[ after header ] [ Mobile ]

[ after header ] [ Mobile ]

Droits de l’Homme: Le Maroc Parmi les Pays Qui S’attachent au Dialogue

LA VÉRITÉ


Le Maroc figure parmi les pays qui s’attachent au dialogue sur les droits de l’Homme aussi bien à l’échelle régionale qu’internationale, a affirmé, vendredi à Kénitra, Ibrahim Salama, chef du service des traités des droits de l’homme au Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH).

Dans une déclaration à la MAP en marge de sa participation à un atelier interactif sous le thème “L’action des mécanismes nationaux de prévention de la torture”, organisé dans le cadre d’un colloque régional sur le rôle des institutions sécuritaires dans la prévention de la torture organisé à l’Institut Royal de Police, M. Salama a souligné l’importance cruciale que revêt l’expérience marocaine en matière de promotion de la culture des droits de l’Homme, précisant que le mécanisme marocain de prévention de la torture mène une action “ambitieuse, diversifiée et fructueuse”.

Par ailleurs, le responsable onusien a indiqué que ce colloque connaît une participation distingué au regard de la qualité des interventions et de la richesse des débats qui meublent ses différentes sessions, affirmant que le choix du Maroc, l’un des premiers pays arabes à avoir ratifié la Convention contre la torture, pour organiser cette rencontre n’était pas fortuit.

 

Ce colloque régional de trois jours, organisé par la Direction Générale de la Sûreté Nationale avec le soutien du Programme des Nations unies pour le développement, connait la participation de responsables gouvernementaux, judiciaires et sécuritaires et d’experts marocains et étrangers. Il entend encourager les institutions sécuritaires de la région MENA à poursuivre la mise en œuvre de leurs engagements internationaux et de leurs législations nationales en matière de prévention de la torture. Initié en collaboration avec le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, ce colloque offre également l’occasion d’un partage d’expériences et d’expertises entre les institutions sécuritaires pour la prévention de la torture, et d’un examen des moyens permettant de développer les pratiques en la matière et d’établir une coopération commune pour appuyer leurs activités et mettre en œuvre leurs engagements internationaux.

 


À lire aussi
commentaires
Loading...
[ Footer Ads ] [ Desktop ]

[ Footer Ads ] [ Desktop ]