Take a fresh look at your lifestyle.

Fès-Meknès: Les prémices d’une renaissance industrielle

LA VÉRITÉ / MAP


La région Fès-Meknès a connu durant l’année 2020 une forte dynamique de lancement de projets industriels structurants, augurant d’une renaissance industrielle dans les années à venir.

Connue depuis belle lurette pour ses multiples activités artisanales et industrielles, la Région s’engage ainsi dans un processus à grande échelle d’accélération de son développement industriel.

De nombreux projets aussi compétitifs et prometteurs les uns que les autres ont été lancés ou vu le jour à Fès-Meknès cette année, entre autres le parc industriel Ain Cheggag (PIAC), le nouveau site d’Alstom à Fès et le projet de la zone industrielle  »Fez Smart Factory » (FSF), pour ne citer que ces exemples d’envergure.

Le PIAC, dont les travaux ont été lancés dans la province de Sefrou, constitue sans nul doute une zone d’accélération industrielle (ZAI) aux multiples enjeux socio-économiques et environnementaux.

Dédié en grande partie aux industries très polluantes de cuir, le PIAC entend créer des emplois dans la région de Fès-Meknès, au taux de chômage supérieur à la moyenne nationale, tout en palliant à ce déficit en zones industrielles structurées, attractives et écologiquement responsables et productives.

« Le travail a été fait avec beaucoup de technicité pour faire en sorte que la partie environnementale soit prise en charge sachant que l’activité est très polluante », avait indiqué à la MAP le ministre de l’industrie, du commerce, de l’économie verte et numérique, Moulay Hafid Elalamy.

Le ministre de l’énergie, des mines et de l’environnement, Aziz Rabbah, avait estimé, lui, que la composante environnementale était désormais cruciale dans la réussite de tout projet industriel, faisant savoir que le PIAC est appelé à être une zone industrielle intégrée et non polluante au service des industriels et de l’export.

Le second projet est non des moindres qui vient renforcer le florilège des initiatives industrielles lancées au niveau de la région est le nouveau site d’Alstom à Fès.

Étalé sur une superficie de 3,4ha, ce nouveau projet d’envergure s’inscrit dans le cadre du plan d’aménagement, de valorisation et de développement de la zone industrielle dite ex-COTEF, une référence de l’industrie nationale du textile durant les années 1980.

Ce projet industriel emploie actuellement quelque 400 personnes et tend la création de 350 autres emplois directs à l’horizon 2023.

 »Cet investissement contribue à donner un nouveau souffle à la zone industrielle ex-COTEF, qui constituera un catalyseur de la relance de l’activité économique régionale’’, avait souligné le ministre de l’industrie, du commerce, de l’économie verte et numérique.

De son côté, le président d’Alstom Transport Maroc, Nourddine Rhalmi, avait indiqué que le nouveau site de Fès est une ‘’preuve de l’expansion industrielle d’Alstom au Maroc’’, ajoutant que son ‘’design contemporain, projeté vers le futur, permettra d’inscrire la ville dans une nouvelle mémoire positive, pour un avenir que l’on sait déjà prometteur’’.

Le projet pilote de la zone industrielle ‘’Fez Smart Factory’’ (FSF) est un autre chantier dédié à renforcer la dynamique socio-économique de la région et booster sa compétitivité.

Aménagé sur le campus de l’Université Euro-Méditerranéenne de Fès (UEMF), la FSF devra contribuer à ériger toute la région Fès-Meknès en pôle de croissance prometteur.

Mobilisant une enveloppe budgétaire de 104 millions de DH, ce projet sera réalisé dans le cadre d’un partenariat entre l’UEMF, le Conseil de la région Fès-Meknès, la section Fès-Taza de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et la société Alten Delivery Center-Maroc.

Fruit d’un partenariat public-privé, ce projet est conçu pour être un incubateur et un accélérateur de startups, en proposant des services d’ingénierie pour l’industrie et les laboratoires de recherche et de développement.

La FSF, qui répond aux besoins d’amélioration de la productivité industrielle et des performances environnementales et sociales, à travers la mise à profit des concepts de l’industrie 4.0, s’inscrit ‘’parfaitement dans une vision d’avenir’’ pour la capitale spirituelle et le Maroc.

La région Fès-Meknès, riche de multiples potentialités économiques et agricoles, s’impose actuellement comme modèle de développement et une référence industrielle et technologique.


À lire aussi
commentaires
Loading...