[ after header ] [ Mobile ]

[ after header ] [ Mobile ]

Ecoles pionnières: les enseignants ont démontré l’efficacité des nouvelles méthodes pédagogiques avec une amélioration significative du niveau des élèves

LA VÉRITÉ


Les enseignants des écoles pionnières ont démontré l’efficacité des nouvelles méthodes pédagogiques avec une amélioration significative du niveau des élèves, indique, jeudi, le ministère de l’Éducation nationale, du préscolaire et des sports.
Grace à la mobilisation des enseignants et des équipes pédagogiques au sein des écoles pionnières, la première évaluation d’impact du programme de remédiation révèle que la majorité d’entre eux de la 2ème à la 6ème année du primaire affiche, dans les compétences évaluées, des taux de maitrise multipliés par 4 en mathématiques, par 3 en français et par 2 en arabe, ce qui correspond à un rattrapage de 1 à 2 années de scolarité au niveau des fondamentaux des matières concernées, en seulement deux mois, souligne le ministère dans un communiqué.
Au démarrage du projet écoles pionnières, un test de positionnement des élèves a été réalisé par les enseignants les 7, 8 et 9 septembre 2023 dans l’ensemble des établissements concernés, auprès de 300.000 élèves, rappelle la même source, notant que les données ont été saisies sur la plateforme Massar et leur fiabilité confirmée par des vérifications aléatoires réalisées par 160 inspecteurs.
Le test réalisé se focalise sur les savoirs fondamentaux à savoir la maitrise de la lecture et des opérations de base (addition, soustraction, multiplication et division). Ces savoirs fondamentaux sont la condition indispensable pour la réussite scolaire dans les cycles secondaire et supérieur.
Les résultats atteints eu début d’année scolaire montrent que près de 80% des élèves ne maitrisent pas les compétences fondamentales enseignées l’année précédente, chose qui confirme la crise profonde des apprentissages, déjà largement documentée par les évaluations nationales et internationales, précise le communiqué, relevant qu’en réponse à cette situation, il a été mis en place, pour la première fois, un dispositif complet et pluridisciplinaire de remédiation pour combler les lacunes accumulées par les élèves.
Ce dispositif, explique la même source, s’appuie sur la méthode Teaching at The Right Level (TaRL), dont le principe est de ré-enseigner les fondamentaux, en fonction du niveau réel des élèves, à travers des activités interactives, efficaces et ludiques.
Le programme TaRL a été déployé en mode intensif pour l’ensemble des élèves en début d’année scolaire, puis au profit des élèves en difficulté tout au long de l’année en mode extrascolaire, poursuit le ministère, faisant observer qu’un test “Après-TaRL” a été réalisé du 1er au 3 novembre dernier pour mesurer les premiers effets de cette remédiation auprès des 63.000 élèves.
La vérification préliminaire des résultats effectuée par les inspecteurs ainsi que par une association indépendante (Sanady) ont fait ressortir un taux de fiabilité des données de 78%, souligne le communiqué, ajoutant que les premières analyses des données montrent que le travail des enseignants dans les écoles pionnières a un impact important sur les savoirs fondamentaux, dans les trois matières et pour tous les niveaux scolaires.
A titre d’exemple, en 2ème année, seulement 9% des élèves maitrisaient l’addition enseignée en 1ère année du primaire (du type 27+ 48), cette proportion est passée à 61%, en 2ème année. De même, seulement 20% des élèves de 3ème année maitrisaient la lecture d’un paragraphe de niveau de 2ème année du primaire, cette proportion est passée à 50%. Aussi, 20% des élèves maitrisaient la lecture de mots simples en français en 3ème année, cette proportion est passée à 59%.
Ces premiers impacts mesurés démontrent qu’un redressement aussi important et rapide du niveau des élèves est possible grâce à la mise en œuvre de nouvelles méthodes d’enseignement efficaces et au travail collaboratif de l’équipe pédagogique : enseignants, directeurs, inspecteurs, administration provinciale et régionale, conclut le ministère.
A noter qu’un dispositif d’évaluation de fin d’année a été mis en place en partenariat avec J-PAL, un centre de recherche affilié à l’université MIT, pour mesurer de manière scientifique les impacts de l’école pionnière sur une année scolaire complète (2023/2024).

À lire aussi
commentaires
Loading...
[ Footer Ads ] [ Desktop ]

[ Footer Ads ] [ Desktop ]