• Version PDF
  • Coronavirus au
    Maroc live infos

  • Cas confirmés

    507938

  • Décès

    8976

  • Guéris

    493873

  • Dernière mise à jour: 22 avril à 18:43

    Par:  

    Najiba Bezad Bennani

  • 01 février 2021  à 21:12
  • Temps de lecture: 3 minutes
  • CHRONIQUESLa génération « Beur » entre rêves et réalité

    La génération « Beur » entre rêves et réalité

    Des millions d’étrangers vivent en Europe: étudiants, exilés politiques, intellectuels, chercheurs scientifiques, travailleurs immigrés Maghreb et d’ailleurs.
    Ces réfugiés avec leurs enfants qui y sont nés porteurs au surplus les espoirs de leurs parents qui s’étaient condamnés à l’exil et avaient rêvé d’un Eldorado.
    Ils ont alors grandi avec l’idée qu’ils devaient mieux réussir que leurs parents.
    Malheureusement, ces rêves ne sont pas évidents.

    Les enfants d’immigrés grandissent au milieu de familles nombreuses vivant dans des logements surpeuplés.
    L’écrivain algérien Mounsi a dit à ce propos: » Aujourd’hui, dans ces blocs d’immeubles en brique – rouge , venus des quatre coins du monde pour chercher un havre d’espoir , maints immigrants se pressent.
    Dans la rue en contrebas, montent les braillements et les cris perçants de leurs enfants qui s’amusent.
    La plupart des étrangers qui s’établissent là, finissent par y prendre racine.Ils travaillent dur pour nourrir leur famille ».
    Alors, de déception en déception, ces enfants d’immigrés atteignent l’adolescence, et là ils se rendent compte que leurs rêves sont bien loin d’être réalisés.
    On leur parle d’assimilation, d’intégration, d’insertion.

    Mais, en vérité, ces jeunes maghrébins sont les victimes toutes désignées de la crise économique et du racisme, pourtant la majorité écrasante d’entre eux est née en France , y a grandi , s’exprime couramment en français.
    La plupart d’entre eux quittent l’école sans diplôme et se retrouvent demandeurs d’emplois.

    L’insertion de ces jeunes « beurs » est devenue chose difficile à cause de leur isolement ségrégationniste .
    Les familles maghrébines sont rassemblées en » quartiers ghettos  » et leur contact avec la population européenne sont réduits.
    Seules quelques familles dispersées dans les petites villes arrivent à s’insérer facilement avec la population locale.
    La société d’accueil les maintient dans des conditions lamentables alors que leur présence répond aux impératifs vitaux de son développement.

    Les immigrés connaissent beaucoup de problèmes: des logements insalubres , les descentes de police, les accidents de travail, la violence, le racisme…
     » À ces hommes qu’on arrache à leurs terres , écrit Tahar Ben Jelloun, on ne demande que leur force de travail. Le reste, on n’en veut pas ».
    Nul n’ignore que durant la période de développement économique accélérée dans les années 50 et 60, la France a laissé entrer librement sur son territoire la main- d’oeuvre étrangère sous- qualifiée .

    Cependant, à partir de 1972, une politique de contrôle du mouvement migratoire est apparue.
    La plus grande proportion de cette main- d’oeuvre est employée dans le secteur du bâtiment et des travaux publics.
    Cependant, ce sont des hommes sensibles à l’injustice , à l’indifférence, à l’exploitation et à la persécution.

    Les derniers articles

  • ‘Regards vers le futur’: La ville de demain au centre d’un webinaire de la CDG

    ‘Regards vers le futur’: La ville de demain au centre d’un webinaire de la CDG

    La ville de demain a été au centre des discussions des participants à une rencontre en ligne tenue, mardi dernier, à l’initiative de l’Institut CDG dans le cadre...

  • Tourisme: l’ONMT présente son nouveau dispositif de promotion de la destination Maroc

    Tourisme: l’ONMT présente son nouveau dispositif de promotion de la destination Maroc

    L’Office National Marocain du Tourisme (ONMT) a dévoilé, jeudi à Casablanca, son nouveau dispositif marketing de promotion de la destination Maroc qui sera déployé aux...

  • Forbes magazine: La Marocaine qui habille les grands noms du show business

    Forbes magazine: La Marocaine qui habille les grands noms du show business

    Avec ses créations prestigieuses, innovantes et multiculturelles, la styliste marocaine Laila Aziz, une passionnée de mode, a su se faire une place de choix dans la haute...

  • DGI: Annulation des amendes des impayés de 2020

    DGI: Annulation des amendes des impayés de 2020

    22 avril 2021  à 18:09
  • Le livre, cet autre vaccin

    Le livre, cet autre vaccin

    22 avril 2021  à 14:51
  • Décryptage: Réglementation des prix de transfert, un gage d’équité

    Décryptage: Réglementation des prix de transfert, un gage d’équité

    22 avril 2021  à 14:47
  • Casablanca Finance City: Au service de l’avenir de l’Afrique

    Casablanca Finance City: Au service de l’avenir de l’Afrique

    22 avril 2021  à 14:44
  • Théâtrale à Fès: Les professionnels s’impatientent

    Théâtrale à Fès: Les professionnels s’impatientent

    22 avril 2021  à 14:42
  • Kasbah de Taourirt: Raviver l’héritage historique

    Kasbah de Taourirt: Raviver l’héritage historique

    22 avril 2021  à 14:40