[ after header ] [ Mobile ]

[ after header ] [ Mobile ]

Chefchaouen à l’heure du 13è Festival international des films de l’environnement

LA VÉRITÉ


La 13ème édition du Festival international des films de l’environnement de Chefchaouen s’est ouverte, mercredi soir au Complexe Mohammed VI de la culture et arts, sous le thème “Cinéma vert pour un climat sain et durable”.

La cérémonie d’ouverture de cet événement, organisé par l’association Talassemtane pour l’environnement et le développement (ATED), en partenariat avec le ministère de la Jeunesse, de la culture et de la culture (département de la culture), le centre cinématographique marocain, l’Agence pour la promotion et le développement du Nord (APDN), le Conseil de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima et la commune de Chefchaouen, s’est déroulée en présence de plusieurs personnalités dans mondes la culture et des arts, ainsi que de spécialistes et experts en environnement et industrie cinématographique.

Elle a été marquée par la remise des trophées d’ambassadeur de l’environnement à plusieurs artistes, notamment Merieme Addou, Nadia Alyoubi, Hamid El Hadri et Loubna Choklat.

À cette occasion, le président de l’ATED, Abdelilah Tazi, a souligné que cette édition s’ouvre sur diverses expériences cinématographiques internationales, en accueillant des créateurs représentant la France, l’Espagne, la Tunisie, le Koweït, le Sultanat d’Oman, ainsi que d’autres expériences cinématographiques de différents pays et continents, toutes unies par le thème de l’environnement.

M. Tazi a relevé que la direction du festival et l’association aspirent à ce que cet événement cinématographique et environnemental joue un rôle important dans la sensibilisation aux différentes questions écologiques et contribue à trouver des solutions aux problèmes posés.

Il a, par ailleurs, souligné la nécessité de gérer, de manière rationnelle, les déchets solides, en particulier le plastique qui a envahi tous les domaines de la vie quotidienne, ajoutant “il faut passer de la gestion anarchique à une gestion rationnelle qui prend en compte les normes environnementales internationales en matière de recyclage et de réutilisation”.

Pour sa part, le directeur du festival, Mohamed Settar, a indiqué, dans une déclaration à la MAP, que cette édition propose un programme riche et varié, avec la projection de films traitant des questions environnementales sous différents aspects, qui concourent pour trois prix, à savoir le prix des longs et courts métrages professionnels, le prix des courts métrages amateurs, et le prix des films des établissements scolaires.

Il a précisé que le programme a été soigneusement conçu pour inclure des sections dédiées aux spectacles théâtraux et photographiques destinés aux enfants, adolescents et jeunes, afin de sensibiliser davantage aux défis environnementaux mondiaux et de promouvoir des solutions durables pour protéger la planète à travers l’image et le son, ajoutant que les amateurs de cinéma auront la chance d’assister à la projection du film tunisien “L’Avenir”, suivie d’une masterclass avec la réalisatrice tunisienne Mabrouka Khédir, pour discuter des valeurs esthétiques et artistiques de la création cinématographique.

Il est à noter que le festival a reçu plus de 200 demandes de participation de différents pays aux trois compétitions programmées, dont 26 ont été sélectionnés, représentant divers pays à savoir le Maroc, la France, l’Allemagne, le Mexique, les Etats-Unis, la Chine, la Corée, Singapour, l’Italie, le Pakistan, l’Inde, l’Irlande, le Canada, l’Afrique du Sud, le Sultanat d’Oman, l’Espagne, le Royaume-Uni et l’Australie.

Au programme de ce festival, qui se poursuivra jusqu’au 29 courant, figurent des projections de films, des conférences, des masterclass et des rencontres avec des experts en cinéma et en environnement, offrant ainsi un espace d’échange d’idées et d’engagement en faveur de l’environnement.

Le jury de la compétition internationale des longs et courts métrages professionnels, présidé par la productrice et réalisatrice marocaine, Merieme Addou, est composé de l’écrivain et critique de cinéma marocain Hammadi Guerroum, de la journaliste à la chaîne 2M, Nadia Layoubi, du directeur du Festival international du film d’environnement (FReDD) en France, Antonin Haddad, ainsi que du directeur du géoparc mondial (SIERRAS SUBBETICAS) en Espagne, Antonio Jimenez.

Quant au jury de la compétition internationale des films amateurs et des films des établissements scolaires, il est présidé par Wijdan Al-Oqab, présidente du secrétariat général de l’environnement et du développement durable à l’union générale des producteurs arabes du Koweït, et composé d’El-Houssine Hanine, producteur, réalisateur et président de la chambre marocaine des producteurs de films (CMPF), et de Fahad Maimani, réalisateur omanais et membre du Conseil d’administration de l’Association omanaise du cinéma.


À lire aussi
commentaires
Loading...
[ Footer Ads ] [ Desktop ]

[ Footer Ads ] [ Desktop ]