• Version PDF
  • Coronavirus au
    Maroc live infos

  • Cas confirmés

    483410

  • Décès

    8615

  • Guéris

    468807

  • Dernière mise à jour: 27 février à 20:38

    Par:  

    Safaa Bennour

  • 26 janvier 2021  à 19:07
  • Temps de lecture: 7 minutes
  • ÉCONOMIEBouleversé par la crise, le textile marocain en quête d’un fil d’Ariane

    Bouleversé par la crise, le textile marocain en quête d’un fil d’Ariane

    Entre développement d’une production locale de qualité et stimulation de la demande étrangère, le textile marocain, fait face à de nombreux défis. Cette industrie, aux multiples enjeux pourtant, a été, en sus, bouleversée férocement par la crise de Covid-19, qui plonge toujours les professionnels dans l’incertitude.

    Bien qu’il a a fait montre d’une résilience louable dès le déclenchement de la crise covidienne, le textile marocain qui compte plus de 17% des entreprises du secteur industriel et une part d’emploi dépassant les 21% dans l’industrie, pâtit de nombreuses perturbations liées notamment aux approvisionnements, en provenance particulièrement de la Chine, et à la baisse de la demande étrangère, en particulier en destination de l’UE.

    L’Association Marocaine des Industries du Textile et de l’Habillement (AMITH) livre à la MAP son analyse du secteur, précisant que les entreprises peinent aujourd’hui à réagir de manière adéquate à la baisse drastique de leur activité depuis novembre 2020, en raison de la détérioration de leurs bilans et de l’absence de visibilité quant à leur carnet de commandes.

    Selon sa Directrice générale Fatima-Zohra Alaoui, les défis existants et les défaillances du marché font que ces entreprises ont besoin d’être soutenues pour préserver les potentialités humaines et techniques dont regorge le secteur, ainsi que l’héritage et le savoir-faire cumulés à travers les générations, afin d’assurer une reprise durable dès que le contexte mondial le permettra, note l’Association.

    Malheureusement, aux vues de la détérioration de la situation sanitaire en Europe, nos exportations ont réamorcé une tendance baissière à partir du mois de novembre, baisse chiffrée à 11% en comparaison avec novembre 2019, constate Mme Alaoui qui fait savoir que les remontées terrain des membres indiquent que la baisse s’est poursuivie en décembre 2020 en raison de l’évolution de la pandémie en Europe.

    Approché par la MAP, Moulay Driss El Alaoui, Directeur général adjoint d’un groupe d’import/export dans le textile et l’habillement, basé à Tanger estime pour sa part que le secteur textile est confronté à deux problèmes majeurs, à savoir l’approvisionnement et la demande étrangère. D’un côté, les approvisionnements au niveau du secteur sont fortement embrouillés, de l’autre côté, la lourdeur des démarches de protectionnisme exercée par les différents pays cibles surtout pour le volet certifications pèse aussi sur le secteur.

    « La non visibilité sur ce qui va arriver, nous a fait subir le manque ou même l’absence d’investissements, ajoutons à cela la concurrence agressive de certaines importations, la perte des commandes marocaines et la faible compétitivité du textile marocain », témoigneM. El Alaoui.

    Il souligne ainsi la nécessité de stimuler la demande, qu’elle soit locale ou internationale, encourager les structures informelles du secteur à rejoindre le secteur formel, à l’aide d’incitations fiscales et sociales, favoriser la transformation digitale du secteur et accompagner les industriels dans le volet du marketing digital et les services e-commerces, un élément clé qui a permis, d’ailleurs, au secteur de survivre pendant cette crise.

    De son avis, la relance du secteur est tributaire de la volonté des industriels à rénover de leur capacité à s’adapter aux nouvelle donnes.

    L’heure est donc à la relance ! La crise, riche d’enseignements pour le secteur du textile marocain et porteuse d’opportunités pour les opérateurs, se veut également un catalyseur de changement.

    Le textile : une nouvelle vision, de nouveaux leviers

    Un diagnostic stratégique réalisé récemment par l’AMITH a donné lieu à une nouvelle vision pour le secteur basée sur 4 leviers, relève la directrice générale de l’AMITH.

    Le premier porte sur le renforcement de l’agilité du secteur de par son adaptation aux choix des clients, ses capacités de prototypage et d’anticipation, ainsi que la qualité de ses services logistiques et le niveau élevé de ses compétences, confie Mme Alaoui.

    Le second levier est lié à l’innovation avec l’introduction de la technologie dans le processus industriel, mais aussi la créativité et la digitalisation, alors qu’en troisième lieu vient la durabilité, en proposant des solutions intégrant parfaitement les exigences des Objectifs de Développement Durable (ODD) et de l’économie faiblement carbonée.

    Enfin, le quatrième levier vise la consolidation de la qualité de l’offre en renforçant le niveau d’exigence en matière de technicité, traçabilité et de matières. Un plan d’action ambitieux a été élaboré, et plusieurs chantiers ont d’ores et déjà été amorcés.

