Take a fresh look at your lifestyle.

Déconfinement au Maghreb: la crainte d’un rebond tempère l’optimisme

LA VÉRITÉ / AFP


Tunis et Alger ont commencé à assouplir le confinement en place depuis mars pour limiter la propagation du nouveau coronavirus, la situation étant maîtrisée dans les hôpitaux et leurs économies à l’arrêt, mais les autorités mettent en garde contre un rebond de la pandémie.

Dimanche, à la veille d’un retour progressif au travail en Tunisie, le ministre de la Santé Abdellatif Mekki a dit avoir « des craintes mais aussi de l’espoir ».

« Peur à cause du relâchement que nous observons ici et là, que ce soit par négligence ou par nécessité. Et dans cette situation, les autorités publiques ont la responsabilité de protéger la société, quitte à revenir à une quarantaine généralisée », a-t-il ajouté sur son compte Facebook.

En Algérie, les autorités ont fait refermer de nombreux commerces après quelques jours d’ouverture dans plusieurs régions, dont Alger, en raison du non-respect des règles d’hygiène et de distanciation sociale.

Selon l’Institut national de santé publique (INSP), l’Algérie a enregistré « une augmentation de 27% des cas confirmés » entre le 24 avril, date du début du ramadan, et le 30 avril.

Risque de rebond

La Tunisie, l’Algérie et le Maroc ont imposé des restrictions strictes dès l’apparition début mars des premiers cas de la maladie Covid-19 en provenance d’Europe, où l’épidémie battait déjà son plein.

Tandis que les pays du Maghreb ne comptaient que quelques dizaines de cas, les écoles ont fermé et le confinement a été imposé dès la troisième semaine de mars, peu après les pays de la rive nord de la Méditerranée.


À lire aussi
commentaires
Loading...