• Version PDF
  • Coronavirus au
    Maroc live infos

  • Cas confirmés

    203733

  • Décès

    3445

  • Guéris

    168706

  • Dernière mise à jour: 27 octobre à 20:56

    Par:  

    Abdellatif el Jaafari

  • 13 octobre 2020  à 14:44
  • Temps de lecture: 4 minutes
  • CULTUREDigitalisation: L’université de Settat met les bouchées doubles

    Digitalisation: L’université de Settat met les bouchées doubles
    L'université Hassan 1er de Settat

    L’université Hassan 1er de Settat a recouru, dans ses programmes d’enseignement, de formation et de recherche, depuis longtemps, aux nouvelles technologies de l’information, mais tout récemment, elle est passée à la vitesse supérieure, à travers l’adoption d’une stratégie numérique complémentaire.

    A travers cette orientation, l’université veille à approfondir et élargir son expérience en matière de digitalisation, en prenant en compte les circonstances exceptionnelles que traverse le pays suite à la pandémie du Covid-19.

    Dans ce contexte, la présidente de l’université Hassan 1er de Settat, Mme Khadija Safi, a indiqué, dans une déclaration à la MAP, que cette institution, orientée davantage vers le monde de numérisation en raison de la crise pandémique, adhère pleinement à cette action incitant à prendre une série de mesures et dispositions pour le succès de la rentrée universitaire 2020-2021 et la sécurité de toutes les composantes: étudiants, fonctionnaires, administratifs et enseignants.

    Elle a aussi rappelé la poursuite de l’opération d’inscription au mois de septembre dernier, de manière graduelle, en assouplissant les procédures en vigueur, selon un calendrier fixé au préalable, après l’inscription à distance des nouveaux étudiants via des plateformes électroniques de l’université au mois de juillet dernier.

    Le nombre total des étudiants de l’université s’élève, selon elle, à 40.627, précisant que ce nombre est réparti en 3905 à la faculté des sciences et techniques, l’école nationale du commerce et de gestion (2402), la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales (33022), l’école nationale des sciences appliquées (429), l’institut supérieur des sciences de la santé (483), l’institut des sciences du sport (318), l’école supérieure de l’éducation et de la formation (68), alors que le nombre des enseignants chercheurs se monte à 446 et celui des administratifs à 245.

    Au début de la rentrée, les étudiants ont eu à choisir entre l’enseignement présentiel ou distanciel, ou encore les deux modes à la fois dans des petits groupes, selon la présidente de l’université.

    Elle a fait savoir que l’enseignement présentiel a lieu suivant une panoplie de mesures préventives, en coordination avec les autorités publiques compétentes, en vue de renforcer la prévention et la sécurité sanitaire portant sur le port obligatoire du masque au sein des espaces universitaires, le respect de la distanciation physique, le lavage fréquent des mains et la stérilisation régulière des dépendances de l’université.

    Mme Safi a toutefois fait savoir que le modèle pédagogique adopté pourrait être réadapté à nouveau, à tout moment, en fonction de la situation épidémiologique prévalant au Maroc.

    Elle a, par ailleurs, rappelé que l’université, qui compte 7 établissements, va envisager d’autres options qui se résument par l’adoption partielle de l’enseignement présentiel pour certains établissements, au sein de petits groupes, et l’organisation de certaines séances des travaux pratiques en présentiel si nécessaire, dans le respect des mesures préventives en vigueur.

    Ces options reposent également, selon la présidente de l’université, sur l’adoption de l’enseignement à distance au niveau de la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales, uniquement pour ce qui est du cycle de la licence, alors que c’est l’enseignement présentiel qui sera adopté pour celui du master et de la licence professionnelle, vu le nombre réduit que compte chaque cycle.

    En outre, des portails électroniques ont été créés pour informer les étudiants de tout développement, notamment pour ce qui est des emplois du temps.

    La région de Casablanca-Settat compte, outre l’université Hassan 1er de Settat qui a vu le jour en 1997, l’université Hassan II de Casablanca, et celle de Chouaib Doukkali d’El Jadida.

    Les derniers articles

  • Covid-19: 3.988 nouveaux cas confirmés

    Covid-19: 3.988 nouveaux cas confirmés

    Trois mille neuf cent quatre-vingt-huit (3.988) nouveaux cas d’infection au coronavirus et 2.784 guérisons ont été enregistrés au Maroc dans les dernières 24 heures, a...

  • Covid-19: Le bilan bimensuel au Maroc

    Covid-19: Le bilan bimensuel au Maroc

    Le taux de reproduction de la Covid-19 au Maroc se stabilise autour de 0,8%, alors qu’il dépasse 1 dans dix régions, a indiqué mardi un responsable du ministère de la...

  • Santé: Prendre soin des marins pêcheurs

    Santé: Prendre soin des marins pêcheurs

    Le Maroc est le seul pays en Afrique ayant développé une médecine des gens de mer, parallèlement au programme de réalisation des antennes médicales dans les principaux ports...

  • Développement durable: Appui à la mise en œuvre de l’Agenda 2030

    Développement durable: Appui à la mise en œuvre de l’Agenda 2030

    27 octobre 2020  à 20:49
  • COVID-19: Le Président Abdelmadjid Tebboune apporte un cinglant démenti à la propagande de l’Algérie

    COVID-19: Le Président Abdelmadjid Tebboune apporte un cinglant démenti à la propagande de l’Algérie

    27 octobre 2020  à 20:47
  • Tourisme: Vers une relance plus sereine

    Tourisme: Vers une relance plus sereine

    27 octobre 2020  à 14:46
  • Réchauffement climatique : Des menaces croissantes sur l’Afrique

    Réchauffement climatique : Des menaces croissantes sur l’Afrique

    27 octobre 2020  à 14:44
  • Musée de Bank Al-Maghrib : L’exposition permanente artistique renouvellée

    Musée de Bank Al-Maghrib : L’exposition permanente artistique renouvellée

    27 octobre 2020  à 14:42
  • Laâyoune et Dakhla: Ces nouveaux eldorados diplomatiques

    Laâyoune et Dakhla: Ces nouveaux eldorados diplomatiques

    27 octobre 2020  à 14:41