Take a fresh look at your lifestyle.

L’Algérie suscite les inquiétudes des Arabes quant à la tentation de sacrifier la cause palestinienne pour assouvir son désir contre le Maroc et ses institutions

LA VÉRITÉ / MAP


Le journal londonien ‘Al-Arab’ a écrit que le comportement d’obstruction de l’Algérie sur une question vitale pour le monde arabe a suscité de réelles craintes et inquiétudes au sein du Groupe arabe quant à la tendance de ce pays, le prochain président du sommet arabe, à sacrifier la cause palestinienne, pour assouvir son désir contre le Maroc et ses institutions.

Sous le titre « La défense de la ville sainte par le Roi du Maroc resserre les nerfs de l’Algérie », le journal arabe à grand tirage a rapporté que samedi dernier, le représentant de l’Algérie auprès des Nations Unies a fait obstruction à l’adoption d’une déclaration publiée par le Groupe arabe à New York, liés à la récente attaque israélienne contre les lieux saints à Al-Qods, en raison de la référence au rôle du Comité Al-Qods relevant de l’Organisation de la coopération islamique OCI, que préside Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Il a souligné que le projet de déclaration arabe, qui a été distribué au Groupe arabe à New York, pour adoption, condamnait l’attaque israélienne contre la Ville sainte et reconnaissait le rôle important du Comité Al-Qods, présidé par le Souverain marocain, dans la défense de la Ville Sainte et préserver son identité.

Et d’ajouter que la délégation marocaine soutenait fortement ce projet, de même que tous les Etats membres du Groupe arabe ont soutenu le texte de la déclaration, à l’exception de l’ambassadeur d’Algérie, qui s’est opposé à la référence au Comité Al-Qods, et a tenté d’inclure une référence au soutien du président de son pays à la cause palestinienne.

Le journal a relevé que l’objection algérienne constitue « un nouvel épisode de l’escalade que le voisin de l’Est poursuit depuis des mois contre le Maroc, après qu’il n’ait pas réussi à trouver un consensus entre les factions palestiniennes lorsqu’a abrité le dialogue palestino-palestinien en janvier dernier, qui s’est soldé par la condamnation de la normalisation avec Israël et en attaquant certains pays en raison de leur relation avec Tel-Aviv, en référence directe au Maroc, uniquement au Royaume, parmi les pays qui entretiennent des relations avec Tel-Aviv.

L’auteur de l’article a noté que le représentant permanent du Maroc auprès des Nations Unies a déjoué la tentative désespérée de l’ambassadeur algérien d’inclure une référence au soutien du président algérien à la cause palestinienne dans le projet de déclaration, étant donné que celle-ci portait sur la situation particulière à Al-Qods Al-Charif, dans laquelle l’Algérie n’a aucune contribution, contrairement à Sa Majesté le Roi et au monarque jordanien dans le cadre de la tutelle hachémite sur les lieux saints islamiques et chrétiens à Al-Qods.

Il a rappelé que le Maroc finance l’Agence Bayt Mal Al-Qods à plus de 86%, tandis que l’Algérie n’y contribue en aucune façon.

Le journal a souligné que le Maroc a condamné fermement les attaques israéliennes à Al-Qods, et Sa Majesté le Roi Mohammed VI a également donné Ses Hautes orientations au ministère des Affaires étrangères pour informer Israël de sa ferme condamnation des incursions sanglantes de la police et des colons dans la Mosquée Al-Aqsa.


À lire aussi
commentaires
Loading...