laverite.ma

IMd’Intelligence Stratégique: L’émergence d’une classe moyenne rurale

À LA UNE Z- NEWSLETTER (apm) / 06 février 2020
IMd’Intelligence Stratégique: L’émergence d’une classe moyenne rurale

L’émergence d’une classe moyenne rurale au Maroc est l’un des objectifs ciblés par le programme d’appui et de financement des entreprises qui intervient suite aux instructions de SM le Roi Mohammed VI, a indiqué, mercredi, Najib Benamour, économiste, Secrétaire général exécutif de l’Institut Marocain d’Intelligence Stratégique.

Ce programme, qui prévoit une baisse des taux de crédit pour un environnement favorable aux investissements agricoles au Maroc particulièrement chez les jeunes porteurs de projets et au-delà la création d’emplois en milieu agricole, « va aider à la création d’une classe moyenne rurale à l’image de la classe moyenne dans le monde urbain et périurbain », a souligné M. Benamour qui intervenait au journal du matin de Radio Orient.

« Ce nouveau programme que vient d’adopter le Maroc est « un peu différent » de l’ancien modèle parce qu’il a prévu, pour la première fois, des taux d’intérêt qui sont « très très bas » pour justement aider les petites et moyennes entreprises d’abord dans le milieu urbain et périurbain pour accéder au financement à des conditions très favorables », a-t-il expliqué, soulignant que « le même modèle a étendu ces avantages au monde rural ».

Selon l’économiste marocain, ce nouveau programme vise aussi à « donner au monde rural les moyens pour développer une agriculture, des entreprises qui sont modernes, qui transforment le produit agricole et qui exportent vers l’étranger ».

Aujourd’hui, a-t-il ajouté, le Maroc a dépassé tout ce qui était traditionnel en matière d’exportation (phosphates, minerais, textile…) pour se replacer dans le monde rural. « Et c’est très important par ce que nous assistons à des cultures qui sont très modernes et on n’est plus dans le schéma d’un pays qui est dépendant de la céréaliculture ou des cultures traditionnelles, mais des cultures modernes ».

Pour arriver à ce résultat, « le Maroc a d’abord développé une politique de barrage pour l’irrigation », a-t-il dit soulignant que le Royaume a également programmé 50 nouveaux barrages pour l’agriculture et l’eau potable. Pour l’agriculture, le pays a mis en place également un système d’électrification qui a permis l’électrification de 96 pc du monde rural, sachant le coût élevé de cette opération en raison de l’éparpillement des douars, a-t-il fait observé.

Pour ce qui est de l’eau potable, 75 pc du monde agricole est à l’eau potable. « Et là aussi c’est très important pour un pays qui est très vaste », a relevé l’économiste. »Maintenant, pour pouvoir promouvoir ce modèle de développement, le Maroc a mis en place également des infrastructures tels que les ports sur toute la côte atlantique.

Il y a aussi d’autres ports qui sont programmés et qui vont permettre la création de pôles de croissance dans ces zones rurales », a-t-il dit.Et de souligner que « ce nouveau système de financement qui est très avantageux avec un taux de financement de 1,75 pc alors que le taux de financement auprès de la Banque Centrale est de 2,25 pc (…), va aider à la création d’une classe moyenne rurale à l’image de la classe moyenne qui est dans le monde urbain et périurbain ».

 

VOS RÉACTIONS