    Le Made in Morocco ou la reconquête du marché domestique

    Selon l’AMITH, la crise liée au Covid a confirmé que la sur-dépendance à un nombre restreint de marchés et à l’importation de la majorité de ses intrants rendait l’industrie textile marocaine plus vulnérable que ses concurrents face aux chocs exogènes. En parallèle, cette crise a clairement démontré la capacité de résilience et d’adaptation de l’industrie textile marocaine qui sait faire preuve d’agilité et d’innovation pour saisir les opportunités qui s’offrent à elle.

    A ce titre, les changements majeurs qui s’annoncent dans le sourcing mondial sont favorables à la consolidation de l’industrie textile-habillement marocaine à travers une intégration renforcée, à la fois en amont avec une production locale plus importante, et plus écoresponsable, d’intrants, et en aval avec le renforcement des capacités créatives et de développement produit.

    L’industrie textile marocaine sera ainsi en mesure d’offrir un produit Made in Morocco intégré, répondant aux attentes des donneurs d’ordres étrangers en matière de sourcing de proximité, de créativité, de compétitivité prix, qui est encore fortement pénalisée par les règles d’origine imposées dans le cadre des ALE conclus par le Maroc, ou d’offre écoresponsable nécessitant une traçabilité tout au long de la chaine de valeur.

    Sur le marché local, les mesures récemment mises en place pour soutenir l’industrie marocaine (amendement de l’ALE avec la Turquie, augmentation du droit commun sur les produits finis industriels, stratégie de substitution des importations, préférence nationale dans la commande publique) donneront la possibilité aux industriels marocains de reconquérir leur marché domestique jusque-là cannibalisé par les importations, observe l’AMITH.

    « Cela passera naturellement par une offre Made in Morocco intégrée avec un excellent rapport qualité-prix, soutenue par une campagne nationale et un label gage de qualité pour redonner confiance au consommateur marocain dans les capacités de l’industrie nationale qui est en capacité de satisfaire ses attentes en termes de qualité, de prix ou de Mode », souligne Mme Alaoui.

    En effet, malgré la grande incertitude qui règne actuellement quant à l’évolution de la pandémie et son incidence sur la situation économique, que ce soit au Maroc ou à l’étranger, les industriels du textile-habillement ne perdent pas de vue le fait que cette crise a indiscutablement chamboulé la cartographie du sourcing mondial, ouvrant une nouvelle fenêtre d’opportunité pour l’offre textile marocaine. Les donneurs d’ordres étrangers affichent aujourd’hui une volonté claire de réduire leur dépendance au sourcing asiatique en faveur d’un approvisionnement de proximité offrant plus de flexibilité, de réactivité, et une meilleure gestion des stocks.

    Les derniers articles

  • Dettes fiscales de l’ex-roi d’Espagne: Une polémique et de nombreuses questions

    Dettes fiscales de l’ex-roi d’Espagne: Une polémique et de nombreuses questions

    L’Espagne se posait des questions samedi sur les conditions du règlement d’une dette fiscale de près de 4,4 millions d’euros par l’ancien roi Juan Carlos...

  • Tunisie: Deux manifestations, deux visions antinomiques

    Tunisie: Deux manifestations, deux visions antinomiques

    Deux manifestations ont été séparément organisées, samedi à Tunis, par le mouvement Ennahdha (islamiste) et le Parti des Travailleurs (gauche). Pour éviter tout...

  • ADM: Baisse de 19% du CA consolidé en 2020

    ADM: Baisse de 19% du CA consolidé en 2020

    Le chiffre d’affaires (CA) consolidé des Autoroutes du Maroc (ADM), a totalisé plus de 3,01 milliards de dirhams (MMDH) à fin décembre 2020, en baisse de 19% par rapport...

  • « Nidaa Oujda »: Une invitation pour le rapprochement intermaghrébin et le rejet du discours de division

    « Nidaa Oujda »: Une invitation pour le rapprochement intermaghrébin et le rejet du discours de division

    27 février 2021  à 18:50
  • Il y a 45 ans, le dernier soldat étranger quitta les provinces du Sud

    Il y a 45 ans, le dernier soldat étranger quitta les provinces du Sud

    27 février 2021  à 15:03
  • Bataille de Dcheira: Plusieurs activités du Haut-commissariat aux anciens résistants à Laâyoune, Boudjour et Es-Semara

    Bataille de Dcheira: Plusieurs activités du Haut-commissariat aux anciens résistants à Laâyoune, Boudjour et Es-Semara

    27 février 2021  à 15:01
  • Guelmim: Coup d’envoi en ligne du 9ème Festival du cinéma de Oued Noun

    Guelmim: Coup d’envoi en ligne du 9ème Festival du cinéma de Oued Noun

    27 février 2021  à 14:59
  • Archéologie: %µPlus de 25.000 pièces archéologiques restituées

    Archéologie: %µPlus de 25.000 pièces archéologiques restituées

    27 février 2021  à 10:23
  • ONEE: Le raccordement de Dakhla au réseau électrique national à un stade avancé

    ONEE: Le raccordement de Dakhla au réseau électrique national à un stade avancé

    27 février 2021  à 10:21