Take a fresh look at your lifestyle.

Jidar-Rabat Street Art Festival: la 7ème édition s’achève par un bilan de neuf nouvelles œuvres d’envergure

LA VÉRITÉ / MAP


La septième édition de Jidar-Rabat Street Art Festival s’est achevée par un beau bilan de neuf nouvelles œuvres d’envergure peintes par neuf artistes, dont trois locaux et six internationaux, ont annoncé les organisateurs.

Regroupant des œuvres inédites d’artistes marocains et étrangers, les murales de cette édition, organisée du 21 au 31 juillet, forcent l’admiration par leur esthétique, au-delà du plaisir de l’interprétation, ont-ils indiqué dans un communiqué.

Il s’agit des formes géométriques centrées, décalées ou juxtaposées de l’artiste marocain obsédé par la rigueur spatiale, Reda Boudina, de la femme africaine de l’artiste sénégalais Beaugraff, de la douce jeune fille de la Marocaine Tima et du personnage saisi avec une délicatesse infinie dans ses menus gestes quotidiens du Canadien Bryan Beyung.

Il s’agit également du bestiaire bleuté et noir du Portugais Pantonio, de la nature morte de l’Espagnol Manolo Mesa, de la flore qui enrobe l’œuvre tout en rouge de Twoone, des timbres célébrant la mémoire de Rabat du Marocain Ed Orner, ainsi que des compositions réfléchies du Slovaque Juraj Duris, précise-t-on de même source.

Par ailleurs, et contrairement aux années précédentes, l’artiste marocain Adam Belarouchia, a voulu cette fois draper un des six murs du Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain par une bâche géante, ajoute-t-on.

S’agissant du “Mur collectif” utilisé aussi comme moyen d’encourager le “street art”, le festival a fait appel cette année à Ayoub Abid aka Normal, pour orchestrer le workshop qui s’étale, comme à l’accoutumée, sur une semaine, dans le but de permettre aux street-artistes de s’initier au muralisme sous l’aile d’un artiste de haut vol et laisser libre cours à leur créativité, en mettant un large mur à disposition des street-artistes en herbe.

De surcroît, cette édition a permis au public de participer à des ateliers et d’assister à une démonstration de sérigraphie en compagnie de l’artiste et imprimeuse principale du studio Monostereo, Gemma Berenguer, ayant également proposé à voir, à l’atelier ambigu, une dizaine d’affiches de groupes (gig posters) conçues et imprimées manuellement sur du papier.

Impulsé par l’association EAC-L’Boulvart (Éducation artistique et culturelle) et soutenu par divers partenaires institutionnels et entrepreneuriaux, le festival a été mis sur orbite il y a sept ans.

La huitième édition de Jidar-Rabat Street Art Festival est prévue du 17 au 27 mai 2023, l’occasion d’assister à la naissance d’autres œuvres d’art et de s’imprégner de l’atmosphère unique régnant sur le festival.


À lire aussi
commentaires
Loading...