré les nouveaux défis et enjeux qui accompagnent cette entreprise. Ces défis font appel à la concertation des efforts des différentes composantes de la société, afin de plaider en faveur de la vision fondatrice de Sa Majesté le Roi Mohammed VI telle qu’étayée dans le Discours d’Ajdir.

El Mostapha Ayach

 

VOS RÉACTIONS