• Version PDF
  • Coronavirus au
    Maroc live infos

  • Cas confirmés

    483654

  • Décès

    8623

  • Guéris

    469046

  • Dernière mise à jour: 28 février à 23:02

    Par:  

    Housein EL HASSANI

  • 23 janvier 2021  à 18:30
  • Temps de lecture: 5 minutes
  • MAROCCovid-19: Ce qu’il faut savoir sur le vaccin AstraZeneca-Oxford

    Covid-19: Ce qu’il faut savoir sur le vaccin AstraZeneca-Oxford
    Le vaccin AstraZeneca-Oxford

    Le ministère de la Santé a annoncé que le Maroc avait reçu, vendredi, une première livraison du vaccin britannique « AstraZeneca », fabriqué en Inde.

    Ce vaccin que le Royaume avait déjà autorisé son utilisation le 6 janvier, a été développé par l’Université d’Oxford en Grande-Bretagne, en coopération avec les laboratoires suédois-britanniques, « AstraZeneca ». Il est produit par la société « Air-Pharm » en Inde.

    Le médecin et chercheur en politiques et systèmes de santé, Tayeb Hamdi, met en avant dans un entretien avec la MAP les avantages de ce vaccin en termes de sécurité, d’efficacité, de stockage et de coût, ainsi que la technologie approuvée et la capacité attendue de production et de lutte contre la nouvelle souche du coronavirus (Covid-19).

    Sûreté du vaccin

    AstraZeneca est le premier vaccin dont les résultats ont été publiés dans des revues scientifiques le 8 décembre 2020 et a été approuvé par la revue médicale De Lancet. Les données publiées confirment que le vaccin est sûr et que ses effets secondaires sont très rares.

    « Pfizer » lui a emboîté le pas en publiant ses études dans une revue médicale américaine le 10 décembre 2020, en plus de la société « Moderna » le 30 décembre 2020.

    Des études cliniques ont montré que le vaccin « AstraZeneca » se caractérise par un haut degré de sécurité, car il ne provoque que des effets secondaires bénins tels que maux de tête, fièvre, douleur et rougeur au point d’injection.

    Efficacité du vaccin

    Les essais cliniques du vaccin « AstraZeneca-Oxford » ont montré un taux d’efficacité de 70%. Mais l’un des protocoles, qui a été testé par erreur par le laboratoire britannique sur un groupe de volontaires, a indiqué une efficacité de 90%, après avoir reçu une demi-dose lors de la première injection au lieu d’une injection complète. Cela a incité la société à mener une étude supplémentaire pour confirmer ce protocole, c’est-à-dire une demi-dose dans un premier temps et une dose complète quatre semaines plus tard, au lieu de deux doses complètes dans les deux injections.

    « AstraZeneca » a confirmé que son vaccin offre une protection à 100% contre les formes dangereuses du Covid-19. Cette efficacité est très importante étant donné que même si la vaccination ne protège pas certaines personnes de contracter la maladie, elle les protège complètement du développement du virus en cas dangereux ou de la mort.

    Transport et stockage du vaccin

    Son transport et stockage nécessitent des températures entre 2 et 8 degrés Celsius, c’est-à-dire à l’intérieur de réfrigérateurs ordinaires, à l’instar d’autres vaccins que nous utilisons depuis des décennies, contrairement aux vaccins américains Pfizer-BioNTec et Moderna, qui nécessitent des températures extrêmement basses atteignant -70 °C pour le premier et -20 °C pour le second. C’est ce qui rend « AstraZeneca » facile à stocker, à transporter et à utiliser dans toutes les conditions sans capacités de stockage et de refroidissement énormes ou coûteuses, comme le vaccin chinois « Sinopharm ».

    Le coût du vaccin

    Le vaccin « AstraZeneca » a l’avantage d’être peu cher, puisqu’il est inférieur à 3 dollars la dose contre 20 dollars pour « Pfizer », environ 30 dollars pour »Moderna », 18 dollars pour « Spoutnik V » et 16 dollars pour un vaccin américain appelé « Johnson & Johnson », qui n’est pas encore certifié.

    La capacité du vaccin à combattre la nouvelle souche

    Les laboratoires AstraZeneca ont confirmé que leur vaccin est capable de lutter contre la nouvelle souche du coronavirus, découverte en Grande-Bretagne, et qu’ils sont capables de produire des vaccins modifiés pour combattre d’autres souches, si nécessaire, en quelques semaines.

