Take a fresh look at your lifestyle.

Festival d’Alexandrie: projection du film « Jrada Malha » de Driss Roukh en compétition officielle

LA VÉRITÉ / MAP


Le film « Jrada Malha » de Driss Roukh a été projeté, mercredi, dans le cadre de la compétition officielle du Festival d’Alexandrie, Egypte.

La présence du film de Driss Roukh à cet événement n’est que la continuité d’autres participations distinguées, notamment à Toronto (Canada) où il a décroché sa première récompense, à Montréal (Canada) et à Durban en Afrique du Sud.

« Jrada Malha » raconte, 125 minutes durant, l’histoire de Raniya, une jeune trentenaire, qui vit avec la certitude que son mari la trompe. Chaque soir quand Omar rentre, c’est le même scénario: une bagarre. La jalousie et la peur de Raniya la rendent pratiquement instable. Les scènes du film ont été tournées entre Meknès, Ifrane et Azrou. Écrit par le réalisateur lui-même en collaboration avec Adnane Mouhejja, l’opus a réuni une panoplie d’éminents acteurs, notamment Abderrahim Meniari, Fatima Zahra Bennacer et Mouna Rmiki.

Le film atterrit en Alexandrie après avoir participé à de nombreux festivals internationaux, a déclaré Driss Roukh, faisant savoir que son travail prendra part également au Festival d’Amsterdam, ainsi qu’au Festival du cinéma d’auteur, à Rabat.

Dans une déclaration à la MAP, il s’est dit fier des échos que le film a laissés auprès des critiques et public du Festival, regrettant que cette œuvre n’a pas encore trouvé son chemin vers les salles de cinéma en raison des mesures préventives imposées par la pandémie du coronavirus.

Cette édition du Festival sera clôturée vendredi. Le Maroc participe à la compétition des longs métrages des pays méditerranéens, avec deux films, à savoir « Anatto » de Fatima Boubekdi et « Marjana » de Jamal Souissi, tandis que dans la catégorie des longs métrages arabo-méditerranéens, il participe avec « J’rada Malha » de Driss Roukh. Figurent également sur la liste des films en lice pour le prix des courts métrages le film marocain « Al Mawja Al Akhira » de Mustapha Farmati et le film maroco-français «Le chant du péché» de Khalid Maadour.


À lire aussi
commentaires
Loading...