[ after header ] [ Mobile ]

[ after header ] [ Mobile ]

170 accords d’investissement signés entre 2021 et 2024 : 21 milliards de dollars de plus

Par Asmae El Moualled


Ryad Mezzour, qui prenait part à Abou Dhabi à une la table ronde ministérielle sur l’investissement, tenue en marge de la treizième édition du Congrès AIM 2024, a affirmé qu’entre 2021 et 2024, plus de 170 accords d’investissement ont été signés, totalisant environ 21 milliards de dollars, ce qui devrait créer plus de 115.000 emplois.

Le Maroc, grâce au Leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a fait preuve d’ouverture à travers l’adoption d’une stratégie de libéralisation économique proactive qui lui a permis d’attirer d’importants investissements directs étrangers (IDE), a indiqué, mercredi à Abou Dhabi, le ministre de l’Industrie et du commerce, Ryad Mezzour. «Aujourd’hui, le Maroc a des accords de libre-échange avec plus de 100 pays, donnant accès à un marché de plus de 2,3 milliards de consommateurs, et il est le seul pays africain avec un accord de libre-échange avec les États-Unis», a dit M. Mezzour qui prenait part, aux côtés de nombreux ministres chargés du commerce et de l’investissement, à la table ronde ministérielle sur l’investissement, tenue en marge de la treizième édition du Congrès AIM (Annual Investment Meeting) 2024.

Organisée sur le thème «Se préparer à un ralentissement économique : les opportunités d’investissement cachées», cette table ronde a été également l’occasion pour le ministre de souligner que le Maroc a créé un environnement propice au développement économique, permettant l’émergence de champions nationaux capables de rivaliser sur la scène internationale. Et de poursuivre que le Royaume se positionne actuellement comme une destination privilégiée pour l’investissement en Afrique et dans la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord), grâce à ses infrastructures modernes et son environnement politique stable, offrant aux investisseurs un cadre favorable pour le succès de leurs projets.

M. Mezzour a aussi fait part de l’importance que revêt la nouvelle Charte de l’investissement en tant qu’outil stratégique pour libérer le potentiel des investissements privés nationaux et internationaux, rappelant l’objectif de faire passer les investissements privés à deux tiers de l’investissement total. Dans ce sens, il a noté qu’entre 2021 et 2024, plus de 170 accords d’investissement ont été signés, totalisant environ 21 milliards de dollars, ce qui devrait créer plus de 115.000 emplois. Le ministre a, en outre, fait remarquer que la nouvelle Charte de l’investissement propose des dispositifs de soutien spécifiques pour divers projets, attirant des investisseurs dans des secteurs comme l’énergie et le tourisme. Le Maroc, a-t-il soutenu, a également connu une croissance notable de sa capacité de production, avec 85% des exportations constituées de biens manufacturés, dont le secteur automobile qui produit 700.000 véhicules par an et vise un million d’unités d’ici 2025.

Par ailleurs, M. Mezzour a souligné que le monde connaît actuellement des crises qui touchent à la géopolitique, à l’économie, à l’énergie, à l’eau et aux chaînes d’approvisionnement, ce qui nécessite de repenser les modèles de développement économique pour préserver la stabilité et créer un environnement favorable à l’investissement privé et à l’entrepreneuriat. Cette table ronde s’inscrit dans le cadre du dialogue multilatéral autour de l’impact du contexte mondial actuel sur l’investissement international. Elle vise à favoriser les échanges et le partage d’expériences sur la conception et la mise en œuvre de politiques d’investissement plus efficaces, ainsi qu’à mettre en avant le rôle des investissements privés en tant que catalyseur du développement durable des pays.


À lire aussi
commentaires
Loading...
[ Footer Ads ] [ Desktop ]

[ Footer Ads ] [ Desktop ]