    La technologie adoptée pour développer le vaccin

    Le vaccin « AstraZeneca-Oxford » utilise ce que l’on appelle un « vecteur viral »: il prend comme support un autre virus (un adénovirus de chimpanzé) qui a été transformé et adapté pour stimuler l’immunité et combattre le Covid-19.

    Cette technique a été utilisée dans le passé dans la production d’un vaccin contre le virus « Ebola », dans le but de produire des vaccins à une vitesse très rapide qui dépasse les méthodes traditionnelles de production de vaccins. Ces dernières portent sur la production de virus en laboratoire et de les affaiblir ou de les tuer avant leur utilisation, ce qui prend beaucoup de temps.

    La même technique a été utilisée lors d’expériences visant à produire un vaccin contre le « SRAS » en 2002 et « MERS » en 2012, avant que les recherches ne s’arrêtent en raison de la disparition des deux épidémies.

    Capacité prévue de production du vaccin

    « AstraZeneca » a annoncé être capable de produire environ trois milliards de doses de son vaccin dans le monde en 2021. En retour, Pfizer vise à générer 1,3 milliard de doses pour l’année 2021, tandis que Moderna prévoit de produire entre 500 millions et un milliard de doses.

    Ainsi, c’est le vaccin avec lequel le plus grand nombre de la population mondiale sera vacciné en 2021, soit par acquisition directe par les États ou encore par le soutien de l’initiative internationale « Covax », avec la coordination de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). L’objectif est d’assurer une vaccination équitable entre les pays qui donne la priorité aux groupes les plus vulnérables au virus, tels que les professionnels de santé, les personnes âgées et celles atteintes de maladies chroniques.

    Les derniers articles

  • Dettes fiscales de l’ex-roi d’Espagne: Une polémique et de nombreuses questions

    Dettes fiscales de l’ex-roi d’Espagne: Une polémique et de nombreuses questions

    L’Espagne se posait des questions samedi sur les conditions du règlement d’une dette fiscale de près de 4,4 millions d’euros par l’ancien roi Juan Carlos...

  • Tunisie: Deux manifestations, deux visions antinomiques

    Tunisie: Deux manifestations, deux visions antinomiques

    Deux manifestations ont été séparément organisées, samedi à Tunis, par le mouvement Ennahdha (islamiste) et le Parti des Travailleurs (gauche). Pour éviter tout...

  • ADM: Baisse de 19% du CA consolidé en 2020

    ADM: Baisse de 19% du CA consolidé en 2020

    Le chiffre d’affaires (CA) consolidé des Autoroutes du Maroc (ADM), a totalisé plus de 3,01 milliards de dirhams (MMDH) à fin décembre 2020, en baisse de 19% par rapport...

  • « Nidaa Oujda »: Une invitation pour le rapprochement intermaghrébin et le rejet du discours de division

    « Nidaa Oujda »: Une invitation pour le rapprochement intermaghrébin et le rejet du discours de division

    27 février 2021  à 18:50
  • Il y a 45 ans, le dernier soldat étranger quitta les provinces du Sud

    Il y a 45 ans, le dernier soldat étranger quitta les provinces du Sud

    27 février 2021  à 15:03
  • Bataille de Dcheira: Plusieurs activités du Haut-commissariat aux anciens résistants à Laâyoune, Boudjour et Es-Semara

    Bataille de Dcheira: Plusieurs activités du Haut-commissariat aux anciens résistants à Laâyoune, Boudjour et Es-Semara

    27 février 2021  à 15:01
  • Guelmim: Coup d’envoi en ligne du 9ème Festival du cinéma de Oued Noun

    Guelmim: Coup d’envoi en ligne du 9ème Festival du cinéma de Oued Noun

    27 février 2021  à 14:59
  • Archéologie: %µPlus de 25.000 pièces archéologiques restituées

    Archéologie: %µPlus de 25.000 pièces archéologiques restituées

    27 février 2021  à 10:23
  • ONEE: Le raccordement de Dakhla au réseau électrique national à un stade avancé

    ONEE: Le raccordement de Dakhla au réseau électrique national à un stade avancé

    27 février 2021  à 10:21