laverite.ma

Au marché de gros et aux abattoirs de Casablanca, tout fonctionne normalement

SOCIÉTÉ Z- NEWSLETTER (apm) / 20 mars 2020
Au marché de gros et aux abattoirs de Casablanca, tout fonctionne normalement

Le marché de gros des fruits et légumes et les abattoirs de viandes rouges à Casablanca continuent de fonctionner normalement, a-t-on constaté sur place.

En ce jeudi 19 mars 2020, une offre abondante est mise à la disposition aussi bien des commerçants que des consommateurs, après un dérèglement brusque ayant grippé la machine suite aux achats frénétiques du weekend dernier.

Une équipe de l’Agence marocaine de presse (MAP) s’est rendue sur les lieux pour s’enquérir des conditions d’approvisionnement des marchés de la plus grande ville du Royaume, constatant de visu que les deux structures, situées non loin l’une de l’autre, continuent de tourner au rythme habituel.

La seule chose qui a changé, c’est le renforcement des mesures d’hygiène et de sécurité sanitaire dans le contexte de la pandémie du coronavirus.Au marché de gros des fruits et légumes, on accueille toujours des centaines de camions chargés de produits en provenance de différentes régions.

On a une impression de déjà-vu, de l’arrivée des poids lourds et la livraison des marchandises aux détaillants des quartiers, en passant par la conclusion des transactions d’achat et de vente entre grossistes.

Pratiquement, l’ambiance n’a pas changé d’un iota Au niveau des abattoirs des viandes rouges, le moteur est bien huilé. Il existe une procédure bien ficelée et presque machinale, à commencer par l’acheminement et l’abattage des bêtes jusqu’au chargement des transports.

Le tout dans le strict respect des normes sanitaires et d’hygiène qui ont été, justement, renforcées pour prévenir tout risque lié au nouveau coronavirus (Covid-19).Les différentes opérations s’effectuent dès les premières heures du jour, afin de laisser aux transporteurs professionnels une bonne marge de temps pour acheminer les carcasses à destination et dans les meilleures conditions.

 Pour éclairer les consommateurs sur les opérations de commercialisation des fruits et légumes et la nature de l’offre disponible, le directeur du marché de gros de Casablanca, Jaafar Assabane, a indiqué dans une déclaration à la MAP que le marché est ouvert le long de la journée et de la semaine pour accueillir quotidiennement plus de 800 camions transportant entre 4.000 et 5.000 tonnes de marchandises.

Actuellement, l’approvisionnement du marché « se fait de manière normale », a-t-il assuré, expliquant que les prix des légumes ont légèrement augmenté durant la journée du samedi 14 mars courant de 20 à 30 centimes le kilogramme, avant d’enregistrer des hausses de 1 à 2 dirhams le dimanche, en raison d’une augmentation subite de la demande. Par contre, les prix des fruits sont restés stables.

Les prix ont commencé à fléchir petit à petit dès lundi pour atteindre leur niveau normal jeudi, a-t-il assuré, attribuant ces hausses « à la ruée des consommateurs sur les légumes malgré l’abondance de l’offre ». 

M. Assabane a tenu aussi à rassurer les consommateurs quant à la situation de l’approvisionnement car le Maroc est « un pays agricole par excellence », soulignant qu’il n’y a aucune raison de s’inquiéter en ce qui concerne l’état des marchés, d’autant plus que les prix sont revenus à la normale. 

Pour ce qui est des mesures sanitaires prises au sein du marché à la lumière de la propagation de la pandémie du coronavirus, il a indiqué que le marché de gros est une structure vitale à caractère économique et social qui se doit de poursuivre son activité en mettant à la disposition des citoyens les produits dont ils ont besoin, en dépit de cette conjoncture délicate, relevant que dans ces circonstances, il est nécessaire de faire preuve de vigilance et de prudence. 

M. Assabane a assuré que toutes les mesures nécessaires ont été mises au point conformément aux consignes des ministères de la Santé, de l’Intérieur et de l’Agriculture pour atténuer l’incidence du coronavirus, citant notamment l’interdiction d’accès au marché aux personnes non indispensables, la mise en place de campagnes de sensibilisation en matière d’hygiène par le personnel et la police administrative, outre les opérations de désinfection et de stérilisation des espaces de vente. 

Pour sa part, la directrice des abattoirs de Casablanca, Houda Chichaoui, a fait état d’une demande croissante sur les viandes rouges, rassurant toutefois qu’il n’y a aucun souci à se faire concernant l’approvisionnement vu que l’offre couvre largement les besoins des consommateurs.

 Après avoir rappelé que quelque 450 bêtes sont abattues quotidiennement au niveau des abattoirs de Casablanca dans les périodes normales, elle a relevé que la demande a augmenté ces derniers jours de même que les opérations d’abattage, qui ont atteint lundi dernier les 1.060, un record avant de retourner à la normale en milieu de semaine. 

Eu égard au danger que représente la pandémie du coronavirus, a-t-elle relaté, une réunion a été tenue avec le médecin de travail pour discuter des mesures à prendre par les professionnels au sein des abattoirs pour se prémunir contre le virus.

Parmi les dispositions préconisées, elle a cité l’intensification des opérations de nettoyage et de stérilisation, la restriction des rassemblements inutiles et la sensibilisation aux règles de la sécurité sanitaire. 

D’après les impressions recueillies sur place, tout porte à croire que la métropole et sa région sont à l’abri d’un quelconque manque ou d’une quelconque pénurie.

Le marché de gros et les abattoirs ont absorbé « la montée de fièvre » du weekend dernier et sont décidés à poursuivre leur mission vitale au service des citoyens, dans ces circonstances particulières que traversent le Maroc et le monde.

Abdellatif El Jaafari

 

VOS RÉACTIONS