• Version PDF
  • Coronavirus au
    Maroc live infos

  • Cas confirmés

    507938

  • Décès

    8976

  • Guéris

    493873

  • Dernière mise à jour: 22 avril à 18:43

    Par:  

    LA VÉRITÉ / AFP

  • 25 mars 2021  à 14:27
  • Temps de lecture: 4 minutes
  • MAGHREBAlgérie: Khaled Drareni va être rejugé

    Algérie: Khaled Drareni va être rejugé
    Khaled Drareni, symbole de la liberté de la presse, va être rejugé

    Devenu symbole du combat pour la liberté de la presse en Algérie, le journaliste Khaled Drareni, condamné à une lourde peine de prison, sera rejugé après que la Cour suprême a accepté jeudi le pourvoi en cassation présenté par ses avocats.

    « La Cour suprême annule la décision. Le pourvoi (en cassation) de la défense a été accepté, donc Khaled Drareni sera rejugé », a indiqué à l’AFP un de ses avocats, Me Abdelghani Badi.

    « J’espère que lors de ce nouveau procès, il n’y aura pas de pressions sur la justice, comme cela a été le cas auparavant », a ajouté Me Badi.

    Lors du procès, en septembre, le collectif des avocats de Khaled Drareni avait fustigé « la pression (du pouvoir exécutif) sur les juges qui sont mis sous influence ».

    Incarcéré en mars 2020, le journaliste indépendant de 40 ans a bénéficié d’une mesure de grâce présidentielle le mois dernier en faveur de détenus du mouvement pro-démocratie du Hirak. Il est depuis en liberté provisoire.

    Le directeur du site d’information Casbah Tribune, et correspondant en Algérie pour la chaîne francophone TV5 Monde et pour Reporters sans frontières (RSF), avait été condamné le 15 septembre à deux ans de prison ferme pour « incitation à attroupement non armé » et « atteinte à l’unité nationale ».

    Un verdict d’une sévérité sans précédent à l’encontre d’un journaliste ce qui a indigné ses confrères et suscité une campagne de soutien bien au delà des frontières de l’Algérie.

    Khaled Drareni avait été arrêté à Alger le 7 mars 2020 alors qu’il couvrait une manifestation du Hirak, le soulèvement populaire qui secoue l’Algérie depuis plus de deux ans.

    Il a aussi été accusé d’avoir critiqué sur Facebook le système politique et publié le communiqué d’une coalition de partis politiques en faveur d’une grève générale, selon RSF.

    Enfin, les autorités lui ont reproché d’avoir travaillé pour un média étranger sans accréditation, une procédure bureaucratique opaque en Algérie, mais aussi d’être un « khabarji » (informateur) à la solde « de parties étrangères ».

    Khaled Drareni a rejeté ces accusations, assurant n’avoir fait que son « travail en tant que journaliste indépendant », et exercé « son droit d’informer », et décidé de se pourvoir en cassation « au nom de la morale et de l’éthique », selon ses avocats.

    Son cas est devenu emblématique du combat pour la liberté de presse et d’expression en Algérie, mise à mal par une série de condamnations et un arsenal juridique très restrictif pour la presse en ligne et les réseaux sociaux.

    Dans une interview à l’AFP le 24 février, il s’est dit déterminé à « mener ce combat universel en tant que journaliste algérien ».

    Khaled Drareni s’est fait connaître en Algérie en tant que présentateur sur les chaînes privées Dzair TV et Echourouk TV, mais aussi pour son activité sur les réseaux sociaux, où il a partagé photos, slogans et déclarations en direct des défilés du Hirak.

    Sitôt libéré, il a repris ses activités de journaliste auprès de Casbah Tribune et de la chaîne française TV5Monde.

    Malgré la libération récente d’une quarantaine de détenus d’opinion, une trentaine de personnes sont toujours en prison pour des faits liés au Hirak et/ou aux libertés individuelles, selon le Comité national pour la libération des détenus(CNLD), une association de soutien.

    L’Algérie figure à la 146e place (sur 180) du classement mondial de la liberté de la presse 2020 établi par RSF. Elle a perdu 27 places en cinq ans.

    Les derniers articles

  • ‘Regards vers le futur’: La ville de demain au centre d’un webinaire de la CDG

    ‘Regards vers le futur’: La ville de demain au centre d’un webinaire de la CDG

    La ville de demain a été au centre des discussions des participants à une rencontre en ligne tenue, mardi dernier, à l’initiative de l’Institut CDG dans le cadre...

  • Tourisme: l’ONMT présente son nouveau dispositif de promotion de la destination Maroc

    Tourisme: l’ONMT présente son nouveau dispositif de promotion de la destination Maroc

    L’Office National Marocain du Tourisme (ONMT) a dévoilé, jeudi à Casablanca, son nouveau dispositif marketing de promotion de la destination Maroc qui sera déployé aux...

  • Forbes magazine: La Marocaine qui habille les grands noms du show business

    Forbes magazine: La Marocaine qui habille les grands noms du show business

    Avec ses créations prestigieuses, innovantes et multiculturelles, la styliste marocaine Laila Aziz, une passionnée de mode, a su se faire une place de choix dans la haute...

  • DGI: Annulation des amendes des impayés de 2020

    DGI: Annulation des amendes des impayés de 2020

    22 avril 2021  à 18:09
  • Le livre, cet autre vaccin

    Le livre, cet autre vaccin

    22 avril 2021  à 14:51
  • Décryptage: Réglementation des prix de transfert, un gage d’équité

    Décryptage: Réglementation des prix de transfert, un gage d’équité

    22 avril 2021  à 14:47
  • Casablanca Finance City: Au service de l’avenir de l’Afrique

    Casablanca Finance City: Au service de l’avenir de l’Afrique

    22 avril 2021  à 14:44
  • Théâtrale à Fès: Les professionnels s’impatientent

    Théâtrale à Fès: Les professionnels s’impatientent

    22 avril 2021  à 14:42
  • Kasbah de Taourirt: Raviver l’héritage historique

    Kasbah de Taourirt: Raviver l’héritage historique

    22 avril 2021  à 14:40