Take a fresh look at your lifestyle.

Alia Kafil, une compétence marocaine qui a brillé lors d’un tournoi international de débat au Japon

Ghita AZZOUZI


Alia Kafil, capitaine du Moroccan National Debate Team (MNDT) a brillé de mille feux lors du tournoi international de débat au Japon (7th PDA High School Parliamentary Debate World Congress) que l’équipe marocaine a remporté avec brio.

À seulement 17 ans, Alia a été élue meilleure oratrice de toute la compétition pour la 2ème année consécutive, conduisant le MNDT -composé également de Yanis Hodaibi et Elhassan Rhissassi- à une victoire spectaculaire pour la 2ème année de suite.

Depuis l’âge de 11 ans, elle a découvert sa passion pour la prise de parole en public et le débat. Elle a, ainsi, rejoint l’équipe de débat de son lycée dès la sixième année primaire et elle est immédiatement tombée amoureuse du monde des débats.

En 2020, elle a été recruté dans l’équipe nationale marocaine de débat, ce qui lui a permis de représenter le Maroc et d’explorer encore plus sa passion.

Dans un entretien accordé à la MAP, Alia a souligné que le débat lui a permis de construire une idée plus claire sur le domaine dans lequel elle voudrait poursuivre ses études et a inspiré ses choix concernant sa future carrière professionnelle.

« Le débat m’a également appris que le monde, les problèmes sociaux et la politique ne sont pas unidimensionnels, mais plutôt complexes et qu’il y a tellement plus à apprendre à ces sujets », a-t-elle fait valoir, notant que le fait de débattre lui rappelle toujours que chaque sujet a tant de perspectives à explorer et tant d’apprentissages à en tirer.

Elle a également relevé qu’il est certainement difficile de trouver un équilibre entre le débat et l’école, mais cela en vaut la peine.

Pour ce qui est de sa participation au 7th PDA High School Parliamentary Debate World Congress, Alia a indiqué que ce fut une expérience très enrichissante pour toute l’équipe, ajoutant que ça leur a permis d’explorer le monde du débat asiatique et de savoir à quel point les débatteurs sont disciplinés, respectueux et talentueux.

« Lors des premiers tours, mes coéquipiers et moi étions stressés, mais au fur et à mesure que la compétition avançait, nous nous sentions plus à l’aise et confiants vis à vis de nos compétences », a assuré Alia.

Le plus grand défi pour nous a été de débattre en ligne pendant la nuit et de devoir concourir tard dans la nuit (généralement de 1h à 10h) puisque la compétition avait lieu au Japon, a-t-elle fait savoir, notant que « nous avons dû communiquer par téléphone pour coordonner nos speeches ».

S’agissant de la préparation de l’équipe pour le tournoi, Alia a expliqué qu’une session de formation est animée chaque semaine par leur coach et durant laquelle ils s’entrainent sur leur stratégie de débat et ils s’informent davantage sur les dernières actualités.

« Avant le concours, nous avons également fait des recherches sur l’actualité et la politique pour rester à jour », a-t-elle affirmé.

Cet événement, parrainé par le ministère de l’Éducation et le ministère des Affaires étrangères, a connu la participation de 19 équipes étrangères et cinq écoles sélectionnées lors de la compétition nationale au Japon.

Le Maroc a remporté la compétition avec 6 victoires sur 6, devenant le premier pays arabe et africain à avoir remporter cette compétition et la première et seule équipe à avoir remporter ce tournoi à deux reprises.


À lire aussi
commentaires
Loading...