Take a fresh look at your lifestyle.

La FIFA chercherait-elle noise au Maroc ?


Entre le Maroc et la FIFA, la tension monte d’un cran. Et cela se passe à trois semaines du scrutin qui va permettre de savoir le pays organisateur du Mondial 2026.

La nouvelle, c’est que la Fédération royale marocaine de football (FRMF) a renouvelé sa contestation contre le droit de vote de quatre territoires américains lors du scrutin du 13 juin prochain pour élire le pays hôte de la Coupe du monde 2026. Il s’agit de l’île de Guam, des îles Samoa américaines, des îles Vierges et de Porto Rico.

Selon la BBC, le Maroc a, une fois encore, envoyé une correspondance à la FIFA où il lui demande d’informer les quatre territoires, tous membres de la FIFA, de leur incapacité à voter pour conflit d’intérêts. Le comité marocain s’est basé sur la clause 4.2 de l’appel d’offres qui stipule que « Dans le cas où un délégué du Congrès de la FIFA est en conflit d’intérêts, ces délégués n’exerceront pas leurs fonctions en relation avec, et l’association membre représentée par ce délégué devra refuser de participer au processus de vote du Congrès de la FIFA pour la décision d’attribuer le droit d’accueillir la Coupe du Monde de la FIFA 2026. »

Ce n’est pas la première fois. Le Maroc avait déjà adressé une première correspondance le 24 avril 2018 à l’instance présidée par Gianni Infantino. Mais la réponse n’a pas été satisfaisante. La FIFA a estimé qu’il appartenait aux délégués de chaque fédération membre de se déclarer en situation de conflit d’intérêts. Une réponse absurde et contraire aux règles de l’appel d’offres de la FIFA.


À lire aussi
commentaires
Loading...