• Version PDF
  • Coronavirus au
    Maroc live infos

  • Cas confirmés

    483654

  • Décès

    8623

  • Guéris

    469046

  • Dernière mise à jour: 28 février à 23:02

    Par:  

    LA VÉRITÉ / MAP

  • 16 janvier 2021  à 14:46
  • Temps de lecture: 4 minutes
  • MAROCCovid-19: Quand les technologies de surveillance prennent le dessus

    Covid-19: Quand les technologies de surveillance prennent le dessus
    Quand les technologies de surveillance prennent le dessus

    Vivre une pandémie à l’heure du big data n’est pas sans avoir ses avantages. Face à la progression exponentielle du coronavirus, l’usage des données numériques a fait ses preuves, grâce au déploiement de l’intelligence artificielle, de la robotique et de la géolocalisation.

    Ces outils numériques mis au service des systèmes de surveillance ont largement contribué au repérage des personnes contaminées et au suivi de l’évolution du Covid en temps réel, à même d’accompagner les Etats dans la prise de décision, tout en renforçant le respect du contrôle et du confinement.

    Drones, Qr code, applications de géolocalisation, systèmes de reconnaissance faciale, caméras thermiques… tous les moyens technologiques sont bons pour pister les personnes infectées et tenter d’endiguer l’épidémie.

    Le recours à ces technologies est donc devenu un indispensable au fur et à mesure de la propagation de la pandémie, pour leur efficacité démontrée à localiser et détecter les personnes potentiellement contaminées, avertir les populations susceptibles d’avoir été exposées au virus, voire même de contrôler et évaluer le respect du confinement.

    Ces technologies sont opérationnelles dans plusieurs pays à l’échelle mondiale, notamment en Europe, où des drones permettent de monitorer le respect des mesures de distanciation sociale dans les lieux publics et de surveiller les individus en quarantaine.

    En Russie, ce sont des caméras thermiques et de reconnaissance faciale qui sont mises en service un peu partout dans le pays, pour suivre les déplacements des personnes de manière agrégée et repérer les personnes infectées.

    En Chine, l’usage du Qr code, qui est un identifiant numérique, est très répandu. Ce dernier sert de laissez-passer en fonction des couleurs attribuées selon l’état de santé des personnes, et d’un marqueur de points de passage pour le suivi de leurs déplacements.

    Pour contrer la propagation du virus, le Maroc a lancé l’application de traçage « Wiqaytna » qui permet de notifier un utilisateur si un autre usager, qui se trouvait à proximité durant les 21 derniers jours, est confirmé positif au Covid-19.

    L’application, qui a été autorisée par la Commission nationale de contrôle de la protection des données à caractère personnel (CNDP), s’inscrit dans la stratégie nationale de lutte contre la pandémie, et a pour objectifs de renforcer des mesures de confinement, traquer les déplacements et permettre aux autorités de s’informer dans les barrages de contrôle sur le processus de suivi des déplacements.

    Si l’utilité des technologies de surveillance en temps de coronavirus n’est plus à démontrer, leur usage à outrance continue de préoccuper les associations des droits et libertés individuels, qui alertent contre le recours à ces technologies pour d’autres fins que celles avancées, visant la protection de la santé publique et la lutte contre la pandémie.

    Ces associations mettent également en garde contre le « contact tracing », une technologie de traçage, qui permet de retracer tous les contacts d’une personne et de collecter les données sur ses interactions, ses déplacements et ses fréquentations, dénonçant l’exploitation abusive et détournée des données personnelles et des traces numériques collectées dans certains cas à l’insu des utilisateurs.

    Parallèlement, ces associations qui incitent au respect de la vie privée et au secret médical alertent contre les effets négatifs à long terme des dispositifs de technologies de surveillance mis en place et qui risquent de se pérenniser même après l’épidémie, pour rentabiliser leur coût d’investissement.

    Pour ainsi dire, les technologies de surveillance visant à contenir le virus ne doivent pas servir à des fins illégales et porter atteinte à nos droits sans forcément garantir notre sécurité. Il est donc important que le bénéfice en matière de contrôle et d’aide à la prise de décision dans le domaine de la santé publique apporté par ces technologies soit mis en balance avec leur impact sur les libertés publiques, à défaut d’entrer dans une nouvelle ère dominée par des systèmes de surveillance numérique invasive.

    Les derniers articles

  • Dettes fiscales de l’ex-roi d’Espagne: Une polémique et de nombreuses questions

    Dettes fiscales de l’ex-roi d’Espagne: Une polémique et de nombreuses questions

    L’Espagne se posait des questions samedi sur les conditions du règlement d’une dette fiscale de près de 4,4 millions d’euros par l’ancien roi Juan Carlos...

  • Tunisie: Deux manifestations, deux visions antinomiques

    Tunisie: Deux manifestations, deux visions antinomiques

    Deux manifestations ont été séparément organisées, samedi à Tunis, par le mouvement Ennahdha (islamiste) et le Parti des Travailleurs (gauche). Pour éviter tout...

  • ADM: Baisse de 19% du CA consolidé en 2020

    ADM: Baisse de 19% du CA consolidé en 2020

    Le chiffre d’affaires (CA) consolidé des Autoroutes du Maroc (ADM), a totalisé plus de 3,01 milliards de dirhams (MMDH) à fin décembre 2020, en baisse de 19% par rapport...

  • « Nidaa Oujda »: Une invitation pour le rapprochement intermaghrébin et le rejet du discours de division

    « Nidaa Oujda »: Une invitation pour le rapprochement intermaghrébin et le rejet du discours de division

    27 février 2021  à 18:50
  • Il y a 45 ans, le dernier soldat étranger quitta les provinces du Sud

    Il y a 45 ans, le dernier soldat étranger quitta les provinces du Sud

    27 février 2021  à 15:03
  • Bataille de Dcheira: Plusieurs activités du Haut-commissariat aux anciens résistants à Laâyoune, Boudjour et Es-Semara

    Bataille de Dcheira: Plusieurs activités du Haut-commissariat aux anciens résistants à Laâyoune, Boudjour et Es-Semara

    27 février 2021  à 15:01
  • Guelmim: Coup d’envoi en ligne du 9ème Festival du cinéma de Oued Noun

    Guelmim: Coup d’envoi en ligne du 9ème Festival du cinéma de Oued Noun

    27 février 2021  à 14:59
  • Archéologie: %µPlus de 25.000 pièces archéologiques restituées

    Archéologie: %µPlus de 25.000 pièces archéologiques restituées

    27 février 2021  à 10:23
  • ONEE: Le raccordement de Dakhla au réseau électrique national à un stade avancé

    ONEE: Le raccordement de Dakhla au réseau électrique national à un stade avancé

    27 février 2021  à 10:21