Take a fresh look at your lifestyle.

Algérie-sommet arabe: La junte d’Alger, plus vouée à la rupture et la désunion qu’aux idéaux de la réunification

Tout en continuant de combattre le Maroc au niveau régional, continental et international, l’Algérie espère tout de même pouvoir accueillir le sommet arabe, le premier novembre prochain, une occasion pour les pays arabes de célébrer, avec elle, le recouvrement de son indépendance, après plusieurs siècles d’occupation étrangère, Ottomane et française (450 ans).

Avant 1515, date de la conquête ottomane de ce territoire, auquel la France a donné le nom d’Algérie, après 1830, les historiens ne retrouvent aucune trace d’une nation ou d’un Etat pérenne, au contraire du Maroc, dont l’influence de certaines dynasties régnantes marocaines s’étalait jusqu’en Andalousie, au Nord, au Sénégal au sud, et jusqu’à Alger à l’Est. Les souverains marocains, au fil des siècles, entretinrent des relations diplomatiques avec les grandes nations de l’époque.

L’Algérie qui se propose de faire de ce sommet une occasion d'”unir” les rangs arabes, déchirés par les guerres, le terrorisme et les conflits artificiels, semble placer la réunification du monde arabe, sous l’angle exclusif de la réintégration de la Syrie à la ligue arabe. Depuis l’expulsion de la Syrie de la ligue arabe en 2011, en raison des massacres perpétrés contre les populations syriennes, l’Algérie a perdu un allié de taille au sein de cette organisation panarabe. Il faut dire que la Syrie est le seul allié de l’Algérie, les deux pays ayant fait partie, dans le temps, du fameux Front de la fermeté, hostile aux accords de Camps David et à la normalisation avec Israël, après la destruction de l’Irak, de la Libye et du Yemen.

La junte militaire d’Alger préconise ainsi la réconciliation arabe, dans la région du Moyen orient arabe et la désunion, la brouille et la rupture au Maghreb. Bien plus, l’hôte du sommet arabe entretient une vive tension avec le Maroc et dirige, depuis plusieurs mois, son artillerie médiatique, contre son voisin de l’ouest, qui est accusé de tous les maux, y compris les catastrophes naturelles. Les campagnes des médias qui, bien évidemment, sont orchestrées par le régime despotique, ciblent le régime monarchique marocain qui, au contraire des généraux, garantit au peuple marocain la stabilité et la sécurité et assure leur autosuffisance alimentaire. Il est important de noter que les marocains ne se bousculent pas pour disposer de leur ration de lait, de l’huile de table, des lentilles, des bananes, des pommes de terre. Les touristes étrangers et les diplomates présents au Maroc peuvent en témoigner. Les étals marocains ne manquent de rien, bien que le Royaume ne soit pas un pays pétrolier et gazier.

Les diplomates étrangers auront par ailleurs constaté et relevé que les officiels marocains, au plus haut niveau de l’Etat, ne prêtent aucune attention, voire ignorent totalement et ostensiblement les déclarations fréquentes, belliqueuses et provocatrices des officiels algériens. Les responsables marocains observent la retenue, quelles que soient les circonstances, et agissent en tant que responsables d’Etat. Ses adversaires, impulsifs, agissent comme chefs de tribus.

Reconnu coupable des graves défaillances de gouvernance intérieure, ayant dilapidé mille milliards de dollars, lors de la période d’abondance (1999-2019), le régime despotique ne trouvant aucune raison pour se justifier, joue sur la fibre patriotique d’un peuple baigné dans la propagande stalinienne depuis l’indépendance, en agitant les menaces extérieures contre l’unité nationale, afin de remobiliser un peuple épuisé par les chaines et les bousculades d’ordre alimentaire.

Dans ce contexte de rancœur perpétuelle, de haine, de désunion, de rupture, de discorde, l’Algérie entend accueillir un sommet arabe, avec pour objectif fondamental, la réunification des rangs arabes. Les chancelleries arabes, accréditées à Alger, suivent de près le traitement «fraternel» réservé par «les envoyés diplomatiques spéciaux » et les médias algériens au Royaume du Maroc et ses symboles, à la veille de ce sommet. En toute logique, un tel sommet ne devrait jamais avoir lieu, dans un pays qui prône la discorde, la division et le séparatisme. Les réactions d’Alger à la décision espagnole sur la proposition d’autonomie marocaine suffisent pour éclairer la nation arabe sur les véritables intentions du régime despotique d’Alger, qui est plus voué à la haine, la rancœur, la discorde et le séparatisme qu’aux idéaux de la réunification.


À lire aussi
commentaires
Loading...