[ after header ] [ Mobile ]

[ after header ] [ Mobile ]

10ème Forum mondial de l’eau : La politique marocaine de l’eau

LA VÉRITÉ


Le ministre de l’Équipement et de l’Eau, Nizar Baraka, a exposé, lundi à Bali, les axes de la politique marocaine de l’eau, lors d’un panel de haut niveau organisé en marge de la 10ème édition du Forum mondial de l’eau, qui se tient actuellement dans cette ville indonésienne.

Lors de cet événement dédié au lancement officiel de l’Initiative de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) sur les feuilles de route nationales de l’eau à l’horizon 2030, M. Baraka a mis en avant l’engagement du Maroc, depuis les années 1960 à mobiliser ses ressources en eau grâce à la vision clairvoyante de Feu SM Hassan II et de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Le Royaume s’est également engagé, depuis les années 1980, dans une planification dynamique et anticipative des ressources en eau de l’ensemble des bassins hydrauliques, a ajouté le ministre lors de ce panel tenu sous le thème “Coopération politique pour une gestion intégrée des ressources en eau”.

“La politique marocaine de l’eau se concrétise actuellement à travers le Programme national pour l’approvisionnement en eau potable et l’irrigation pour la période 2020-2027, élaboré pour faire face aux conséquences des années de sécheresse successives depuis 2017 et réduire la vulnérabilité des systèmes d’approvisionnement en eau face aux risques de pénurie”, a-t-il noté.

A cet effet, le ministre a décliné les quatre axes sur lesquels repose la politique nationale de l’eau du Royaume.

Le premier axe, a-t-il expliqué, concerne le développement des ressources en eau conventionnelles, notamment par la réalisation accélérée de grands barrages, la collecte des eaux pluviales, les grands transferts d’eau entre les bassins, la mobilisation et la gestion durable des ressources en eau souterraines ainsi que le désenvasement des barrages.

Le deuxième axe porte sur le développement des ressources en eau non conventionnelles, notamment par le dessalement de l’eau de mer pour assurer l’approvisionnement en eau potable des villes côtières, ainsi que par la réutilisation des eaux usées pour l’arrosage des espaces verts et la recharge artificielle des nappes.

Le troisième axe intéresse la gestion de la demande en eau, notamment par le biais de contrats de nappes visant à assurer la préservation des ressources en eau souterraines, ainsi que par l’amélioration du rendement des réseaux d’eau potable et des canaux et conduites multiservices.

Le quatrième et dernier axe, de nature transversale et accompagnant les projets structurants, vise à sensibiliser la population à la rareté et à l’économie de l’eau.

L’Initiative de la FAO sur les feuilles de route nationales de l’eau à l’horizon 2030 vise à appuyer les pays dans l’intégration de l’eau dans leurs politiques et stratégies nationales afin d’atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) d’ici 2030.

Les feuilles de route nationales de l’eau sont adaptées à chaque pays et permettent d’apporter des perspectives régionales et nationales pour orienter la planification et la gestion intégrée des ressources en eau selon les principes convenus à l’échelle internationale.

La cérémonie d’ouverture du Forum a été marquée par la remise du 8ème Grand Prix Mondial Hassan II de l’eau à la FAO en reconnaissance de son engagement en faveur de l’Agenda mondial de l’eau et de la sécurité alimentaire.

Le Grand Prix Mondial Hassan II de l’Eau est attribué tous les trois ans à l’occasion de chaque édition du Forum en récompense aux initiateurs de projets ayant accompli une importante contribution dans les domaines du développement et de l’utilisation des ressources en eau, au niveau tant scientifique qu’économique, technique, environnemental, social, institutionnel, culturel ou politique.


À lire aussi
commentaires
Loading...
[ Footer Ads ] [ Desktop ]

[ Footer Ads ] [ Desktop ]