Take a fresh look at your lifestyle.

FICM d’Agadir: La culture, une force pour la consolidation des relations entre les peuples

LA VÉRITÉ / MAP


La force de la culture est indéniable dans la consolidation des relations entre les peuples et les communautés, ont affirmé, vendredi à Agadir, les participants à une conférence tenue dans le cadre du 18ème Festival international Cinéma et migrations (FICM).

Traitant du « rôle des arts dans la consolidation des relations culturelles bilatérales entre le Maroc et Israël”, cette rencontre a vu la participation d’un parterre d’artistes, d’écrivains et d’intellectuels du Maroc et d’Israël, notamment le gestionnaire de patrimoine Michael Sicsu, le réalisateur Patrick Attali, l’économiste André Gomel et le réalisateur Haim Bouzaglo.

La conférence s’est ainsi penchée sur le rôle de la communauté juive marocaine, profondément attachée à son pays, dans la consolidation des relations culturelles et humaines bilatérales, en tant que composante clé de l’identité séculaire du Royaume. Il a été également question de mettre en avant l’importance de préserver l’ensemble des affluents de la mémoire nationale, notamment celui judéo-marocain, ainsi que de renforcer la coopération entre le Maroc et Israël dans les différents domaines, notamment artistique et culturel.

Dans une déclaration à M24, la chaîne d’information continue de la MAP, le président du Centre de la culture judéo-marocaine, Paul Dahan, a indiqué que l’objectif de son intervention était de relever la nécessité de porter le patrimoine judéo-marocain au grand écran pour illustrer la singularité du modèle marocain en matière de coexistence.

« Une importante communauté juive marocaine en Israël est pressée de rentrer, rejoindre sa terre qui est le Maroc et développer des projets artistiques et culturels », a déclaré pour sa part l’activiste pour la paix et psychologue, Fanny Mergui.

En tant qu’intervenante à cette conférence, Mme Mergui a relevé que la rencontre s’intéresse aux retrouvailles de la communauté juive avec sa terre marocaine « après une période de déracinement ».

Pour sa part, le réalisateur marocain Kamal Hachkar a fait savoir que cet événement traite également du rôle de l’art dans le rapprochement entre les peuples pour nouer des relations plus fortes et plus profondes dans différents domaines.

Il a en outre affirmé que l’art, qui est universel et sans frontières, permet une coexistence et surtout un rapprochement entre les communautés de différentes confessions.

Cette rencontre, qui s’est déroulée au Complexe culturel Mohamed Khaïr Eddine à Agadir, a connu la présence du chef du Bureau de liaison d’Israël au Maroc, David Govrin, et du wali de la région de Souss-Massa et gouverneur de la préfecture d’Agadir-Ida Ou Tanane, Ahmed Hajji.

Le patrimoine judéo-marocain a été mis à l’honneur lors de cette 18ème édition du FICM d’Agadir avec la projection du long-métrage “L’allée des fleurs” du réalisateur Haim Bouzaglo.

Ce film, dont les dialogues sont en darija, en hébreu et en anglais, est une comédie dramatique néo-réaliste qui relate les péripéties d’une famille traditionnelle, d’origine juive marocaine, dont les parents cultivent une nostalgie pour leur pays natal, le Maroc, tandis que les enfants tentent de trouver leur place en Israël.


À lire aussi
commentaires
Loading...